L'EGLISE SAINT-PIERRE-ES-LIENS DE ROLAMPONT

 

Chronologie

L'église Saint-Pierre-es-liens fut le siège d'une cure à la collation du chapitre de Langres. Cette cure est unie au chapitre en 1616 et à partir de cette époque les chanoines se contentent de placer à Rolampont un vicaire amovible jusqu'en 1664, où conformément à une mesure générale adoptée en France par les parlements, ils furent obligés d'y placer un vicaire perpétuel, conservant pour eux-mêmes le titre de curé primitif.

La sacristie est construite en mai et juin 1676.

Une horloge est installée le 30 novembre 1676.

juin 1678 : divers ornements sont achetés : une chasuble, une bourse, un carreau et un voile de tapis blanc.

mai 1680 : la toiture du clocher est refaite ainsi que deux galeries.

1683 : les bancs de l'église sont restaurés.

Pour le 20 août 1684 l'on achète une chape de brocard rouge, un dais de satin de Bruges et une chasuble de satin vert pour tous les dimanches.

1687 : on construit la tour de l'église pour y monter une cloche. La nef est reconstruite à neuf.

1688 : l'église est lambrissée.

1689 : on reconstruit le jubé de l'église.

1690 : construction et peinture des autels de Saint-Nicolas et de Sainte-Anne.

1692 : une fenêtre de l'église est supprimée, deux autres sont ouvertes.
La même année, fabrication du retable du maître-autel et du retable de la chapelle du Rosaire.

6 février 1764 : "devis de travaux de réparation de la maison curiale et de la nef de l'église de Rolampont par Jean Baptiste Alenne (?), maître "masson" (maçon) entrepreneur de bâtiments demeurant à Langres et Simphorien Arbeltier, maître charpentier auciy entrepreneur de bâtiments à Langres - Expert nommé d'office par M. Deverrey subdélégué de Monseigneur l'intendant de la province et frontière de Champagne...par ordonnance du 9 novembre 1763..."

"Visite des lieux et procès verbal en présence de Monsieur Claude Guillaume curé de Rolampont, Antoine Carbillet sindic, François Lambert procureur fiscal, Gille Lambert, Pierre Desgrez, Jean Jacquinot, Nicolas Degré, Jean Durné, Louis Logerot, Pierre Dormoy, Nicolas Dormoy, Didier Clerc, Charles Silvestre et autres principaux habitants..."

Le 17 Juin 1766 : Adjudication des travaux de construction de l'église à Pierre Douette, architecte de Fouvent-le-Châtel.

L'architecte Nicolas Ledoux a participé aux travaux de construction. Devis du 11 juillet 1764. Plans de la nef et du clocher.

Juillet 1766 : démolition de l'ancienne nef trop étroite, début des travaux de construction.

Constructeurs : MM. Pierre Douette de Fouvent-le-Châtel et Maine de Langres. Initiales - DM - sur les murs de l'église.
La nef reconstruite en 1766 mesurait 19 pieds de largeur et 24 pieds de hauteur, avec deux collatéraux au bas-côté de chacun dix pieds de largeur et dix-huit de haut.

1768 : est établi un plan de l'église et des lieux circonvoisins.

mai - Fonte d'une grosse cloche de 2 600 livres par Mr. Francois Sirjean de Colombey-lès-Choiseul

9 juin - Jour de la petite fête de dieu, bénédiction de la grosse cloche par M. Claude Guillaume, prêtre, curé de rolampont. Les habitants de Rolampont, représentés par maître Antoine Carbillet, procureur fiscal et catherine Bezy épouse de maître Gilles Lambert, lieutenant en cette prévoté, en furent les parrains et marraines.

Il est inscrit sur cette cloche ces vers... consacrée au Seigneur, j'avertis les mortels, de venir l'adorer aux pieds de ses autels (Reg. par.)

1770 : les revenus de la cure s'élèvent à 6 000 livres. Les chanoines perdent leur titre de curé primitif. Il s'en suivra de longs débats entre le chapitre et le curé. Les chanoines sont alors, par jugement du tribunal, obligés d'abandonner les revenus et les dîmes au curé, qui n'en avait perçu jusque là qu'une part.

