Dernière mise à jour : vendredi 27 janvier 2017

 
ROLAMPONT HISTORIQUE

ENTRE 800 & 700 AV JC ÉPOQUE PROTOHISTORIQUE. TUMULUS DES CHARMOISELLES

ÉPOQUE GALLO-ROMAINE VESTIGES VILLA, OPPIDUM, ET TERMES

834 : 19 AOÛT - ROLAMPONT EST DONNÉ AU CHAPITRE DE LANGRES PAR L'ÉVÊQUE ALBERIC. CHARTE DE LOUIS-LE-PIEUX CONFIRMANT À LA DEMANDE D'ALBERIC ÉVÊQUE DE LANGRES LES DROITS, POSSESSIONS & PRIVILÈGES DE SON ÉVÊCHÉ. MENTION D'UNE CHAPELLE ET D'AUTRES BIENS FONCIERS

« IN PAGO LINGONICO, IN LOCO QUI DICITUR RADALENIS PONS, COLONIAS DUODECIM CUM OMNIBUS AD EASDEM COLONIAS PERTINENTIBUS, SIMULQUE CUM CAPELLA »

Dans le pays de Langres au lieu nommé Pont de Radelon, douze fermes
avec tous ceux qui en dépendent, ainsi qu'une chapelle

« Data XIIII kalendas septembris, anno Xpisto propitio XXI imperii domni Hludouvici piissimi, augusti, indictione XII. Actum Lingonis civitate,in Dei nomine feliciter. Amen », HIRMINMARIS, notaire, HUGONIS, chancelier. 19 août 834, Langres.
Original, sceau ovale, plaqué, cire blanche, de 40 mm, tête laurée,de profil tournée à droite : type romain. Légende : XPE PROTEGE HLVDOVICVVM IMP.+

Source : ADHM, cote G 1 & E. JOLIBOIS, 1861.

ANNÉE 834
Août 
19.
 
DIPLOMA Ludovici pii, quo confirmat Alberici Lingonensis episcopi ordinationem, circa bona canonicis Lingonensis ecclesiae assignata. dat. XIV calendas Septemr. anno, Christo propitio, XXI imperii domni Hludowici piissimi Augusti, indict. XIII. Actum Lingonis civitate.
 
Gall. Christ. edit. t. IV, instr. col. 130 ; ex autog. = Rec. des Hist. de Fr. t. VI, p. 595 ; ex Gall. Christ. ad. ann. 834.
 
BRÉQUIGNY (Louis George Oudard de), Table chronologique  des diplomes, chartes, titres et actes imprimés concernant l'histoire de France, tome premier, imprimerie royale, Paris, 1769, p. 186.

NOUS TROUVONS AILLEURS : Aussi ay-ie reconneu pendant que ie remettoie en ordre ce que i'avois tiré de divers titres, memoires & autheurs qu'en l'an 835 à la poursuitte d'Alberic ou Albent 35e evesque Louis le débonnaire roy estant à Lengres le 20 aoust homologa les donations que cet evesque avoit faictes à la cathedrale pour l'entretient des chanoines par luy restablys ez maisons des cloistres & dans la pieté, tout ce que luy appartenoit ez environs des la ville & ez villages de Marcilly, Orbigny, Rolampont, Chauldenay, Saules, Givry, Fixins, Espagny, Godeloncourt, à la reserve de ce qui estoit en la possession & ioussance de Sainct-Amatre & Sainct-Forgeul & ce qui leur appartenoit esdits lieux. GAULTHEROT (Denis), L'anastase de Lengres, tirée du Tombeau de son antiquité, Langres, Jean Boudrot, imprimeur de la ville, rue des Frères-prêcheurs, 1649, p. 273.


Nota. Les formes anciennes sont ici parfois conservées


854-1587 & 1279-1674 : CARTULAIRE DES TERRES ET SEIGNEURIES DE ROLAMPONT (ROLANDI-PONS), deux volumes, format in-f°, 353 & 374 p., 42 & 44 pièces transcrites, ca. 1789, relatives à des propriétés ou des droits seigneuriaux, le tout faisant partie d'un ensemble de dix volumes, Chapitre épiscopal de Langres (Lingones), Commission des archives départementales et communales, Catalogue général des cartulaires des Archives départementales, imprimerie royale, Paris, 1897, pp. 60 & 61.

891 :
23 FÉVRIER - À ROLAMPONT, UN CERTAIN ANSCO VEND AUX CHANOINES DE LANGRES UN MANSUS SITUÉ À ROLAMPONT (RADELENI PONTO, RADALENI PONTO) ET DANS LA FINIS D'ANDILLY

          (Invocation monogrammatique). - Dominis et reverentissimis patribus et fratibus ecclesiae sacrosanctae Lingonensis, emptoribus. Ego Ansco, venditor, vendidisse me vobis constat et ita vendidi mansum juris mei situm in villa Radeleni Ponto et in fine Andelesensi ; qui mansus terminat de uno latere terra fratrum, de alio latere et una fronte ipsa hereditate, de alia fronte strata publica ; et habet in longo perticas XVII, et in transverso perticas XI (*) et pedes (*). Similiter vendidi omnia ad ipsum mansum aspicientia quaecumque a die presenti in terris cultis et incultis, et in silvis in jam dicta fine ex Radeleni Ponto visus sum possidere totum ad integrum. Accepi autem ab eis pretium sicuti inter nos convenit atque complacuit, videlicet libras II, aut in argento aut in convalente. Haec vero omnia supra scripta eo tenore eis vendidi, tradidi, wirpivi et de meo  jure  inillorum potestate ex toto transfudi, ut ab hac die tenendi, vendendi, ordinandi, seu (**) (...), vel quicquid ex his rebus facere voluerint, liberam et firmissimam habeant potestatem faciendi, nullo contra dicente. Si quis vero, quod minime credo, si ego ipse aut ullus de heredibus meis, aut etiam ulla opposita persona contra hanc venditionem, plenissima voluntate mea factam, venire aut aliquam calumpniam inferre temptaverit, non evindicet, sed inferat sapra (sic.) scriptis fratribus una cum socio fisco auri libram I, et deiceps presens venditio firma et stabilis permaneat stipulatione subexa. Actum in Radaleni Ponto publice. Signum  Ansconis qui hanc venditionem fieri et firmare rogavit. Signum Arniaudi, qui consentit. Signum Guionis, qui consentit. Signum Fredrici. Signum Bran...i (***). Signum Vualdradi. Signum Norberti. Signum Ageverti. Signum Isohart. Signum Vuaremberti.
          Ego Brantius presbyter indignus (****) hanc venditionis cartam scripsi et subscripti. (Ruche). Datum mense februario, VII kalendas martii, anno IIII regnante Odonte gloriossimo rege feliciter. Amen.

[Dans la marge : coté et paraphé au désir de notre procès-verbal de ce jourd'huy vingt-sept juin 1786. (Signé :) Arvisenet. Josse.]

(*) : signe en forme de 5 qui signifie dimidias, dimidios ;
(**) : un mot entièrement effacé ;
(***) : Petite déchirure entre les lettres n et i ;
(****) : ces deux mots sont en note tironiennes.

Parchemin, Fonds du Chapitre de Langres. Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, année 1897, Paris, 1898, Chartes inédites des XIe et Xe siècles, p. 175 & 176.

On trouve une transcription manuscrite de cet acte aux Archives départementales de la Haute-Marne, Fonds Laloy, cote F 541.

1140 (ca.) : HUGUES ET VILAINES, CHEVALIERS, FILS DE REGNIER, SEIGNEUR DE NOGENT, SONT MENTIONNÉS COMME TÉMOINS À UN ACTE PASSÉ À ROLAMPONT. CET ACTE SE TROUVE AU CARTULAIRE SAINT-ÉTIENNE DE DIJON. Cf. DE LA CHENAYE-DESBOIS, Dictionnaire de la noblesse, 3e édition, tome XV, Paris, 1869, p. 26. 

1088 : GÉRARD DE ROLAMPONT, PRÊTRE, TÉMOIN D'UNE CHARTE DE ROBERT ÉVÊQUE DE LANGRES (RELATIVE) À CHÂTILLON-SUR-SEINE

1182 : REGNIER IIe DU NOM, SEIGNEUR DE NOGENT, DONNE AU CHAPITRE DE LANGRES, EN PRÉSENCE DE MANASSÈS Ier DE BAR, ÉVÊQUE DE LANGRES, TOUT CE QUE LUI ET SES FRÈRES POSSÈDENT À ROLAMPONT, cf. DE LA CHENAYE-DESBOIS, Dictionnaire de la noblesse, 3e édition, tome XV, Paris, 1869, p. 26.

1178 (vers) : GAUTHIER DE BOURGOGNE, ÉVÊQUE DE LANGRES, NOTIFIE LES DONATIONS FAITES AUX TEMPLIERS DE MORMANT ET À GUI, MAÎTRE DE CETTE COMMANDERIE, PAR HUGUES, RENAUD ET GALERAN DE CHALANCEY, DE DOMAINES À ROLAMPONT, ETC.

          Ego Galterus, Dei gratia Lingonensis episcopus, notum facio presentibus et futuris quod Hugo de Chalencey, canonicus Lingonensis, et Raynaudus et Galerannus, fratres ejus, guerpiverunt in manu domini Guidonis, magistri de Mormento, in presentia totius conventus memorate domus, quicquid juris habebant in finagio Rolemponte, in terra culta et inculta, in bosco et in pratis, in finagio Genevrole, in terra culta et inculta, in bosco, in pratis, in finagio de Raincurt, in terra culta et inculta, in bosco et in pratis ; tali conditione quod fratres supradicte domus domino Hugoni et fratribus suis duas minas frumenti annuatim reddant in grangia de Avaleres. Hujus rei testes sunt Hugo, miles de Chona, Gilbertus, miles de Moleria. Laudavit hoc uxor Raynaldi, Tecelina nomine, filii ejus Galterus, Guillelmus, Symon. Laudavit hoc idem (uxor) Galeranni Bencelina, et filius ejus Symon. Hujus rei testes  sunt Josbertus miles, filius Hergot de Gurgi, Nivardus miles de Gurgi (...)  miles, de Latrecey, filius Arlebaudi, filii vice-comitis. Actum est hoc anno ab incarnatione Domini M° (...) [le reste déchiré] Original maculé et déchiré, Archives de la Côte-d'0r, cote H 1179.

PETIT (Ernest), Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris, Dijon, 1885-1905, tome 2, p. 396.

1230 : JACQUES DE FLAVIGNY, PRÊTRE, ACHÈTE ET DONNE AU CHAPITRE DE LANGRES DES TERRES APPARTENANT À L'ABBÉ ET AU COUVENT DE MORMANT

1235 : ANDRÉ, SEIGNEUR DE NOGENT, FILS AÎNÉ DE REGNIER (dans un titre de 1235 qui est au Chapitre de Langres), RECONNAIT QUE SON PÈRE ET LUI AVAIENT DONNÉ À L'ÉGLISE DE LANGRES LA MOITIÉ D'UN FIEF SITUÉ À ROLAMPONT. Cf. DE LA CHENAYE-DESBOIS, Dictionnaire de la noblesse, 3e édition, tome XV, Paris, 1869, p. 26.

1303 : LAURENT DE BEAUME PRÉCEPTEUR DE LA MAISON DU TEMPLE RECOIT À MORMENT LE FRÈRE PIERRE DE ROLAMPONT

              PIÈCES DU PROCÈS DES TEMPLIERS (1307-1314). MICHELET, TRANSCRIPTION DE LA MINUTE EN LATIN, 1841

1307 : 13 OCTOBRE - LES GENS D'ARMES S'EMPARENT BRUTALEMENT À LA MAISON DU TEMPLE DE ROLAMPONT DES FRÈRES PIERRE, ÉTIENNE ET THÉOBALD. LE TEMPLIER THOMAS EST ARRÊTÉ À CHARMOILLES  (PIÈCES OP. CIT.)                                                                                                              

1340 : CHARTE D'AFFRANCHISSEMENT

1375 : SAMEDI 28 JANVIER ENVIRON HEURE DE PRIME - DOMMENGIN DE ROLAMPONT, HABITANT DE DIJON, EST PRÉSENT, EN QUALITÉ DE TÉMOIN, À LA PRISE DE POSSESSION ET INVENTAIRE FAIT EN LA MAISON ET HÔPITAL SAINT-PIERRE-ET-SAINT-PAUL-ET-SAINT-JACQUES APÔTRES, À DIJON, QUE FÎT ET ÉDIFIA JEHAN TARLENET, DE DIJON, DE LA LICENCE ET AUTORITÉ DE L'ÉVÊQUE DE LANGRES. Mémoires de l'Académie impériale des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 2e série, tome XIII, Appendice, le Clergé, les Juifs et les Lombards en Bourgogne, imprimerie J.-E. Rabutot, Dijon, 1865, p. 261.

1397 : 14 AVRIL - DOMENGIN DE ROLAMPONT, DEMEURANT À DIJON, VEND AUX CHARTREUX, REPRÉSENTÉS PAR DOM JEHAN LOMME, PROCUREUR, DEUX PIÈCES DE TERRE, CONTENANT DEUX JOURNAUX ET TROIS QUARTIERS, SISES SUR LE TERRITOIRE DE FAUVERNEY, POUR LE PRIX DE HUIT FRANCS OR. b. 11.289, F° 71, 74 V°, 80 R°.  MONGET (Cyprien), La Chartreuse de Dijon, d'après les documents des archives de Bourgogne, tome 1, Notre-Dame des Prés (Montreuil-sur-Mer), 1898, p. 288.

1417 : À DIJON, NICOLAS LE JOLYETET, MÉDECIN, EXAMINE PERROTE, FILLE DE MAÎTRE ANDRÉ DE ROLAMPONT, QUI AVAIT ÉTÉ MOLESTÉE AU COURS D'UNE RIXE ET DÉCLARE : QUE LADITE PERROTE, COMME IL LUI SAMBLE, N'EST CASEE NE BLECIEE DEDANS SA PERSONNE. Cf. RICHARD (J.), Le contrôle juridique de la profession médicale à Dijon au XVe siècle, dans Mémoires de la Société pour l'histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, tome XII, Dijon, 1948-1949, p. 281 ; WICKERSHEIMER (Ernest), BEAUJOUAN (Guy), Dictionnaire biographique des médecins en France au moyen âge ; JACQUART (Danielle), supplément, École pratique des Hautes-Études, IVe section, Hautes-Études médiévales et modernes, Centre de recherches d'histoire et de philologie, librairie Droz, Genève, 1979, p. 215.