Le 16 mars 1771, les habitants et communauté de Rollampont forment une requête à l'encontre de Pierre Douette, architecte demeurant à Fouvent-le-Châtel, et ayant domicile élu à Langres, pour la négligence et le retard que ce dernier apporte aux constructions et réparations à faire à l'église, tour et pont dudit lieu de Rollampont. La requête qui distingue d'une part les travaux de l'église, tour et dépendances et les travaux de construction du pont, informe que les ouvrages n'ont pas été faits conformément au devis et que selon l'adjudication ils auraient du être achevés pour le 1er octobre 1767.

Le 1er janvier 1772 est inaugurée une bannière en damas.

Le 13 juin 1772 : réception des travaux de l'église.

27 février 1773 : conclusion sur les travaux de l'église.

1803 : l'évêque Reymond érige Rolampont en paroisse curiale. Elle est reconnue par le gouvernement en 1808.

1er octobre 1827 : plan et devis de travaux par Antoine Chaussier, architecte de Chaumont, comportant notamment la réfection de la toiture de l'église en lave sur le choeur du côté du presbytère.

6 juin 1833 : devis de travaux portant sur divers biens communaux dont le clocher de l'église.

1847 : installation d'une horloge sur le clocher

1875 : la paroisse de Rolampont est encore une paroisse curiale importante.

A partir du Concordat la paroisse de Rolampont a eu l'église de Chanoy comme succursale, avec un vicaire pour la desserte sous la conduite du curé.

1920 : réfection de la couverture du clocher. Mise en place d'un coq à son sommet (jeudi 12 août 1920).

14 février 1926 : le conseil municipal autorise M. le curé, sur sa demande, à installer une sonnerie électrique des cloches de Rolampont, sous la réserve de ne causer aucun dégât ni au clocher ni au beffroi. Les élus de Rolampont considèrent que cette installation n'est pas une affaire communale et déclarent ne pouvoir engager les fonds communaux dans cette circonstance.

La fabrique fait un don de 200 F à la commune à titre de participation à la récente construction du mur nord de l'église.

Le 20 janvier 1940, le conseil municipal de Rolampont constate qu'une cloche fêlée n'est plus utilisable et qu'il est de toute nécessité de la faire refondre (sic.). Un devis des Fils de Georges Paccard de Annecy-le-Vieux en Haute-Savoie est présenté pour une cloche pesant environ 1 700 kg, donnant la note Do 1/4 de ton élevé, à 7 F le kg, soit 11 900 F, un battant neuf avec sa charge de 90 kg à 40 F soit 900 F, pose, ajustage etc. Soit au total un montant de 13 700 F. Le devis est accepté. Le 6 juin 1940 un reçu de M. l'abbé Moussus fait état d'un don anonyme de 3 670 F pour refonte d'une cloche. Cette cloche, la plus petite de l'église de Rolampont, appelée "Adèle-Emile" sera baptisée en 1941. Son parrain sera M. Emile Bert et Mme Raymond Martin, sa marraine.

Le 17 janvier 1953 : le conseil municipal de Rolampont accepte un devis de 811 000 F de la maison Paget à Morez du Jura pour le remplacement de l'horloge du clocher qui date de 1847 et dont le fonctionnement très défectueux nécessite de nombreuses réparations, les cadrans en bois étant pourris et menaçant de tomber. Une horloge à remontage électro-magnétique avec quatre cadrans lumineux encastrés dans les ogives du clocher sera fournie.

Mars 1970 : réfection du dallage du choeur et mise en place de l'autel face à l'assemblée.

Dimanche 12 juillet 1970 : remplacement du coq.

Avril 1972 : installation de l'armoire eucharistique, oeuvre de Mme Elisabeth Portet, par l'entreprise François de Chaumont.

1980 : l'édifice est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

1985 : Réfection de la toiture au-dessus du choeur.

1995 : dépose du coq et de la croix du clocher.

1999 : nouvelle réfection de la toiture du clocher. Le vendredi 23 avril 1999, le coq est remis en place.

sources : Abbé Roussel, "le diocèse de Langres, histoire et statistiques", T II, 1875 & Archives communales.

 

 

 

ICONOGRAPHIE

 

Curés et vicaires de Rolampont

 

En savoir plus sur Rolampont || Retour vers l'histoire de Rolampont || Retour à la page d'accueil

© 18.09.1998 - MAJ : 6/11/2009