1422 : VIDIMUS DE 1427 - BAIL EMPHYTÉOTIQUE FAIT PAR L'ÉVÊQUE À RAIMBAULT DE ROLAMPONT, TABELLION ET BOURGEOIS DE LANGRES, DE LA HALLE AUX MERCIERS, SISE AU MARCHÉ DE LANGRES, TENANT D'UN CÔTÉ À LA PLACE COMMUNE (...), Archives départementales de la Haute-Marne, cote G 52 (Liasse), 9 pièces, parchemin ; 23 pièces, papier. ROSEROT, NICOLLE, PATRY & GAUTIER, inventaire sommaire des Archives départementales de la Haute-Marne antérieure à 1790, série G, tome premier, Chaumont, 1909. 

1430 : RAIMBAULT DE ROLAMPONT, PROCUREUR GÉNÉRAL DE LANGRES, cf. Liste chronologique des procureurs généraux et maires de Langres, in MIGNERET (S.), Précis de l'histoire de Langres, Dejussieu, imprimeur-libraire, Langres, 1835, p. 360.

1435 : REPRISE DU CHÂTEAU AUX ANGLAIS PAR LES HABITANTS DE LANGRES ET DÉMOLITION DE L'ÉDIFICE

1474 : LA COMMUNAUTÉ DE ROLAMPONT REFUSE DE PAYER LA TAILLE À VOLONTÉ AU MOTIF QUE SES MEMBRES N'EN SONT PAS REDEVABLES CAR LIBRES. HOMMES OU HERITAGES ETANT TENUS FRANCS ET QUITTES DE TOUTES CENS, RENTES, TAILLES, SERVITUDES ET AUTRES REDEVANCES QUELCONQUES QUI NE LES MONTRE CHARGEZ, AFFAIZ ET ASSERVIS, LESQUELS DEFFENDEURS ESTOIENT FRANCS ET LIBRES PERSONNES NEZ ET ATTRAIZ (...) Mémoires de la Société pour l'histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, Dijon, 1981, p. 249.

1499 : ÉPIDÉMIE DE PESTE. LE CHAPITRE DE LANGRES SE RÉFUGIE À ROLAMPONT

1550 : 11 JUIN - TRANSACTION RÉGLANT LE SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ DE ROLAMPONT EN FAVEUR DU CURÉ DE ROLAMPONT EN TROIS JOURS DE CORVÉES

1547 : PROCÈS-VERBAL D'ABORNEMENT DES FINAGES DE ROLAMPONT ET DE LANNES (Archives départementales de la Haute-Marne, 1880)

1563 : 17 MARS (vs) - CONTRAT PORTANT SUR LE SOLDE DE LA DETTE CONTRACTÉE PAR LA COMMUNAUTÉ DE ROLAMPONT ENVERS HONORABLE HOMME NICOLAS DUBOYS, DE HUILLIÉCOURT, POUR 2.500 LIVRES «TANT ROZETTE QU'ÉTAIN» POUR LES CLOCHES DE L'ÉGLISE «FAITES ET FORMÉES DEPUIS DEUX OU QUATRE ANS.» Source : SIREJEHAN (Jehan), notaire royal au bailliage à Langres I, minutes 1562, Archives départementales de la Haute-Marne, cote 4 E 44/39, communication de M. Geoffrey Duvoy.

1564 : DIMANCHE 14 & LUNDI 15 MAI - CHARLES IX S'ARRÊTE ET DÎNE À ROLAMPONT APRÈS TROIS MOIS DE VOYAGE. IL VENAIT DE PARIS !

1568 : L'ARMÉE DU PRINCE CASIMIR ET CELLE DE WOLFGANG DUC DES DEUX PONTS, COMPOSÉE DE 7.500 REITRES ET DE 6.000 LANSQUENETS OCCUPE ROLAMPONT (P. DE SAINT-FERGEUX )

1573 : MAI - LES PROTESTANT (...) S'EMPARENT DE CHOISEUL. BARBEZIEUX, LIEUTENANT DU DUC AU GOUVERNEMENT DE CHAMPAGNE, ET DE LANQUES, DE LA MAISON DE CHOISEUL, CAPITAINE DE LA VILLE DE LANGRES, CONVOQUENT LA NOBLESSE ET LES PAYSANS DES ENVIRONS DE CHAUMONT ET DE LANGRES, QUI AVEC LES LANGROIS, FORMENT UNE PETITE ARMÉE D'ENVIRON 5.000 HOMMES. ILS SE RÉUNISSENT À ROLAMPONT ET SE DIRIGENT SUR CHOISEUL, OÙ ILS ARRIVENT AVANT MÊME QUE LES PROTESTNTS EUSSENT ÉTÉ INFORMÉS DE LEUR MARCHE. CEUX-CI SE RETIRENT DANS LE CHÂTEAU, QUI FUT CERNÉ ET ASSIÉGÉ. FORCÉS DE SE RENDRE, LES PROTESTANTS FIRENT UNE CAPITULATION, D'APRÈS LAQUELLE ON LEUR PROMIS LA VIE SAUVE ; MAIS ILS FURENT TOUS PENDUS. Cf. PISTOLLET DE SAINT-FERJEUX (Théodore), Mémoires de la société historique et archéologique de Langres, Langres, 1865, Langres pendant la Ligue, p. 93.

1575 : SENTENCE RENDUE AU PROFIT DES HABITANTS DE ROLAMPONT SUR LE DROIT DE PÂTURAGE DANS LES BOIS SEIGNEURIAUX (Archives départementales de la Haute-Marne, 1880)

1587 : 2 MARS - CONTRAT DE VENTE FAIT PAR LE CHAPITRE DE LANGRES AUX HABITANTS DE ROLAMPONT DE 430 JOURNAUX DE COTEAUX ET BROUSSAILLES POUR LE PRIX DE 716 ÉCUS (Archives départementales de la Haute-Marne, 1880.) LE CHAPITRE DE LANGRES ALIÉNE EN FAVEUR DES HABITANTS DE ROLAMPONT CERTAINS CANTONS INCULTES POUR QU'ILS LES DÉFRICHENT ET LES METTENT EN VALEUR. ENTRE AUTRES CONDITIONS, LE CHAPITRE IMPOSE LE PAIEMENT DE LA DIXME DES GRAINS QUI Y CROÎTROIENT À RAISON DE LA DOUZIÈME GERBE

1591 : 20 AOÛT - DANS LA NUIT - RETRAITE DU DUC DE LORRAINE ET DE SON ARMÉE À ROLAMPONT APRÈS L'ÉCHEC DE LA PRISE DE LANGRES PAR SURPRISE. Cf. PISTOLLET DE SAINT-FERJEUX (Théodore) & MIGNERET (Stanislas), Recherches historiques et statistiques sur les principales communes de l'arrondissement de Langres, première partie, Sommier, Libraire-éditeur, Langres, 1836, p. 220 ;  BOUGARD (Émile), Bibliotheca borvoniensis ou essai de bibliographie et d'histoire, Chaumont, Paris, 1866, p. 78

NB : MIGNERET (Jean-Baptiste-Stanislas Martial), dans son Précis de l'histoire de Langres, Dejussieu, imprimeur-libraire, Langres, 1835, p. 3198 & ss., citant aussi DINTEVILLE, gouverneur de Langres, Correspondance politique, lettre au duc de Nevers, gouverneur de Campagne, p. XXIX , SEMBLE SITUER CE MÊME ÉVÈNEMENT AU MOIS D'AOÛT 1589 ! 

1595 : 6 JUIN - BATAILLE DE FONTAINE-FRANÇAISE CONTRE MAYENNE ET LES ESPAGNOLS. HENRI IV ET LE MARÉCHAL DE BIRON 900 CAVALIERS, MAYENNE ET VELASCO 2.000 CAVALIERS ET 10.000 FANTASSINS. MAYENNE SE SOUMET. «UN NOMMÉ DE LA MARGELLE DE ROLAMPONT SE FIT RÉPUTER PAR SA VAILLANCE ET BLESSURES, RETINT ET EMPESCHA LE ROY DE SE TROP AVANCER EN LA CHALEUR DE SON COURAGE» (TABOUROT.) Cf. PIÉPAPE (DE), Léonce, Histoire militaire du pays de Langres et du Bassigny, 1884, 1984, p. 151

1608 : 21 AVRIL - SENTENCE DES REQUÊTES DU PALAIS QUI MAINTIENT LE CHAPITRE (DE LANGRES) EN LA POSSESSION DES DIXMES NOVALES DU VILLAGE & PAROISSE DE ROLAMPONT, À L'EXCEPTION DE CELLES QUI SE LÈVENT ÈS CLIMATS & CANTONS OÙ LEDIT (PIERRE) LE VASSEUR (CURÉ DE ROLAMPONT) PREND LA MOITIÉ ÈS DIXMES ANCIENNES AVEC LESDITS DU CHAPITRE, ÈS QUELS CLIMATS, LE CHAPITRE & LEDIT LE VASSEUR JOUIRONT PAR ÉGALE PORTION DESDITES DIXMES.

RECOURS DE PIERRE LEVASSEUR DEVANT LE PARLEMENT

1609 : 7 MARS - ARRÊT DU PARLEMENT DE PARIS SUR LES PRÉTENTIONS DE PIERRE LEVASSEUR, CURÉ DE ROLAMPONT QUI EXIGEAIT LA DIME À TITRE DE NOVALES. AYANT FAIT PROCÉDER À DES SAISIES SUR DIFFÉRENTS PARTICULIERS. LE CHAPITRE PRENANT LEURS FAIT ET CAUSE. LA TOTALITÉ DES NOVALES EST ACCORDÉE AU CURÉ DE ROLAMPONT. MAINTIENT & GARDE LE CURÉ EN LA POSSESSION DE LEVER & PERCEVOIR TOUTES LES DIXMES NOVALES DES FRUITS CROISSANS EN LA PAROISSE DE ROLAMPONT, DE NOUVEAU ESSARTÉS & MIS EN LABOUR DEPUIS 30 ANS OU ENVIRON

1615 : MATHIEU PIÉTREQUIN, LIEUTENANT DE LA COMPAGNIE DU MARQUIS DE REYNEL EST TUÉ AU COMBAT DE ROLAMPONT. IL ÉTAIT UN DES FILS DE JEAN III PIÉTREQUIN, GRAND-PÈRE MATERNEL DE PIERRE LE MOYNE, ÉCUYER, CAPITAINE ET CONTRÔLEUR DES DENIERS COMMUNS DE LA VILLE DE LANGRES, «LEQUEL POUR LA CAUSE DE DIEU, SERVICE DU ROY ET DE SA PATRIE, DEFFENDANT ICELLE CONTRE L'ENNEMI, BLESSÉ À MORT DECÉDA LE CINQ JUIN MIL CINQ CENT QUATRE VINGTZ NEUF» CHÉROT (Henri), Étude sur la vie et les oeuvres du P. Le Moyne (1602-1671), A. Picard, 1887, p. 6.

1616 : 22 NOVEMBRE - Mgr ZAMET, ÉVÊQUE DE LANGRES, UNIT À LA FABRIQUE DE LA CATHÉDRALE SAINT-MAMMES TOUS LES DOMAINES DE LA CURE DE ROLAMPONT

1618 : 31 JUILLET - TRANSACTION RÉGLANT LE SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ DE ROLAMPONT EN FAVEUR DU CURÉ DE ROLAMPONT EN TROIS JOURS DE CORVÉES

1625 : 6 SEPTEMBRE - LA COMPAGNIE DE MONSIEUR LE FRÈRE DU ROI SOUS LE COMMANDEMENT DE MONSIEUR DE LA FERTÉ ENTRE EN GARNISON À ROLAMPONT


19 SEPTEMBRE -
LA GARNISON SE RETIRE
1632 : DIMANCHE 11 JUIN - GASTON D'ORLÉANS, FRÈRE DE LOUIS XIII, LOGE À ROLAMPONT AVEC 4 000 HOMMES (MACHERET, Clément, curé d'Hortes, Journal de ce qui s'est passé de mémorable à Langres et aux environs depuis 1628 jusqu'en 1658, tome I, p. 17)
 
À la tête de 8 000 hommes et 2 000 chevaux (PIÉPAPE, Histoire militaire du Pays de Langres, 1884), il intrigue avec son beau-frère Charles IV Duc de Lorraine. Le mardi 13 juin, il passe devant Langres, il ne peut s'y arrêter - on lui refuse l'entrée - Il se rend à Dijon où son armée brûlera les faubourgs.

1633 : ÉPIDÉMIE

7 AOÛT - UN MARI ENTERRE DE NUIT SA FEMME SOUPSCONNÉE MORTE DE CONTAGION

8 AOÛT - VERS 7 OU 8 HEURES DU MATIN - LA FOUDRE TUE UN HOMME DE ROLAMPONT SUR LA CÔTE DE SAINT MANCHE OÙ IL ÉTAIT EN MOISSON

2 SEPTEMBRE - BAPTÊME D'UN ENFANT : LE NOM DE GAUD LUI FUT IMPOSÉ AU TEMPS QUE LA PESTE SE PRIT (OU APRÈS) À ROLAMPONT EN LA SUSDITE ANNÉE ET PARCE QUE TOUT LE MONDE SE VOUA À MR SAINT GAUD

18 OCTOBRE - A ESTÉ INHUMÉE LA FEMME DE NICOLAS GUILLEMIN QUI EST MORTE DE LA CONTAGION QU'ELLE A PRIS EN FRÉQUENTANT TROP TOST LA MAISON DE LA BARONNE, ESTANT, TENUE PAR UNE CURIOSITÉ QU'ELLE AVOIT D'Y TROUVER QUELQUE ARGENT OU AUTRE CHOSE, ET AU CONTRAIRE ELLE NY A RIEN TROUVÉ QUE LA PESTE DE LAQUELLE ELLE EST MORTE COMME DIT EST ; CE QUI DOIT SERVIR D'AVERTISSEMENS À TOUTES PERSONNES DE NESTRE PAS SI CURIEUX ET DE NE FRÉQUENTER SI PROMPTEMENT LES LIEUX QUI ONT ESTÉ CONTAGIEZ

3 NOVEMBRE - UN PETIT ENFANT MEURT DE CONTAGION

1634 : 25 JUIN - BAPTÊME D'UN ENFANT. IL REÇOIT LE NOM DE MIDY POUR ÊTRE NÉ À CETTE HEURE

1635 : LES CROATES DE LORRAINE ONT BEAUCOUP MALTRAITÉ TOUS CES PAYS-CI PAR VOL, VIOL, INCENDIE, PILLAGE, MEURTRE, PENDAISON, ETC., DEPUIS VARENNES JUSQUE CES PAYS-CI, VERS SEPTEMBRE ET OCTOBRE ON SE REFUGIAIT À LANGRES LEUR PRÉSENCE ET LA PEUR AMENÈRENT LA PESTE

1637 : ÉPIDÉMIE

DU 20 JANVIER AU 8 DÉCEMBRE - LA PESTE ENLÈVE À ROLAMPONT 96 PERSONNES. DEUX MARIS ENTERRENT LEURS FEMMES. UN HOMME EST ENTERRÉ PRÈS DU JARDIN EN PRESLE. UNE FEMME ACCOUCHA PENDANT SA MALADIE DE LA PESTE D'UN ENFANT QUI VÉCU DEUX HEURES ET FUT BAPTISÉ PAR UNE FILLE

21 FÉVRIER - DES FILS ENTERRENT D'EUX-MÊME LEUR MÈRE AU CIMETIÈRE, ILS L'AVAIENT LAISSÉE MOURIR SANS SACREMENTS

6 MARS - SAVIN FEBREU DÉCÈDA ET FUT INHUMÉ AU CIMETIÈRE DE ROLAMPONT APRÈS AVOIR REÇU TOUS SES SACREMENTS, IL ÉTAIT ÂGÉ ENVIRON DE 95 ANS, FORT HOMME DE LOI, DIEU AIT SON ÂME

10 MARS - ANSELME BRESSON DE LANNES FUT SI MALTRAITÉ DES SUÉDOIS QU'IL SE RETIRA À ROLAMPONT ET Y MOURUT APRÈS UNE LONGUE MALADIE

MARDI 17 MARS - MICHEL DORMOY DE ROLAMPONT FUT TUÉ PAR LES SOLDATS SUÉDOIS SUR LE FINAGE DE DAMPIERRE EN RETOURNANT DES BOIS DE CHARMOILLES OU DE THIVET, ET INHUMÉ À ROLAMPONT LESDITS SUÉDOIS SONT TELLEMENT ENNEMIS DE NOTRE NATION ET DE NOTRE ÉGLISE CATHOLIQUE, APOSTOLIQUE ET ROMAINE, QU'IL PILLENT LES ÉGLISES, FOULLENT LE SAINT-SACREMENT AU PIED, VOLENT, VIOLENT FEMMES ET FILLES, BRULENT MAISONS ET VILLAGES, QUOIQU'ILS SOIENT AU SERVICE DE NOTRE ROY TRES CHRÉTIEN, DONT LE DIEU SOUVERAIN FAVORISERA LES ARMES POUR LE RENDRE VICTORIEUX DE TOUS SES ENNEMIS, AFIN DE RENVOYER BIENTÔT CETTE NATION BARBARE ET ÉTRANGÈRE ET NOUS VENIR EN BONNE PAIX POUR LUI RENDRE NOS ACTIONS DE GRÂCE, LE SERVIR ET HONORE(R) AVEC PLUS DE LIBERTÉ D'UN PLUS GRAND ZÈLE (FAXIT DEUS)

VERS LE 5 MAI - NICOLAS BROISSON FUT TUÉ PAR LES SUÉDOIS ET ENTERRÉ EN JUIN PRÈS LE BOIS DES MONTOTS

DIMANCHE 10 MAI - GRAND PHILIPPE DE LANNES NOYÉ PAR LES SUÉDOIS FUT ENTERRÉ À ROLAMPONT

LUNDI 18 MAI - SIMON LEVASSEUR FUT ENTERRÉ SANS CÉRÉMONIE PARCE QUE L'ON DOUTAIT QU'IL FUT MORT DE LA CONTAGION

MARDI 25 AOÛT - JOUR DE LA SAINT LOUIS, LA MALADIE CONTAGIEUSE ÉTANT PARVENUE À ROLAMPONT ET Y AYANT MÊME DÉJÀ 35 MAISONS GÂTÉES DE LA CONTAGION, L'ON A ÉTÉ À L'ÉGLISE ET AU MONASTÈRE DE VEAUBRIEN, DU CÔTE DE FAVEROLLES, PLUS HAUT QUE LES BELLES ONDES, SUR LA ROCHE L'ERMITE DU CÔTE DE VESAIGNES, DÉDIÉ À SAINT- ROCH, EN PROCESSION OU ONT ASSISTÉ UNE GRANDE PARTIE DES HABITANTS DE CE LIEU, AVEC MOI, SALOMON LEVASSEUR, FILS NATIF DUDIT ROLAMPONT Y DESSERVANT, AUQUEL LIEU DE VEAUBRIEN A ÉTÉ CÉLÉBRÉE FORT SOLENNELEMENT LA SAINTE MESSE PAR MOI, PRÊTRE SUS-NOMMÉ, AVEC GRANDE DÉVOTION DU PEUPLE QUI Y ASSISTAIT. NOTA : QUE J'ÉTAIS ASSISTÉ DE MR PASQUES JACOB, PROCUREUR EN LA PRÉVOTÉ DE ROLAMPONT, DE JEAN GARNIER, BRULÉ ANDRÉ PRATICIEN, JACQUET FOURET, JEAN DUVOISIN ET AUTRES, ET QUI ONT ENTRE SEULS AVEC MOI DANS LE COEUR DE LADITE ÉGLISE, ET QUE TOUT LE RESTE DU PEUPLE EST DEMEURE DANS LA NEF CRAINTE DE DANGER, ENVIRON 3 OU 400 PERSONNES. ÉCRIT MÊME JOUR EN AN QUE DESSUS. J. LEVASSEUR

DIMANCHE 25 OCTOBRE - RETOUR D'UN GARCON QUI ÉTAIT À LANGRES POUR Y APPRENDRE L'ART ET LE MÉTIER DE CORDONNIER ET MEURT LE SURLENDEMAIN 27 OCTOBRE

1638 : 27 JANVIER - JEAN GAULE FUT TROUVÉ NOYÉ EN LA RIVIÈRE DE MARNE, PLUS BAS QUE LE PONT DE ROLAMPONT ET INHUMÉ LE MÊME JOUR

1643 : 12 JUILLET - PILLAGES COMMIS PAR L'ARMÉE ROYALE (d'après MACHERET, Journal, op. cit., Les cahiers Haut-Marnais, mai 1948, n° 12, p. 113)

SEPTEMBRE - UN RÉGIMENT DE CAVALERIE ARRIVE À ROLAMPONT, «FAISANT NOMBRE D'ENVIRON DEUX CENT CINQUANTE MAISTRES, LESQUELS ONT FAIT UN SI GRAND RAVAGE ICY QU'IL NE SE PEUT DAVANTAGE (...) FAUT SAVOIR QUE LES HABITANS DE CE LIEU DE ROLAMPONT AYANT PROMIS UN CHEVAL AU SIEUR D'ARNAULT EN VALEUR DE CENT ESCUZ ET N'Y AYANT SATISFAICTZ FURENT TRAITEZ EN CESTE SORTE. CE DOMMAGE A ESTÉ ESTIMÉ À PLUS DE DOUZE MILLE LIVRES» (MACHERET, Journal, op. cit., tome I, p. 286. Voir encore, ROUPNEL, Gaston, La ville et la campagne au XVIIe siècle : étude sur les populations du pays dijonnais, librairie Armand-Colin, 1955)

30 SEPTEMBRE - LA GARNISON «QUI A RUYNÉ CE VILLAGE EST SORTIE POUR NE POUVOIR PLUS SUBSISTER EN CESTE PLACE» (MACHERET, Journal, op. cit., tome I, p. 290)

1645 : 20 AOÛT - VERS 4 HEURES DE COMPLIES, ANTOINE SAULNOY FUT TUÉ D'UN COUP DE COUTEAU, IL ÉTAIT ALLÉ VISITER LE TRÈS SAINT-SACREMENT DE L'ÉGLISE

1647 : IL EXISTE UN HÔPITAL À ROLAMPONT

1660 : (VERS) - DONATION À ROLAMPONT D'UN TERRAGE DE NEUF ÉMINÉS PAR ANTOINE THIBAUT, CHANOINE DE LANGRES, FONDATEUR DE LA FÊTE DE SAINT THIBAUT LE 3 JUILLET

1665 : STATUE DE PIERRE RÉPRESENTANT SAINT JEAN-BAPTISTE

1674 : LE 2 OU 3 MAI - VERS LA MI-JUIN MÊME ANNÉE, C'EST-À-DIRE PENDANT CINQ SEMAINES ENVIRON, EUT LIEU À ROLAMPONT UNE MISSION QUI FUT TERMINÉE PAR LA PLANTATION D'UNE CROIX DE BOIS VIS À VIS LA POMMERAIE. LA FABRIQUE ACHETA LA CROIX ET MR LE CURE FIT LA DÉPENSE DE L'ENTRETIEN DES MISSIONNAIRES À SON ENTRÉE DANS LA CURE, POUR LE SALUT DE SON ÂME ET CELUI DE SES PAROISSIENS. PEU APRÈS LA FABRIQUE ACHETA UN PIED D'ARGENT À RELIQUAIRE ET UN ANTIPHONAIRE ROMAIN

1675 : ON ACHEVA DE BÂTIR LA MAISON CURIALE AUX FRAIS DE LA FABRIQUE ET DE MR LE CURÉ

1676 : 6 AVRIL - LE SAINT-ROSAIRE EST INSTITUÉ À ROLAMPONT PAR LE RÉVÉRAND PÈRE THOMAS GUENIOT, GRÂCE AUX SOINS DE MR JACQUINOT, CURÉ ET DIRECTEUR DE LADITE CONFRAIRIE

26 MAI - ON COMMENCE A BÂTIR LA SACRISTIE DE L'ÉGLISE DE ROLAMPONT AUX FRAIS DE LA FABRIQUE

20 JUIN - ACHÈVEMENT DES TRAVAUX

30 NOVEMBRE - LA FABRIQUE DE ROLAMPONT ACHÈTE ET PLACE L'HORLOGE PAROISSIALE, PAR PERMISSION DES SUPÉRIEURS

18 DÉCEMBRE - PIERRE TESTE EST MORT DE LA RAGE ET ENTERRÉ LE LENDEMAIN. IL EST ARRIVÉ BEAUCOUP D'AUTRES MALHEURS DE LADITE RAGE AUX BESTIAUX DE PLUSIEURS PARTICULIERS, CE QUI A FAIT FAIRE VOEUX À TOUS CEUX DU VILLAGE, DE FAIRE DIRE LA MESSE LE JOUR DE LA SAINT-HUBERT A PERPETUITÉ, AUSSI LE MALHEUR N'A PLUS CONTINUÉ

1678 : 8 JUIN - ACHAT DES ORNEMENTS POUR LA DÉCORATION DE L'ÉGLISE

1679 : 1er JANVIER - FUT PORTÉE ET ÉTRENNÉE UNE BANNIÈRE EN DAMAS FAITE PAR LA FABRIQUE. SIMON JARLET DONNA 25 LIVRES POUR AIDER À LA PAYER

1680 : 1er MAI - AUX FRAIS DE LA FABRIQUE, EUT LIEU LA RECONSTRUCTION DE LA PORTE D'ENTRÉE DU CIMETIÈRE, DU TOIT DU CLOCHER ET DE DEUX GALERIES

1682 : 12 MAI - UN GRAND TREMBLEMENT DE TERRE SECOUE TOUT L'EST ET LE NORD EST DE LA FRANCE D'AUJOURD'HUI

1683 : LA FABRIQUE FAIT RESTAURER LES BANCS DE L'ÉGLISE

1684 : LA FABRIQUE FAIT FERMER LE CHEMIN DU HAUT DU DIME ET CLORE LE CIMETIÈRE

UNE MISSION CONSIDÉRABLE DE 7 SEMAINES FUT DONNÉE À ROLAMPONT, IL Y EUT UNE AFFLUENCE EXTRAORDINAIRE, BEAUCOUP DE MONDE Y VINT PARTICIPER DES LIEUX CIRCONVOISINS ET NOTAMMENT DE LANGRES, ON Y DÉNOMBRE 7.000 PERSONNES

20 AOUT - CONFIRMATION FUT DONNÉE À ROLAMPONT PAR MGR LOUIS MARIE ARMAND SEMIUVES DE GARDES, ÉVÊQUE DE LANGRES. IL Y EUT DES CONFIRMANTS DE CHARMOILLES. POUR CETTE CIRCONSTANCE DIVERS ORNEMENTS FURENT ACHETÉS POUR LE SERVICE DIVIN PAR LA FABRIQUE

21 AOUT - VISITE CANONIQUE DE MGR L'ÉVÊQUE DE LANGRES. LES REGISTRES MENTIONNENT : VU DANS NOTRE VISITE ÉPISCOPALE LE 21 AOUT 1684. L.M.A. ÉVÊQUE, DUC DE LANGRES

1685 : 12 JANVIER - LA PAROISSE PAR LES MARGUILLIERS, AU NOM DE MR JEAN JACQUINOT, CURÉ DE ROLAMPONT, VINT TROUVER LES ADMINISTRATEURS DE LA COMMUNE ET IMPOSE AU MAÎTRE D'ÉCOLE LA SONNERIE ET LA RÉCITATION DE LA PRIÈRE TOUS LES JOURS. UN PRÉ EST AFFECTÉ À CE DEVOIR. LE MAITRE D'ÉCOLE REÇOIT UNE RENTE DE 25 FRANCS POUR ALLER CHAQUE SOIR DIRE À HAUTE VOIX LA PRIÈRE À L'ÉGLISE

1687 : LA FABRIQUE FAIT CONSTRUIRE À SES FRAIS LA TOUR DE L'ÉGLISE POUR Y PLACER UNE CLOCHE. ELLE FAIT RECOUVRIR À NEUF LA NEF EN TUILES

1688 : LA FABRIQUE FAIT FAIRE LES LAMBRIS DE LA VOÛTE DE L'ÉGLISE

UN PUITS DEVANT LA GRANDE PORTE EST CREUSÉ AUX FRAIS DE MR LE CURE (REG.)

1689 : CONSTRUCTION DU JUBÉ DE L'ÉGLISE PAR LA FABRIQUE

1690 : LA FABRIQUE FAIT CONSTRUIRE ET PEINDRE LES AUTELS DE SAINT-NICOLAS ET DE SAINTE-ANNE. TOUTES CES CHOSES FURENT FAITES PAR LES SOINS ET LA VIGILENCE DE MR LE CURE

1691 : CONSTRUCTION AUX FRAIS ET PAR LES SOINS DE MR LE CURÉ D'UNE MAISON PROCHE DE LA CURE POUR Y LOGER LE MAÎTRE D'ÉCOLE (REG.)

1692 : LA FABRIQUE À SES PROPRES FRAIS FAIT PERCER DEUX FENÊTRES, UNE AU CHOEUR ET UNE AU-DESSUS DE LA NEF, ET FERMER UNE FENÊTRE AU SOLEIL LEVANT. ELLE FAIT POSER LE RETABLE DU MAÎTRE-AUTEL

LA CONFRÉRIE PAYE LE RETABLE DE L'AUTEL DU ROSAIRE

OUVERTURE D’UNE FENÊTRE AU NORD DE LA CHAPELLE. DEUX FENÊTRES SONT CONDAMNÉES PAR L'ABBÉ JACQUINOT

L'ANNÉE FUT À ROLAMPONT SI CHÉTIVE EN VIN, QUE LA PINTE DE VIN ORDINAIRE COUTAIT 20 SOLS, LE BLÉ SE VENDIT 25 FRANCS L'MINÉE ET L'AVOINE 9 FRANCS. LA MISÈRE A ÉTÉ GRANDE

1706 : JEAN JACQUINOT, CURÉ DE ROLAMPONT, TESTE. IL DONNE 500 LIVRES EN PRINCIPAL, AUX JÉSUITES DE LANGRES, POUR UNE MISSION TOUS LES SEPT ANS. CE FUT LA SEULE MISSION ASSURÉE RÉGULIÈREMENT, JUSQU'EN 1770, DANS L'ÉVÊCHÉ DE LANGRES.  DINET (Dominique),  Religion et société. Les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d'Auxerrre, Langres et Dijon (fin XVIe-fin XVIIIe siècles) , volume II, publication de la Sorbonne, Paris, 1999, p. 674.

1707 : 18 MAI - FUT ENTERRÉ JEAN JACQUINOT, DÉCÈDÉ CURÉ DE ROLAMPONT À L'ÂGE D'ENVIRON 64 ANS

1721 : 27 NOVEMBRE - LA VISITE DES ARCHIDIACRES FUT FAITE À ROLAMPONT PAR MR HUTINET, DOYEN

1724 : 28 AOÛT - VISITE DES ARCHIDIACRES PAR MR HUTINET

1725 : 19 SEPTEMBRE - VISITE DES ARCHIDIACRES PAR MR HUTINET

5 OCTOBRE - REPAS DU ROI STANISLAS Ier DE POLOGNE, BEAU-PÈRE DE LOUIS XV, DE SA MÈRE, SA FILLE MARIE LESZCZYNSKA ET DE LA COUR À LA CURE RÉCEMMENT CONSTRUITE

1726 : 18 SEPTEMBRE - VISITE DES ARCHIDIACRES PAR MR HUTINET

1727 : 14 JUILLET - VISITE ÉPISCOPALE DE MGR PIERRE DE PARDAILLAN DE GONGRIN D'AUTIN, ÉVÊQUE DE LANGRES

1728 : PLANS ET PROCÈS-VERBAUX D'ARPENTAGE ET D'ABORNEMENT DES BOIS ET PÂTIS COMMUNAUX DE ROLAMPONT (Archives départementales de la Haute-Marne, 1880)

1732 : CROIX D'AUTEL PAR GILLOT

1736 : 6 MARS - ARRÊT DU CONSEIL DU ROI (CONSEIL D'ÉTAT), QUI ORDONNE QUE LE CHAPITRE DE LANGRES DEVRA PROCÉDER DEVANT LA MAÎTRISE DES EAUX ET FORETS POUR AVOIR COUPÉ DES ARBRES ET DES BALIVEAUX DANS LES BOIS DE ROLAMPONT

1739 : 1er JUIN - DE PAR LE ROI, SUR L'ORDRE DE L'INTENDANT DE LA PROVINCE & FRONTIÈRE DE CHAMPAGNE, L'INSPECTEUR DES CHEMINS ROYAUX AU DEPARTEMENT DE LANGRES PRESCRIT LA CORVÉE DES GRANDS CHEMINS À LA COMMUNAUTÉ DE ROLAMPONT

1745 : 4 SEPTEMBRE - VISITE CANONIQUE PAR M. MICHAUT, ARCHIDIACRE

1750 : RECTIFICATION DE LA ROUTE QUI TRAVERSE ROLAMPONT

1755 : 8 AVRIL - VISITE PAR M. NERET, ARCHIDIACRE

1760 : 24 JANVIER - DÉBUT DU PROCÈS DE LA CURE CONTRE LE CHAPITRE DE LANGRES

1764 : 6 FÉVRIER - DEVIS POUR LES TRAVAUX DE RÉPARATION DE LA MAISON CURIALE ET DE LA NEF DE L'ÉGLISE DE ROLAMPONT. VISITE DES LIEUX ET PROCÈS VERBAL EN PRÉSENCE DE CLAUDE GUILLAUME CURÉ DE ROLAMPONT, ANTOINE CARBILLET SINDIC, FRANCOIS LAMBERT PROCUREUR FISCAL, GILLE LAMBERT, PIERRE DESGREZ, JEAN JACQUINOT, NICOLAS DEGRÉ, JEAN DURNÉ, LOUIS LOGEROT, PIERRE DORMOY, NICOLAS DORMOY, DIDIER CLERC, CHARLES SILVESTRE, ET AUTRES PRINCIPAUX HABITANTS

11 JUILLET - DEVIS POUR UN PONT ET UNE ÉGLISE PLANS DE LA NEF ET DU CLOCHER PAR CLAUDE NICOLAS LEDOUX (ARCHITECTE DE LOUIS XVI ET AUTEUR DES SALINES ROYALES D'ARC ET SENANS.) CONSTRUCTEURS : MM. PIERRE DOUETTE DE FOUVENT-LE-CHÂTEL ET MAINE DE LANGRES INITIALES «DM » SUR LE MUR DE L'ÉGLISE

1765 : LA CURE DE ROLAMPONT POSSÈDE UN REVENU ÉLEVÉ : 4.057 LIVRES. ELLE EST LA PLUS DOTÉE DU DIOCÈSE DE LANGRES OÙ LE TAUX D'IMPOSITION DES CURES (DÉCIMES) S'ÉTABLIT ENTRE 2,880 & 7,680 POUR CENT. LE DÉCIME DE ROLAMPONT REPRÉSENTE 311 LIVRES & 10 SOLS, SOIT UNE IMPOSITION À 7,678 %
RAY (L.), Un impôt progressif sur le revenu sous l'Ancien-Régime, in Bulletin d'histoire moderne et contemporaine, publié par la Société d'histoire départementale de la Révolution, Troyes, 2e année, n°1, 1er trimestre 1909, La Révolution dans l'Aube, Mélanges et documents, p. 51 & 52.

1766 : 17 JUIN - ADJUDICATION DES TRAVAUX DU « PONT ROMAIN » (ROMAN) DE PRÉ-GIBÈRE (OU PRÉ-GIBERT) - PRÉGYBERT EN 1766. ADJUDICATION DES TRAVAUX DE L’ÉGLISE, TOUR ET DÉPENDANCES

JUILLET - DÉMOLITION DE L'ANCIENNE NEF TROP ÉTROITE. DÉBUT DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE L'ÉGLISE SAINT-PIERRE-ES-LIENS

1766 - 1771 (et après) : TRAVAUX DU «PONT ROMAIN ». CE PONT REMPLACE CERTAINEMENT UN OUVRAGE PROVISOIRE PLUS ANCIEN

1767 : 4 JANVIER - M. CLAUDE GUILLAUME, CURÉ DE ROLAMPONT ÉCRIT A LA FIN DES REGISTRES PAROISSIAUX DE L'ANNÉE 1766 :

L'Église de Rolampont a été Démolie au
mois de juillet 1766. par Mr. Douette
[fouvent (dans la marge)] adjudicataire des Réparations d'icelle, pour etre
Reconstruite En une nef de 19. pieds de Largeur
et de 24. de hauteur avec deux Collateraux ou
bas Côtez de chacun dix pieds de largeur #, le
tout dans oëuvre sur une Longueur de 60. pieds
aussi dans oëuvre.       Guillaume prêtre
          __________      Curé de Rolampont
# sur dix huit pieds de hauteur
                                                                                                                               __________

1768 : 27 FÉVRIER -  INHUMATION DANS LE CHOEUR DE L'ÉGLISE DE ROLAMPONT DE NICOLAS MICHELIN, ÂGÉ D'ENVIRON 27 ANS, NATIF DE NOGENT LE ROY, VICAIRE DE ROLAMPONT, MORT LA VEILLE AVEC LES REGRETS DE LA PAROISSE APRÈS L'AVOIR DESSERVIE EN QUALITÉ DE VICAIRE PENDANT DEUX ANS (Reg. par.)

8 MAI - FONTE D'UNE D'UNE GROSSE CLOCHE DE 2 600 LIVRES PAR Mr FRANCOIS SIRJEAN DE COLOMBEY LES CHOISEUL (Reg. par.)

9 JUIN - JOUR DE LA PETITE FÊTE DE DIEU, BÉNÉDICTION DE LA GROSSE CLOCHE PAR M. CLAUDE GUILLAUME, PRÊTRE, CURÉ DE ROLAMPONT. LES HABITANTS DE ROLAMPONT, REPRÉSENTÉS PAR MAÎTRE ANTOINE CARBILLET, PROCUREUR FISCAL ET CATHERINE BEZY ÉPOUSE DE MAÎTRE GILLES LAMBERT, LIEUTENANT EN CETTE PRÉVOTÉ, EN FURENT LES PARRAINS ET MARRAINES. IL EST INSCRIT SUR CETTE CLOCHE CES VERS... CONSACRÉE AU SEIGNEUR, J'AVERTIS LES MORTELS, DE VENIR L'ADORER AUX PIEDS DE SES AUTELS (Reg. par.)

1769 : 16 AVRIL - ON DÉNOMBRE 42 SEIGNEURS (CHANOINES DE L'ÉGLISE CATHÉDRALE DE LANGRES) SUR LE TERRITOIRE DE LA PAROISSE DE ROLAMPONT. Cf. État réalisé afin de connaître l'effet des encouragements accordés par la déclaration du Roi du 13 août 1766, article 3e, Archives départmentales de la Haute-Marne, liasse, cote C 166 à 340.

1770 : 6 FÉVRIER - SENTENCE DU PARLEMENT DE PARIS DONNANT GAIN DE CAUSE À M. LE CURÉ DE ROLAMPONT CONTRE LE CHAPITRE DE LANGRES AU SUJET DE LA CURE, DES DÎMES, DU TERRAGE, ET D'UNE RESTITUTION DES DROITS ET DÎMES DEPUIS LE COMMENCEMENT DU PROCÈS. L'ÉGLISE DES CHANOINES DE LANGRES EST CONDAMNÉE À DES FRAIS CONSIDÉRABLES ET SE VOIT CONTRAINTE DE PAYER LA SOMME DE 35.000 LIVRES AU CURÉ DE ROLAMPONT

1771 : 16 MARS - REQUÊTE DES HABITANTS ET COMMUNAUTÉ DE ROLLAMPONT À L’ENCONTRE DE PIERRE DOUETTE, ARCHITECTE, DEMEURANT À FOUVENT-LE-CHATEL, POUR LA NÉGLIGENCE ET LE RETARD QUE CE DERNIER APPORTE AUX CONSTRUCTIONS ET RÉPARATIONS À FAIRE À L’ÉGLISE, TOUR ET PONT DUDIT LIEU DE ROLLAMPONT

1772 : INAUGURATION D'UNE BANNIÈRE EN DAMAS

15 JANVIER - À LA FIN DES REGISTRES PAROISSIAUX DE L'ANNÉE 1771, M. CLAUDE GUILLAUME, CURÉ DE ROLAMPONT ÉCRIT :

                                                                                                f° 19                                                 
Je soussigné prêtre curé titulaire de la

cure de Rolampont certifie à tous qu'il
appartiendra au tèm avenir, être rentré
par arrest du parlement de Paris en datte
du six fevrier 1770. dans tous les anciens
domaines de cette cure qui avoient été unis
à la fabrique de st Mammès cathédralle de
Langres le 22. novembre 1616. par feu Mr Zamet
evêque de Langres sans information de commodo et
incommodo. cet acte est insinué au greffe ecclésiastique
dans le 21e. volume in fol. dud. greffe ec. le procès
contre le chapitre a commencé le 24. janvier
1760. et a finit le 6 fevrier 1770. cette
compagnie a été condamnée à m'abandonner 1°
toutes les dixmes, grosses et menûës, généralement
quelconque qui se levent et perçoivent dans toute
l'étendûë du finage dud. Rolampont. 2° le terrage
de la cure consistant en dix neuf journaux de terre
et neuf fauchées de prez. 3° le même arrest
condamne les habitans de Rolampont mes paroissiens
à me servir en trois jours de corvées suivant les
transactions du 11 juin 1550 et du 31 juillet 1618.
Condamne ensuitte le chapitre à tous les dépens
tant envers moi curé qu'envers les dits habitans et
à me restituer tous les revenûs depuis le jour de ma +
(demande) qui se sont montés toute deduction faite à la
somme de trente cinq mille livres que le
chapitre m'a payé. et pour que dans la suitte
en cas d'enlevement des pieces du procès ou
d'incendie ou en cas que led. chapitre vienne
s'emparer de cette cure comme du tèms passé
et en enlêve tous les titres comme il là dejà
fait. je fais le present acte pour servir de
monument à mes successeurs curez afin qu'ils
y ayent recours en cas de besoin. fait aud.
Rolampont le quinzieme jour du mois de
janvier l'an mil sept cent soixante et douze

13 JUIN - RÉCEPTION DES TRAVAUX DE L'ÉGLISE & DU PONT PREZ GIBERT

1773 : 27 FÉVRIER - CONCLUSIONS SUR LES TRAVAUX DE L'ÉGLISE & DU PONT PRESGIBERT

5 MAI -  MÉMOIRE POUR LES DOYEN, CHANOINES & CHAPITRE DE L'ÉGLISE DE LANGRES, DEMANDEURS EN REQUÊTE CIVILE ; CONTRE LE SIEUR GUILLAUME, CURÉ DE ROLAMPON, DÉFENDEUR. PLAINTE EN LA COUR CONTRE L'ARRÊT DE 1770. BREUZARD, RAPPORTEUR, COURTIN, AVOCAT

MÉMOIRE POUR M. CLAUDE GUILLAUME, CURÉ DE ROLAMPONT ; CONTRE LES DOYEN, CHANOINES & CHAPITRE DE L'ÉGLISE DE LANGRES. BREUZARD, RAPPORTEUR, FORGEOT, AVOCAT. CE PROCÈS EST LE TROISIÈME QUE LE CURÉ GUILLAUME EST OBLIGÉ DE SOUTENIR CONTRE LE CHAPITRE DE LANGRES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE SA CURE

3 AOÛT - ARRÊT DU PARLEMENT DE PARIS EN FAVEUR DE LA CURE DE ROLMPONT

1774 :
APRÈS LE 6 JANVIER -
 À LA FIN DU REGISTRE PAROISSIAL DE L'ANNÉE 1773 M. CLAUDE GUILLAUME, CURÉ DE ROLAMONT, ÉCRIT :

Le trois du mois d'aoust 1773. a été rendu un arrest
du parlement de Paris en faveur de la cure de Rolampont
qui deboute le chapitre de Langres # en entherinement
de ses lettres de requête civile contre l'arrest du 6.
fevrier 1770. qui maintient le sr. Guillaume curé dud.
Rolampont dans sa possession de toutes les dixmes du
finage et dans les droits seigneuriaux y attachés &a
                       Guillaume curé et coseigneur
                          de Rolampont

                                                                   # de sa demande                                                                                                         

1776 : 2 SEPTEMBRE - ARRÊT DU CONSEIL D'ÉTAT DU ROI CONFIRMANT L'ARRÊT DU PARLEMENT DE PARIS EN FAVEUR DE M. GUILLAUME, CURÉ DE ROLAMPONT

1777 : 8 JANVIER - À LA FIN DU REGISTRE PAROISSIAL POUR L'ANNÉE 1776, M. CLAUDE GUILLAUME, CURÉ DE ROLAMPONT ÉCRIT :

AD REI MEMORIAM

Est ecrit à la fin de la grosse du present registre
déposée au greffe du baillage royal de Langres ce
qui suit

Le deux du mois de septembre de la
présente année dud(it) registre mil sept cens
soixante et seize, au conseil d'Etat privé
du roy à Versailles a été rendu un arrest
en faveur du sieur Guillaume curé de
Roland-pont et de ses successeurs curez aud(it)
lieu qui déboute les doyen, chanoine et
chapitre de Langres de leur demande en
cassation, et par là a fini le procès de la cure
qui duroit depuis le 24 janvier 1760. Enfin
led(it) Guillaume est actuellement paisible
possesseur de toutes les dixmes grosses et menûës
sur toute  l'etendûë du finâge de sa paroisse
et des droits seigneuriaux y attachez et
et reconnûs par l'arrest du
parlement de Paris en datte du
6. fevrier 1770. Fait aud(it) Roland-pont le
huit janvier mil sept cent soixante et dix sept.
                  Guillaume curé
                   coseigneur de Roland-pont

1783 : 3 NOVEMBRE - ÉLARGISSEMENT DE LA RUE QUI EST AU DEVANT DU PORTAIL DE L'ÉGLISE.

Subd(élégation) de Langres
  -------
Rolampont
---------------
 
Le 5 9bre 1783,
ordonne suivant
l'avis ./
 
 
   Le soussigné qui en execution de l'ord(onnan)ce
de M. l( )intendant du 30 7bre a pris
communication d'une requete du curé de rolampont
et pieces y jointes par laquelle il demande
qu( )il soit pris sur le terrein de sa cure 56 pieds
de long sur 15 de large afin de donner plu
d'aisance a( )la rue qui est au devant du portail
de l( )eglise paroissialle, et que le decombrement
en soit fait incessament par la communauté sous
la direction d( )un piqueur. estime
 
   que cet ouvrage lui paroit d'une necessité
d autant plus indispensable que dans l( )état
actuel des choses, les pluies et fontes de neiges
ne peuvent avoir d autre issue, au moyen de
l( )etranglement de la rue, que contre le portail
et les murs de l( )église, ce( )qui la rend malsaine,
humide et y occasionne des degradations, au( )lieu
qu'en prenant 15 pieds sur le verger du curé
on donnera de l( )evasement a( )la( )rue, on peut même
en surbaisser le terrain, et procurer aux eaux un
ecoulement commode et necessaire a l( )eglise et
...................................................
aux paroissiens
 
   j'aurai en( )consequence, l( )honneur de proposer
a M l( )intendant l( )ordonnance suivante, qui
je crois, ne doit statuer que sur le decombrement
du terrain en question, l( )eglise voyant toujours
avec /trop de/ jalousie prononcer sur ses proprietés quelques
minutieuses qu( )elles puissent être
 
   Vu la presente requete, la deliberation
capitulaire du chapitre de langres collateur de
l( )eglise de rolampont du 11 aoust dernier y jointe,
portant consentement a ce qu( )il soit pris conformement
a( )la demande du curé un terrein de 56 pieds
de long sur 15 pieds de large dans le verger de 
la cure pour donner l( )aisance necessaire a
l'entrée de l( )eglise paroissialle, les eclairements
que nous nous sommes procurés et l( )avis &a
tout consideré
 
   Nous ordonnons que le terrain accordé gratuitement
a( )la paroisse de rolampont tant par les s(ieu)rs
...................................................
du chapitre de langres, que par le s(ieu)r guillaume
curé de( )la paroisse, sera incessament deblayé
par les habitans dud(it) rolampont sous
la conduitte d'un piqueur nommé a cet
effet par notre subdélégué a( )langres le
quel sera payé des deniers de( )la communauté
sur les ordonnances que nous rendrons en
consequence, sera tenu led(it) piqueur de prendre
les niv(e)aux et alignements necessaires pour
procurer aux eaux leur ecoulement
autre part que contre la portail et
les murs de l( )eglise paroissiale qu( )elles
degradent, et donnera a la rue qui
sert d( )entrée a l( )eglise une largeur suffisante
tant pour la commodité du service divin
que pour l( )utilite des habitans
 
   Enjoignons au sindic et habitans de
...............................................
rolampont d'executer ponctuellement les
ordres qui leur seront donnés a cet effet
mandons a notre subdelegué d( )y tenir la main
 
   A langres le 3 9bre 1783 pour avis
 
            Richard de Foulon            
  
Archives départementales de la Haute-Marne, liasse, cote, C 166 à
C 340, PH/JCHR/4353/20040906.
 
1784 : DU 1er OCTOBRE AU 10 OCTOBRE - FRANÇOIS PETIT, L'EMPOISONNEUR DE LOUPS, NATIF DE BOURGES, TUE À ROLAMPONT DEUX LOUPS ET DEUX LOUVES (Les cahiers haut-marnais, n° 49-50, 1955, p. 5 ; MORICEAU (Jean-Marc), L'homme contre le loup. Une guerre de deux mille ans, Fayard, 2011.)

1785 :
MAI - ARRIVÉE DE L'ABBÉ NICOLAS BLANCHARD À ROLAMPONT. IL SIGNE L'ACTE DE BÉNÉDICTION DU TERRAIN ACHETÉ AU CHAPITRE DE LANGRES POUR L'AGRANDISSEMENT DU CIMETIÈRE. NICOLAS BLANCHARD RESTERA VICAIRE DE ROLAMPONT JUSQU'AU 18 JUILLET 1789

1786 :
MISSION A L'INITIATIVE DE MGR DE LA LUZERNE, ÉVÊQUE DE LANGRES. ELLE EST DONNÉE PAR LE CURÉ DE BANNES ET DEUX CAPUCINS DE LANGRES, SUBSTITUÉS AUX JÉSUITES. CE FUT LA DERNIÈRE MISSION ORGANISÉE À ROLAMPONT (Archives départementales de la Haute-Marne, cote D 16, liasses 2 & 4)

28 DÉCEMBRE -
A ÉTÉ TROUVÉ LE CORPS D'UN HOMME, MORT SOUS LA NEIGE PROCHE LA CHAUSSÉE DU PONT PRÉ GIBERT FINÂGE DE ROLAND-PONT DONT LA LEVÉE EN A ÉTÉ FAITE PAR LES SIEURS OFFICIERS DE JUSTICE QUI ONT DRESSÉ PROCÈS VERBAL AINSI QUE CELUI DE VISITE FAITE LE LENDEMAIN PAR LES MÉDECINS ET CHIRURGIENS DE LANGRES, LE DIT CORPS RECONNU PAR SA FAMILLE POUR ÊTRE CELUI DU NOMMÉ PIERRE PAULIN DE LA PAROISSE DE LANNES, LE DIT CORPS CONDUIT DANS NÔTRE ÉGLISE DE ROLAND-PONT PROCESSIONNELLEMENT ET DE LÀ CONDUIT À LANNES SA PAROISSE POUR Y ÊTRE INHUMÉ. EN FOI DE QUOI MOI PRÊTRE VICAIRE DE ROLAND PONT JE ME SUIS SOUSSIGNÉ LES ANS ET JOUR QUE DESSUS .//. BLANCHARD VICAIRE (Reg. par.)

1787 : PLANS ET PROCÈS-VERBAUX D'ARPENTAGE ET D'ABORNEMENT DES BOIS ET PÂTIS COMMUNAUX DE ROLAMPONT (Archives départementales de la Haute-Marne, 1880.)

1788 : L'ABBÉ GUILLAUME SE RETIRE. INTÉRIM DE L'ABBÉ BLANCHARD. QUELQUES MOIS APRÈS ARRIVE LE NOUVEAU CURÉ, M. VARINOT

JEAN-BAPTISTE-AUGUSTE DELECEY, FILS DE JEAN OU JEAN-BAPTISTE, JÉSUITE, PUIS CHANOINE DE LANGRES. IL MEURT EN 1788, RETIRÉ À ROLAMPONT. C'EST À TORT QUE, DANS LA REVUE, ON A SUPPOSÉ QUE LE CHANOINE-PRÉDICATEUR EN QUESTION ÉTAIT AUTRE QUE LE JÉSUITE DU MÊME NOM. C'EST LE MÊME QUI DE JÉSUITE FUT, APRÈS LA SUPPRESSION DE LA SOCIÉTÉ, RENDU AU DIOCÈSE DE LANGRES ET ADMIS AU NOMBRE DES CHANOINES DE SAINT-MAMMÈS. Extrait de la Revue de Champagne & de Brie, T. XIV, 1883.

20 JANVIER - L'ABBÉ GUILLAUME, CURÉ DE ROLAMPONT, ÉCRIT SUR LES REGISTRES PAROISSIAUX :

Je soussigné prêtre curé de Roland-Pont certifie
à tous qu'il appartiendra que tous les actes portés cy devant
au dit régistre sont véritables en foi de quoi je me suis
soussigné audit Roland-Pont le vingt du mois de janvier
mil sept cent quatre vingt hui ./. Guillaume curé
                                    de Roland-Pont

L'année 1787. ont commencé les assemblées provinciales dans
la Champagne tenûës à Châlons, dans toutes les villes et villages
de la province. Loüis XVI. actuellement rêgnant les a établies pour
le bien de son peuple, dieu veuille qu'elles ayent tous le succès qu'on
en espère.        ________________________________________

cette même année 1787 il n'y a point eû de fruits ; les abricots
et les pêches se sont vendûës jusqu( )à dix sols piecce, ce qui fait
selon barême 50 l(ivres) t(ournois) le cent. Il faut être bien gourmend pour
manger des fruits à ce prix là. 50 l(ivres) t(ournois) soulageroient bien des malheureux
                  ________________________________________


1791 : 18 AVRIL - À ROLAMPONT, 50 FANTASSINS DE LA GARDE NATIONALE DE LANGRES ET UN DÉTACHEMENT DE LA GARDE DU VILLAGE, SE JOIGNENT AU CORTÈGE DU CURÉ DE PLANRUPT, ANTOINE HUBERT WADELAINCOURT, QUI SE REND À LANGRES. CE CURÉ A ÉTÉ ÉLU PAR LE PEUPLE ÉVÊQUE DE LANGRES À CHAUMONT LE 28 MARS 1791 & SACRÉ À PARIS LE 10 AVRIL 1791, DANS L'ÉGLISE SAINT-ROCH PAR MASSIEU, ÉVÊQUE DE L'OISE, ASSISTÉ DE DELCHER, ÉVÊQUE DE LA HAUTE-LOIRE ET DE SIBILLE, ÉVÊQUE DE L'AUBE

13 NOVEMBRE - CLAUDE CHARBONNIER EST ÉLU MAIRE DE ROLAMPONT. C'EST LE DEUXIEME PROPRIÉTAIRE DES FORGES DE BELLES ONDES. GROS PROPRIÉTAIRE TERRIEN ET DE LA MARBRERIE, IL EST AUSSI ENTREPRENEUR DE TRAVAUX PUBLICS. IL TIENT LE RELAIS DE POSTE

1792 : 12 JUIN - CLAUDE CHARBONNIER FONDE UNE SOCIÉTÉ DE CULTIVATEURS ET DE PROPRIÉTAIRES POUR ACHETER LES BIENS DES ÉMIGRÉS ET DE L'ÉGLISE. L'ON DÉNOMBRE 22 MEMBRES

1793 : 1er JANVIER - DIDIER LECLERC REMPLACE CLAUDE CHARBONNIER À LA MAIRIE

10 JUIN - LE CURÉ GUILLAUME DEMANDE UN CERTIFICAT DE CIVISME AU CONSEIL MUNICIPAL

13 JUIN - L'ABBÉ NICOLAS BLANCHARD VICAIRE DE ROLAMPONT, DE MAI 1785 À JUILLET 1789, ET PRÊTRE RÉFRACTAIRE EST GUILLOTINÉ PLACE DE L'HÔTEL DE VILLE À LANGRES APRÈS DIX JOURS D'EMPRISONNEMENT

24 JUIN - LES 16 MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL RÉPONDENT OUI À L'UNANIMITÉ À LA QUESTION : LE CURÉ GUILLAUME EST- IL UN AMI DE LA PATRIE ? MÉRITE-T-IL UN CERTIFICAT DE CIVISME ?

1797 : 25 JANVIER - LES AGENT ET ADJOINTS DE LA COMMUNE DE ROLAMPONT PRÉVENUS D'ABUS DE POUVOIR POUR AVOIR MARQUÉ ET DISTRIBUÉ AUX HABITANTS DE LA COMMUNE DES ARBRES DONT LA COUPE N'ÉTAIT AUTORISÉE PAR AUCUNE AUTORITÉ COMPÉTENTE. LE DIRECTOIRE ORDONNE QU'ILS SERONT POURSUIVIS DEVANT LES TRIBUNAUX. Arrêté du 6 pluviôse an V, signé Le Tourneur, Barras, Revellière-Lépeaux, Archives nationales, AF III, 429, dossier 2455. DEBIDOUR (Antonin), Recueil des actes du Directoire exécutif. Procès-verbaux, arrêtés, instructions, lettres et actes divers, tome 4, Imprimerie nationale, Paris, 1910-1917, p. 725.

1802 : 29 AOÛT - DÉCÈS DE CLAUDE CHARBONNIER

1803 : 10 JUILLET (22 MESSIDOR AN XI) - PAR DÉLIBÉRATION DU CONSEIL MUNICIPAL, LA COMMUNE DE ROLAMPONT FAIT DON DE DIX PIEDS DE CHÊNES PROPRES AUX CONSTRUCTIONS NAVALES, À CHOISIR DANS SES BOIS ; LESQUELS CHÊNES ELLE SE CHARGE DE FAIRE ABATTRE, ÉQUARRIR ET CONDUIRE À SES FRAIS SUR LE CHANTIER QUI LUI SERA INDIQUÉ. Arrêté du 6 brumaire an XI, qui approuve les délibérations de plusieurs conseils municipaux, contenant des offres de contributions pour l'armement contre l'Angleterre, Bulletin des lois de la République française, n°325, 1804, tome 9, 3e série, p. 131 & ss.

1804 : 20 FRIMAIRE - DEVIS INSTRUCTIF DES TRAVAUX D'ART À EXÉCUTER POUR LA COMMUNE DE ROLLAMPONT RELATIF À LA CONSTRUCTION DE DEUX FONTAINES AVEC ABREUVOIRS ET LAVOIRS COUVERTS, BASSINS DE SOURCE. SOURCE DE LA FONTAINE DITE FONTENELLE ET FONTAINE DU VAU

1811 - 1818 : CONSTRUCTION D'UN MOULIN PAR LES FRÈRES LOUIS ET NICOLAS PERNOT

1812 : ÉPIDÉMIE DE SCARLATINE

1814 : 17 JANVIER - 4 h du matin - DÉPART POUR CHAUMONT DES GRENADIERS À CHEVAL DE LA GARDE RESTÉS À ROLAMPONT,
cf. PIÉPAPE (DE), Léonce, Histoire militaire du pays de Langres et du Bassigny, 1884, 1984, p. 395 & 397 ; voir aussi STEENACKERS (F.-F.), L'invasion de la Haute-Marne en 1814 ; WEIL (Maurice-Henri), La campagne de 1814 d'après les documents des archives impériales et royales de la guerre à Vienne : la cavalerie des armées alliées pendant la campagne de 1814, tome 1, L. Baudoin, Paris, 1891-1895, p. 135 & Memento sur la campagne de France de 1814, 2002, p. 33 & 36.

18 JANVIER - LA 3e DIVISION DE CUIRASSIERS RUSSES, TROIS RÉGIMENTS, SOUS LES ORDRES DU GÉNÉRAL DUKA, SE REPLIENT SUR ROLAMPONT APRÈS D'IMPORTANTES PERTES (AFFAIRE DES CUIRASSIERS RUSSES À VESAIGNES.) DUKA DEMANDE ALORS À GYULAY DE LUI ENVOYER DE L'INFANTERIE ET DE LUI DONNER L'ORDRE DE LUI OUVRIR LA ROUTE MENANT À SES CANTONNEMENTS (Bernhardi, Toll, Denkwürdigkeiten, IV, 190, 191, Tagesbegebenheiten, K. K. Kriegs Archiv., I, 30.) UN BATAILLON, UNE DEMI-BATTERIE ET UN ESCADRON DE CAVALERIE LÉGÈRE REJOIGNENT, À CET EFFET, LES CUIRASSIERS À ROLAMPONT DANS LA NUIT DU 18 AU 19 JANVIER. WEIL (Maurice-Henri), La campagne de 1814 d'après les documents des archives impériales et royales de la guerre à Vienne, la cavalerie des armées alliées pendant la campagne de 1814, tome 1, L. Baudoin, Paris, 1891-1895, p. 144.

1815 : OCCUPATION DE ROLAMPONT PAR LES SOLDATS RUSSES

1820 : 5 SEPTEMBRE - DÉCÈS (*) DU CAPITAINE LOUIS JOSEPH BORDET, RETRAITÉ À ROLAMPONT. NÉ À THOREY (YONNE), LE 18 MARS 1768, FILS D'ÉTIENNE BORDET, PROPRIÉTAIRE & DE SÉBASTIENNE NICOLAS. IL FUT SOLDAT DES GARDES FRANÇAISES DU 31 DÉCEMBRE 1786 AU 14 JUILET 1789. CAPITAINE AU 14e RÉGIMENT D'INFANTERIE DE LIGNE DU 4 AOÛT 1792 AU 1er FLORÉAL AN XIII. ADMIS À LA RETRAITE PAR DÉCRET IMPÉRIAL DU 9 VENTÔSE AN XIII. IL FIT LES CAMPAGNES DE 1792, 1793, AN II & AN III DANS L'ARMÉE DU NORD, AN IV DANS L'ARMÉE DE L'INTÉRIEUR, AN VI & AN VII DANS L'ARMÉE D'ITALIE, AN VIII DANS L'ARMÉE DE L'OUEST & AN X DANS L'ARMÉE DES GRISONS. PLUSIEURS ACTIONS D'ÉCLAT. CHEVALIER DE LA LÉGION D'HONNEUR LE 24 SEPTEMBRE 1803, OFFICIER DE LA LÉGION D'HONNEUR LE 14 JUIN 1804 (Dossier LH 295043.) UN SABRE D'HONNEUR LUI FUT DÉCERNÉ PAR DÉCRET DU 28 FRUCTIDOR AN X. IL EST GÉNÉRALEMENT PRÉSENTÉ COMME L'UN DES VAINQUEURS DE LA BASTILLE. Cf. JOLIBOIS (Émile), La Haute-Marne ancienne et moderne, Albi, 1861, p. 71 ; CARNANDET (J.), Géographie historique, industrielle et statistique de la Haute-Marne, Chaumont, 1860, p. 109 ; STEENACKERS (François-Frédéric), L'invasion de 1814 dans la Haute-Marne, Paris, 1868, p. 159. LE 7 FLORÉAL AN II, AVEC UNE COMPAGNIE DE TIRAILLEURS, IL S'EMPARE DE DEUX PIÈCES D'ARTILLERIE EN ENTRANT DANS COURTRAI. LE 10 SUIVANT, IL FAIT RENDRE LES ARMES À UN BATAILLON HESSOIS À MAUCROU ; LE 19 IL ENLÈVE UNE REDOUTE ET FAIT 250 PRISONNIERS. LE 23 FLORÉAL AN II, AVEC SEPT HOMMES, IL PREND DEUX CANONS À BOXEL ET FAIT UN GRAND NOMBRE DE PRISONNIERS. IL S'EXPOSE ENSUITE À DE GRANDS DANGERS, PENDANT L'INONDATION, POUR FAIRE ENTRER DES VIVRES À BOSHEINE. LE 6 GERMINAL AN VIII, IL SE DISTINGUE À LEGNAGE. BLESSÉ DE DEUX COUPS DE FEU À LA JAMBE DROITE, AU PASSAGE DU RHIN, LE 21 FRUCTIDOR AN III & D'UN COUP DE FEU AU GENOU DROIT, LE 6 GERMINAL AN VII. DUPRÉ (CH.-L.), Les fastes du 14e régiment d'infanterie de ligne, 1836 ; JOLIBOIS (Émile), La Haute-Marne ancienne et moderne, Albi, 1861, p. 467 & CARNANDET (J.), Géographie historique, industrielle et statistique de la Haute-Marne, Chaumont, 1860, p. 109, LE DISENT À TORT NATIF DE ROLAMPONT. 
(*) NB : L'ACTE DE D
ÉCÈS NE SE TROUVE PAS SUR LES REGISTRES DE L'ÉTAT CIVIL DE ROLAMPONT

1821 : 3 JANVIER - NAISSANCE DU GÉNÉRAL CARTERET-TRECOURT

1824 : 16 JUIN - ORDONNANCE DU ROI (n° 17.338) QUI AUTORISE LA FABRIQUE DE ROLAMPONT, DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-MARNE, À ACCEPTER LES DONATIONS QUI LUI SONT FAITES PAR LES SIEURS PIERRE FORT ET SON ÉPOUSE, D'UNE RENTE ANNUELLE DE 10 FRANCS ; JEAN FORT ET SON ÉPOUSE, D'UNE PIÈCE DE PRÉ DE 19 ARES 39 CENTIARES, SOUS LA RÉSERVE DE L'USUFRUIT, PENDANT LA DURÉE DUQUEL LES DONATEURS PAIERONT UNE RENTE DE 10 FRANCS ; PAR DAME MILLOT, VEUVE BOISSELIER, D'UNE SOMME DE 100 FRANCS ; ET PAR DEMOISELLE DARNÉ, D'UNE PIÈCE DE PRÉ DE 25 ARES 85 CENTIARES, SOUS LA RÉSERVE DE L'USUFRUIT, PENDANT LA DURÉE DUQUEL LA DONATRICE PAIERA UNE RENTE DE 10 FRANCS : LE TOUT À LA CHARGE DE SERVICES RELIGIEUX (Bulletin des lois du royaume de France, 7e série, tome 19, n° 681, imprimerie royale, Paris, février 1825, pp. 30 & 31.)

1827 : 1er OCTOBRE - PLAN ET DEVIS DE TRAVAUX DE RÉPARATION DU PONT DU "PRÉ GILBERT", COUVERTURE EN LAVE DE LA CHAMBRE À FOUR DU PRESBYTÈRE, TRAVAUX À LA MAISON DE LA SOEUR, PAR (?) ANTOINE CHAUSSIER ARCHITECTE À CHAUMONT

1835 : ON DÉNOMBRE CINQ MOULINS À ROLAMPONT (J. BOUR) : LE MOULIN DU PETIT PONT, LE MOULIN PERNOT, LE MOULIN DE LA PARGIE (LA FILATURE), LE MOULIN CARTERET, BELLES-ONDES DEVIENT UNE TUILERIE

15 MAI - ORDONNANCE DU ROI PORTANT : ARTICLE 1er. L'ADMINISTRATION FORESTIÈRE EST AUTORISÉE À FAIRE DÉLIVRANCE AUX COMMUNES CI-APRÈS DÉSIGNÉES, SAVOIR : (...) 2° ROLAMPONT (HAUTE-MARNE), DE QUINZE HECTARES DE LA RÉSERVE DE SES BOIS. N° 7895, Bulletin des lois du royaume de France, IXe série, n° 125 à 148, n°145, p. 962.

1836 : OCTOBRE - DÉCOUVERTES ATTESTANT L'EXISTENCE D'UNE RICHE VILLA, À GAUCHE DU CHEMIN DE NOGENT, AU PIED DE LA CÔTÉ EN SORTANT DE ROLAMPONT. ON ENLEVAIT, POUR FACILITER LA CIRCULATION, UNE ÉMINENCE QUE L'ON CROYAIT NATURELLE ET L'ON TROUVA AU NIVEAU DU SOL LES RESTES D'UN BÂTIMENT CONSIDÉRABLE QUI PARAISSAIT AVOIR ÉTÉ DÉTRUIT PAR UN INCENDIE. CES RUINES AVAIENT TOUT LE CARACTÈRE ROMAIN. ELLES RENFERMAIENT UN PUITS COMBLE, MAIS QUI CONSERVAIT ENCORE UNE PARTIE DE SA MARGELLE. TOUS LES MURS ÉTAIENT CONSTRUITS DE MOELLONS ET CONSERVAIENT ENCORE EN QUELQUES PARTIES LES ENDUITS ET LES PEINTURES DONT ON LES AVAIT RECOUVERTS. LES AIRES ÉTAIENT FAITES DE PAVÉS DE PIERRE BLANCHE SCIÉE OU DE CARRÉS DE MARBRE NOIR ET BLANC ; DEUX ÉTAIENT RECOUVERTES DE MOSAÏQUES. ENFIN, PRÈS DU MUR DE CLÔTURE, EXTÉRIEUREMENT, S'ÉLEVAIT UN TOMBEAU FORME D'UNE SEULE PIERRE CREUSE ET RECOUVERT D'UNE AUTRE PIERRE QUI ÉTAIT BRISÉE. CE TOMBEAU RENFERMAIT DES OSSEMENTS HUMAINS, UN DE CES OS POLIS ET PERCÉS DE TROUS QU'ON A PRIS POUR DES FLUTES OU DES AMULETTES ET UN STYLE DE BRONZE DE 18 CENTIMETRES DE LONG. ON N'A TROUVE DANS CES RUINES QU'UNE SEULE MÉDAILLE QUI PARAISSAIT DU HAUT EMPIRE, MAIS TELLEMENT FRUSTE QU'ELLE ÉTAIT INDÉCHIFFRABLE. LE STYLE A ÉTÉ DESSINÉ ET LITHOGRAPHIE PAR M. PISTOLLET DE SAINT FERJEUX (ÉMILE JOLIBOIS, 1861. LUQUET, ANTIQUITÉ DE LANGRES. ID. L'ÉCHO DE LA HAUTE-MARNE DU 27 OCTOBRE 1836.)

- On a découvert récemment l'emplacement d'une villa romaine, à quelque distance de Rolampont, à la naissance de la côte qui conduit de ce village à Nogent-le-Roi.
Cette villa s'étendait assez avant dans l'espace occupé aujourd'hui par des vignes au nord du chemin, car il y a deux ans on y mit à découvert une vaste Mosaïque connue sous le nom de vénitienne. 
Journal des artistes, revue pittoresque consacrée aux artistes et aux gens du monde [...], paraissant tous les dimanches, 10e année, volume 2, Paris, 1836, p. 368.

1841 : 23 MAI - NAISSANCE DE AUGUSTE MARTIN, MAIRE DE ROLAMPONT & CONSEILLER GÉNÉRAL DE LA HAUTE-MARNE

1843 : 18 JUILLET - MORT DU CAPITAINE LOUIS GUILLEMIN. NÉ À ROLAMPONT LE 23 SEPTEMBRE 1773, MARIÉ À ANNE LOGEROT LE 19 MAI 1779. RETRAITÉ DEPUIS LE 1er AVRIL 1811. Ordonnance du Roi (n°19.435) qui accorde des pensions à soixante-quatre veuves de militaires, 27 mars 1845, bulletin des lois n°772, p. 390-391.

2 AOÛT - NAISSANCE À ROLAMPONT DE FRANÇOIS GALLIEN, FILS DE PIERRE, MANOUVRIER ET DE MARIE GUIOT, TAILLEUR DE PIERRE, INCORPORÉ AU RÉGIMENT D'ARTILLERIE À CHEVAL LE 23 JUILLET 1864 COMME REMPLAÇANT PAR VOIE ADMINISTRATIVE, SERVANT POUR SEPT ANS PAR ACTE PASSÉ JUILLET 1864, 2e CANONNIER CONDUCTEUR LE 25 JUILLET 1864, BRIGADIER LE 20 AVRIL 1866, MARÉCHAL DES LOGIS AU 18e RÉGIMENT D'ARTILLERIE, MÉDAILLÉ MILITAIRE PAR DÉCRET DU 31 MAI 1871, RANG DU 19 OCTOBRE 1870. RENGAGÉ LE 18 JUILLET 1871 POUR CINQ ANS. ADJUDANT SOUS-OFFICIER, CHEVALIER DE LA LÉGION D'HONNEUR LE 14 JUILLET 1894, GARDE PRINCIPAL D'ARTILLERIE DE 2e CLASSE À L'ÉCOLE SPÉCIALE MILITAIRE. IL PARTICIPA AUX CAMPAGNES CONTRE L'ALLEMAGNE À L'INTÉRIEUR DU 16 JUILLET 1870 AU 28 MAI 1871. BLESSÉ PAR UN ÉCLAT D'OBUS, LE 16 AOÛT 1870, À LA BATAILLE DE GRAVELOTTE

1848 : ÉCOLE DES FILLES FONDÉE PAR LA COMMUNE

DÉMOLITION DU MOULIN DE BELLES-ONDES

1849 : DISPARITION DU MOULIN DU PETIT-PONT ET DE LA PARGIE PEU RENTABLES

1er MARS - CE JOUR DE TIRAGE AU SORT, M. LE SOUS-PRÉFET DE LANGRES DONNE UN DRAPEAU REÇU DU GOUVERNEMENT AU BATAILLON DE LA GARDE NATIONALE DE ROLAMPONT, COMMANDÉ PAR M. GUILLEMIN. CRÉÉE PAR LA LOI DU 2 MARS 1831, LA GARDE NATIONALE SE COMPOSAIT DE DEUX BATAILLONS POUR LE CANTON, L'UN ORGANISÉ À NEUILLY-L'ÉVÊQUE, L'AUTRE À ROLAMPONT.

1852 : PARISOT SCULPTE LE SPHINX

1853 : 5 AVRIL - MM. PAUL PÉCHINÉ & JOSEPH COLAS PRENNENT UN BREVET D'INVENTION DE QUINZE ANS POUR UN SYSTÈME D'ÉTUVE ET DE FOUR À SÉCHAGE ET CUISSON CONTINUE, POUR LA CHAUX, LE PLÂTRE, LA TUILE, ET LES BRIQUES, LES PÂTES CÉRAMIQUES, ET TOUTES LES MATIÈRES QUI ONT BESOIN D'UNE CHALEUR GRADUÉE. (Demande de certificat d'addition déposée, le 28 octobre 1853, au secrétariat de la préfecture du département de la Haute-Marne, Annales des mines, lois, décrets et arrêtés sur les mines, supplément aux lois, décrets et arrêtés de 1854, brevets d'invention et certificats d'addition proclamés en 1854, décret impérial du 29 décembre 1854, Paris, 1855, cinquième série, mémoires, tome VIII, p. XXIX & XXX ; brevets d'addition du 28 août (sic.) 1853 et 15 novembre 1855, BARRAL (J.-A.), Drainage des terres arables, Paris, 1856, p. 407.)

1854 : ÉPIDÉMIE DE CHOLÉRA. LE 16 JUIN LA MALADIE SE DÉCLARE. 105 PERSONNES DÉCÈDENT DANS LE COURANT DE L'ANNÉE. LA MOYENNE ANNUELLE DES DÉCÈS DE 1833 À 1853 ÉTAIT DE 29

1855 : LE 15 OCTOBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT ÉLÈVE UNE PROTESTATION CONTRE LE PROJET DE LA COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER. CELLE-CI PROJETTE DE SUPPRIMER LE CHEMIN VICINAL DE ROLAMPONT À VILLIERS-SUR-SUIZE, POUR FAIRE L'ÉCONOMIE D'UNE BARRIÈRE : LA ROUTE DE VILLIERS SERA DÉTOURNÉE ET EMPRUNTERA LE PASSAGE À NIVEAU DE LA ROUTE IMPERIALE 19. C'EST CE PASSAGE QUI SERA SUPPRIMÉ GRÂCE À LA DÉVIATION DE LA NATIONALE 19, ET L'AUTRE PASSAGE EST MAINTENU AVEC SIGNALISATION AUTOMATIQUE. J. BOUR, L'ÉCHO DU VAL DE GRIS, N° 4, JUIN-JUILLET 1968, P. 9

1855 : (DEPUIS) - LIGNE DE CHEMIN DE FER DE BLESMES ET SAINT-DIZIER À GRAY

1856 : 30 JUILLET - LE PROCÈS-VERBAL DU SIEUR VALTER, PIQUEUR DES PONTS-ET-CHAUSSÉES, ATTACHÉ AU CONTRÔLE DES CHEMINS DE FER DE L'EST CONSTATE QUE DEUX AQUEDUCS, SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE DE ROLAMPONT, SITUÉS L'UN AU LIEUDIT TROT-DU-RUPT, L'AUTRE AU LIEUDIT LE MARCHÉ, N'ONT PAS LES DIMENSIONS PRESCRITES PAR L'ARRÊTÉ PRÉFECTORAL DU 26 AVRIL 1856. LA COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER DE L'EST EST CONDAMNÉE À UNE AMENDE DE 300 FRANCS PAR INFRACTION À RAISON DE CES CONTRAVENTIONS. LE 4 MARS 1858 LA DEMANDE DE MODÉRATION DE CES AMENDES PRONONCÉES PAR LE CONSEIL DE PRÉFECTURE EST REJETÉE. Annales des Ponts-et-Chaussées, 2e partie, Paris, 1858, p. 403.

2 SEPTEMBRE - ARRÊTÉ PRÉFECTORAL. LA COMPAGNIE CONCESSIONNAIRE DES CHEMINS DE FER DE L'EST EST AUTORISÉE À FAIRE CHOMER LE MOULIN DE BELLES ONDES APPARTENANT À M. HUBERT SOMMELET-BOISSELIER, MEUNIER À ROLAMPONT, PROPRIÉTAIRE EXPLOITANT, POUR POUVOIR ASSÉCHER LES ABORDS DU PONT CONSTRUIT SUR LE BIEF EN AMONT DE CE MOULIN, DANS LE CADRE DES TRAVAUX DE LA LIGNE DE CHEMIN DE FER BLESMES ET SAINT-DIZIER À GRAY

1857 - 1861 : (ET APRÈS) - LIGNE DE CHEMIN DE FER PARIS-MULHOUSE

1858 : 7 AOÛT - M. CLAUDE MENNE-BOISSELIER, PROPRIÉTAIRE DÉCLARE EN MAIRIE DE ROLAMPONT SON INTENTION D’EXPLOITER ET DE FAIRE LE COMMERCE DU TUF SE TROUVANT SUR SA PROPRIÉTÉ SISE AU LIEUDIT « SUR LA TUFFIÈRE ». Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1859 : PROJET DE CONSTRUCTION D'UN MOULIN EN VAUX, SUR LA ROUTE DE NOGENT, PAR M. JARLOT. LE MOULIN SERA DÉTRUIT PAR UN INCENDIE MOINS DE DIX ANS APRÈS

1859 : 3 SEPTEMBRE - RÉCEPTION DÉFINITIVE DES TRAVAUX ACCESSOIRES EXÉCUTÉS PAR LA COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER DE L'EST À LA TRAVERSÉE DES CHEMINS VICINAUX ET RURAUX DE LA COMMUNE DE ROLAMPONT PAR LA LIGNE SAINT-DIZIER À GRAN

Selon les prescriptions des arrêtés préfectoraux des 24 avril 1856 et 2 novembre 1857 :

1. chemin latéral d'exploitation entre la limite du lieu-dit
Roche l'Hermitte ou Champ Bosse et sous le pont de Breuil et la route impériale de Paris à Bâle.
2. chemin vicinal de Villiers-sur-Suize à Rolampont, passage à niveau avec rectification sur place.
3. chemin latéral d'exploitation à droite entre le chemin de Villiers-sur-Suize et le chemin de Vaubrien ou voie de Traverse.
4. chemin latéral d'exploitation à droite entre le chemin de Vaubrien et le chemin de la Roche-Morand ou voie de Briguets.
5. chemin de défruitement à gauche le long de la limite des lieux-dits
le Marché et Rue Bernard.
6. chemin vicinal de la Roche-morand ou voie des Briguets ou de Faverolles à Rolampont, passage à niveau avec rectification sur place.
7. chemin latéral à gauche entre le chemin de la Roche-Morand et la gare de Rolampont servant de voie d'accès à la gare
(non reporté sur le tableau de contrôle.)
8. chemin vicinal de Rolampont à Marac, passage à niveau avec rectification sur place.
9. chemin latéral d'exploitation à droite entre le chemin de Rolampont à Marac et la parcelle 284 du lieu-dit
Au Village.
10. chemin latéral d'exploitation à gauche entre le Pont Gibère et la parcelle 2854 du lieu-dit
la Sâne.
11. chemin latéral d'exploitation sur la rive droite de la déviation de la Marne, lieu-dit
Laborie.

1860 : M. LEDRU, INGÉNIEUR OFFRE A LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE DE LANGRES UN MODÈLE DU PONT BIAIS DE ROLAMPONT, CONSTRUIT PAR LA COMPAGNIE DU CHEMIN DE FER DE L'EST. Mémoires de la société historique et archéologique de Langres, Chronique, juillet 1863, p. 2.

(VERS) - LA COMMUNE FAIT BÂTIR UN NOUVEAU PRESBYTÈRE AU COUCHANT DE L'ANCIEN, AU MIDI DE L'ÉGLISE

1861 : DANS LA COLLECTION DES GUIDES-JOANNE, LIBRAIRIE HACHETTE, PARIS, NOUS TROUVONS, DANS LA  VINGT-CINQUIÈME ÉDITION DU GUIDE DU VOYAGEUR EN FRANCE PAR RICHARD, CONTENANT HUIT CARTES DES CHEMINS DE FER FRANÇAIS, ROUTE 66, CHAUMONT-LANGRES, PAGE 103, CETTE SINGULIÈRE ASSERTION : 287 kil. Rolampont, b. de 1.194 hab., traversé par la Marne dans toute sa longueur ; d'abord appelé Pont-sur-Marne, à cause du pont reliant les deux rives, jusqu'au jour où un Roland, seigneur du boug et du château, le nomma Roland-Pont ; le château fut détruit pendant les guerres des Écorcheurs.

1864 : 27 MAI - NAISSANCE DU MUTUALISTE JOSEPH LOUIS KELLER.  COMMANDEUR DE LA LÉGION D'HONNEUR EN 1926

1865 : 29 JUIN - ARRÊTÉ PRÉFECTORAL METTANT EN DEMEURE LA COMPAGNIE CONCESSIONNAIRE DES CHEMINS DE FER DE L'EST D'EXÉCUTER TROIS PASSAGES À NIVEAU POUR PIÉTONS SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE DE ROLAMPONT, SUR LA LIGNE PARIS À MULHOUSE

1866 : 5 MARS - LA MACHINE DU TRAIN-POSTE DE MULHOUSE À PARIS DÉRAILLE DE SES ROUES ARRIÈRES PRÈS DE ROLAMPONT. ELLE S'ARRÊTE À ROLAMPONT AVEC 1.235 COUSSINETS BRISÉS. COUCHE (Charles), Matériel roulant et exploitation technique des chemins de fer, tome I, chapitre II, Rails - Inconvénients des coussinets, Paris, 1867-1868, p. 55)

27 OCTOBRE - DÉPOSITION DE M. FRANÇOIS MICHEL, CULTIVATEUR, MAIRE DE ROLAMPONT, FAITE DANS LE CADRE DE L'ENQUÊTE AGRICOLE :

   L'agriculture manque de bras ; la main-d'oeuvre est très chère. Les ouvriers préfèrent  se livrer à d'autres travaux où ils sont payés à des prix élevés. Ils émigrent généralement vers les villes.
   Le prix des terres est en baisse depuis sept à huit ans ; le prix des baux se maintient, mais on loue moins facilement.
   Nous croyons qu'il entre des blés étrangers qui font concurrence aux nôtres.
   L'établissement du canal de la Marne à la Saône permettrait d'abaisser les prix des transports. Depuis que nous avons le chemin de fer, nous écoulons facilement nos produits.
   Il faudrait que le blé ne se vendit pas au-dessous de 20 francs l'hectolitre, année ordinaire ; le prix  de revient est de 19 francs environ.
   Le morcellement de la propriété ne permet pas de modifier le système d'assolement triennal qui est défavorable.
   Les droits de mutation de propriété sont trop élevés pour le cultivateur.
   L'assurance par le Gouvernement serait avantageuse.
   Les cultivateurs se procurent difficilement des capitaux ; il faut donner des garanties hypothécaires, et les frais sont trop élevés.
   Les chemins ruraux laissent à désirer ; il conviendrait d'y reporter une partie des prestations.

Ministère de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, Enquête agricole, 2e série, enquêtes départementales, 14e circonscription, Haute-Marne,  Côte-d'Or-Saône-et-Loire, imprimerie impériale, Paris, 1867, p. 111.

1869 : 23 MARS - NAISSANCE DE RÉMOND MARTIN, MAIRE DE ROLAMPONT, CONSEILLER GÉNÉRAL & SÉNATEUR DE LA HAUTE-MARNE

1870 : OCTOBRE - TÉLÉGRAMME : «Général Langres à préfet Chaumont (octobre 1870) : Faites partir demain pour Rolampont et Hûmes toute la légion mobilisée à Vassy, qui est déjà habillée et équipée : ceux qui ne peuvent partir armés, recevront des fusils de Langres quand ils seront arrivés à Hûmes et à Rolampont. La 2e légion (Coty) arrivera à Chaumont demain dans l'après-midi ; il est à désirer qu'elle soit logée en ville, de façon à être promptement assemblée ; la légion de Vassy devra quitter Chaumont d'assez bonne heure pour céder la place à la légion Coty ; elle fera route à pied. Un officier de la 2e légion attendra à Rolampont le commandant de la 3e légion, pour lui faciliter l'installation de sa troupe à Rolampont et à Hûmes. Un bataillon mobile de la Haute-Savoie part pour Montigny, mais je n'envoie pas la légion Dianous à Bourbonne. Envoyez de suite à Langres tous les effets qui sont à la préfecture, destinés à la garde mobile ; c'est indispensable pour passer les marchés nécessaires, afin de compléter l'habillement.» (Le 1er bataillon de la 3e légion de mobilisés fut formé à Vassy et envoyé à Langres. On l'arma de fusils rayés à piston, et on l'installa sous des baraquements dans la promenade de Blanche-Fontaine.)
Cf. PIÉPAPE (DE), Léonce, Histoire militaire du pays de Langres et du Bassigny, 1884, 1984, p. 280.

26 OCTOBRE - 11 HEURES DU MATIN - LE 1er BATAILLON DE LA 3e LÉGION SE MET EN ROUTE POUR ROLAMPONT EN BON ORDRE.
Cf.  Mémoires de la Société des lettres, des sciences, des arts, de l'agriculture et de l'industrie de Saint-Dizier, 1882-1883, Saint-Dizier, 1884, p. 131.

27 OCTOBRE - TÉLÉGRAMME ADRESSÉ PAR LE COMMANDANT SUPÉRIEUR AU GÉNÉRAL GABRIEL DE BESANÇON - Le 50e, le génie, l'artillerie, la mobile du Gard, étaient à Langres même. 600 hommes et 35 pièces de canon garnissaient chacun des forts de Peigney, la Bonnelle, Buzon et Brevoine. Le reste des troupes était réparti en cantonnement dans les villages voisins ou à la garde des batteries et ouvrages détachés. Enfin, pour compléter la défense de la contrée, on avait mis 1.800 hommes à Chaumont, 900 à Montigny-le-Roi, Hûmes et Rolampont.
Cf. PIÉPAPE (DE), Léonce, Histoire militaire du pays de Langres et du Bassigny, 1884, 1984, p. 282.

Le siège de Strasbourg à peine terminé, les troupes du XIVe corps allemand reçurent une destination nouvelle. Le 2 octobre, elles se mirent en marche pour la région de Langres, par les Vosges et la vallée de la Saône. En même temps, Chaumont était menaçé ; car des détachements ennemis maîtrisaient le chemin de fer de Blesmes à Bologne. Il y eut dans ces parages deux engagements assez malheureux entre les Prussiens et la 1re légion de mobilisés, l'un à Provenchères, l'autre à Brettenay. Cette légion ne pouvait tenir contre les forces disciplinées et supérieures en nombre qui marchaient sur elle. Un général improvisé, M. Colin, et le préfet de la Haute-Marne, M. Spuller, montèrent à cheval et vinrent haranguer les mobilisés avant l'affaire de Provenchères ; puis ils disparurent, et on ne les revit plus. Chaumont ne fut pas défendu et tomba sans coup férir entre les mains de l'ennemi qui s'avança librement jusqu'auprès de Foulain. Le général Arbellot dirigea sur ce point toutes les troupes dont il put disposer, et fit barrer la vallée de la Marne à Rolampont. La garde mobilisée trouva dans ces dispositions hâtives l'occasion de faire quelques marches un peu longues, dont elle supporta convenablement les fatigues. Mais elle ne put empêcher l'invasion de se répandre autour de Langres.
Cf. PIÉPAPE (DE), Léonce, Histoire militaire du pays de Langres et du Bassigny, 1884, 1984, p. 288.

8 NOVEMBRE - 5 HEURES DU MATIN - LE GÉNÉRAL ARBELLOT, COMMANDANT LA SUBDIVISION, AYANT DONNÉ L'ORDRE AUX TROUPES CANTONNÉES DANS LA CONTRÉE DE SE PORTER SUR ROLAMPONT ; LA DIANE EST SONNÉE ET LE 1er BATAILLON PART POUR ROLAMPONT. PENDANT TOUTE LA JOURNÉE IL OCCUPE LE VILLAGE DANS L'ATTENTE DES ORDRES.  
Cf.  Mémoires de la Société des lettres, des sciences, des arts, de l'agriculture et de l'industrie de Saint-Dizier, 1882-1883, Saint-Dizier, 1884, p. 136.

15 & 16 NOVEMBRE - L'AVANT-POSTE DE ROLAMPONT OÙ SE TROUVE UNE GARNISON DE QUATRE COMPAGNIES EST ATTAQUÉ UNE PREMIÈRE FOIS

DU 16 AU 20 NOVEMBRE - UNE COLONNE PRUSSIENNE, FORTE DE 3.000 HOMMES SE REPLIE SUR LES VILLAGES DE ROLAMPONT ET DAMPIERRE. ELLE LES QUITTE LE 20 NOVEMBRE POUR PRENDRE LA ROUTE DE CHATILLON. Langres pendant la guerre de 1870-1871, d'après les documents officiels français et allemands, Paris, Langres, Chambéry, 1873, p. 25 & 26.

10 DÉCEMBRE - À ROLAMPONT SONT EN POSITION : TROIS COMPAGNIES DU 2e BATAILLON DE LÉGION DES MOBILISÉS. DEUX COMPAGNIES DU 3BATAILLON DES MOBILISÉS (COMMANDANT PERCIN.) SIX COMPAGNIES DU 93e PROVISOIRE (COMMANDANT HENRY.) Langres pendant la guerre de 1870-1871, d'après les documents officiels français et allemands, Paris, Langres, Chambéry, 1873, p. 96.

18 DÉCEMBRE - LES TROUPES ALLEMANDES prirent le parti (...) de gagner le nord par les bois du Trou d'Aix et le vallon de la Mouche. Dans son mouvement sur Perrogney et Voisines, le 30e fusiliers allemand refoula les gardes mobiles qui couvraient les abords du plateau ; le général de Goltz les fit aussi canonner. Ce mouvement donna lieu à d'autres escarmouches entre l'ennemi et les troupes des garnisons de Marac, Faverolles, Hûmes et Rolampont. Les Allemands s'établirent dans la vallée de la Suize, pour couvrir les lignes d'étapes de la IIe armée. Puis, sur ordre du général Werder, ils s'étendirent plus à l'est, de manière à mieux assurer les communications du XIVe corps contre les entreprises possibles de la place de Langres.
Cf. PIÉPAPE (DE), Léonce, Histoire militaire du pays de Langres et du Bassigny, 1884, 1984, p. 307.

19 DÉCEMBRE - ROLAMPONT EST OCCUPÉ PAR LES ALLEMANDS. Langres pendant la guerre de 1870-1871, d'après les documents officiels français et allemands, Paris, Langres, Chambéry, 1873, p. 47.

22 DÉCEMBRE - TÉLÉGRAMME ADRESSÉ AU GÉNÉRAL-MAJOR VON DER GOLTZ

Au général-major baron von der Goltz, Rolampont, près Chaumont
Télégramme
Versailles, le 22 décembre 1870, 5 h. 45 soir
    Le transport des pièces d'artillerie demandée est commencé, mais ne pourra pas être effectué avant dix jours.
    Protégez les quelques travaux de réparation qui sont prescrits par le grand quartier général sur la ligne Chaumont-Langres.

MOLTKE (Helmuth von), Correspondance militaire du maréchal Moltke, guerre de 1870-71, 5 volumes, Henri Charles-Lavauzelle,
Éditeur militaire, Paris, 1899-1901, 2e volume, du 3 septembre 1870 au 27 janvier 1871, n° 533, p. 612

26 DÉCEMBRE - TÉLÉGRAMME ADRESSÉ AU GÉNÉRAL-MAJOR VON DER GOLTZ

Au général-major von der Goltz, Rolampont, devant Langres
                                                                            (Faire suivre.)
Télégramme
Versailles, le 26 décembre 1870, 3 h. 30 soir
    Le transport de Strasbourg à Langres du matériel de siège est provisoirement suspendu.
    Votre détachement peut recevoir prochainement une autre destination.

MOLTKE (Helmuth von), Correspondance militaire du maréchal Moltke, guerre de 1870-71, 5 volumes, Henri Charles-Lavauzelle, 
Éditeur militaire, Paris, 1899-1901, 2e volume, du 3 septembre 1870 au 27 janvier 1871, n° 553, p. 627.

27 DÉCEMBRE - LES TROUPES PRUSSIENNES ABANDONNENT SUBITEMENT ROLAMPONT, LAISSANT UNE PARTIE DE LEUR APPROVISIONNEMENT, ELLES SE DIRIGENT SUR VESOUL. Langres pendant la guerre de 1870-1871, d'après les documents officiels français et allemands, Paris, Langres, Chambéry, 1873, p. 50.

1871 : 4 JANVIER - SOUSCRIPTION EN FAVEUR DES BLESSÉS FRANÇAIS LAISSÉS À L'AMBULANCE DE ROLAMPONT

14 JANVIER - DANS LA JOURNÉE DU 14 JANVIER , LE 1er BATAILLON DE LA HAUTE-SAVOIE (Poussielgue commandant) FUT ATTAQUÉ DANS SES CANTONNEMENTS DE BUGNIÈRES ET DE MARAC PAR UNE COLONNE FORTE DE 2 À 3.000 HOMMES. AYANT DEVANT LUI DES TROUPES PLUS NOMBREUSES, LE COMMANDANT DU BATAILLON SE REPLIA, MAIS PRIT POSITION EN ARRIÈRE POUR OBSERVER LES MOUVEMENTS DE L'ENNEMI. LA NUIT SUIVANTE, IL FIT RÉOCCUPER MARAC À L'AIDE D'UNE ATTAQUE À LA BAIONNETTE ET GAGNA ENSUITE ROLAMPONT, SANS ÊTRE INQUIETÉ. DEUX AUTRES AFFAIRES EURENT LIEU ENTRE VESAIGNES ET FOULAIN.
Cf. PIÉPAPE (DE), Léonce, Histoire militaire du pays de Langres et du Bassigny, 1884, 1984, p. 319. Voir aussi : Langres pendant la guerre de 1870-1871, d'après les documents officiels français et allemands, Paris, Langres, Chambéry, 1873, p. 63 & 64.

17 JANVIER - L'AVANT-POSTE DE ROLAMPONT EST ATTAQUÉ UNE SECONDE FOIS. LES HABITATIONS SUBISSENT D'IMPORTANTS DOMMAGES

28 JANVIER - À LA NOUVELLE DE L'ARMISTICE UNE CONVENTION EST SIGNÉE ENTRE LES GÉNÉRAUX FRANÇAIS ET PRUSSIEN AU SUJET DE LA PLACE DE LANGRES, C'EST-À-DIRE, LA VILLE ET UN PÉRIMÈTRE DE DIX KILOMÈTRES TOUT AU TOUR. ROLAMPONT EST L'UN DES LIEUX LES PLUS ÉLOIGNÉS DANS LESQUELS LES SOLDATS FRANÇAIS ONT LE DROIT DE SE MONTRER.
Cf.  Mémoires de la Société des lettres, des sciences, des arts, de l'agriculture et de l'industrie de Saint-Dizier, 1882-1883, Saint-Dizier, 1884, p. 153.

1er FÉVRIER - TÉLÉGRAMME ADRESSÉ À MONSIEUR L’OFFICIER COMMANDANT LES AVANT-POSTES DE LA GARNISON DE LA PLACE DE LANGRES ÉTABLIS À ROLAMPONT.

Le 1er février à 1 h. 20 du matin. Le commandant du détachement des troupes allemandes en garnison à Chaumont a l’honneur d’avertir l’officier commandant les avant-postes de la garnison de la place de Langres établis à Rolampont, qu’un armistice qui à partir du 31 de ce mois janvier suspendra pour un temps de 8 semaines les hostilités entre les armées belligérantes françaises et allemandes, vient d’être conclu à la date du 28 janvier entre M. Jules Favre, comme délégué du gouvernement de la défense nationale de Paris, et M. le comte de Bismarck comme délégué de Sa Majesté l’empereur d’Allemagne, et que demain un parlementaire sera envoyé d’ici, auprès de M. le commandant de la place forte de Langres pour faire constater si cet armistice sera respecté par ce dernier.

Chaumont, le 31 janvier 1871.

Signé : HENSEL, lieutenant-colonel
Commandant le détachement.

Cf.
PIÉPAPE (DE), Léonce, Histoire militaire du pays de Langres et du Bassigny, 1884, 1984.

1874 : FONDATION DE LA FANFARE DE ROLAMPONT

1875 : 24 MAI - DISSOLUTION À COMPTER DE CETTE DATE DE LA SOCIÉTÉ OUDINOT FRÈRES ET LÉAUTEY, TUILERIE MÉCANIQUE À ROLAMPONT. LIQUIDATEUR M. LÉAUTEY. ACTE DU 29 JUIN 1875 (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, jeudi 12 août 1875, p. 733.)

1876 : 14 FÉVRIER - JUGEMENT DE FAILLITE DE LA SOCIÉTÉ MALÈGUE, PERRIER ET ALMÉRAS, ET PERSONNELLEMENT CHACUN DES ASSOCIÉS, ENTREPRENEURS DU FORT SAINT-MENGE À ROLAMPONT. SYNDICS : MMes CHARENTON ET MAGNIER, AGRÉÉS À LANGRES (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, dimanche 27 février 1876, p. 256.)

1876 - 1886 : STATISTIQUES AGRICOLES

1877 : 10 AVRIL - ACTE PORTANT FORMATION DE LA SOCIÉTÉ EN PARTICIPATION EUGÈNE OUDINOT ET COMPAGNIE POUR L'EXPLOITATION D'UNE TUILERIE À ROLAMPONT AU CAPITAL : 170.000 fr. POUR UNE DURÉE DE QUATRE ANS (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, 22 avril 1877, p. 518.)

1878 : 6 AOÛT - SOCIÉTÉ DE COMMISSION, CONSIGNATIONS ET TRANSPORTS C. MOUCHOTTE. JUGEMENT.

   Attendu qu'à la requête de la Société de commission consignations et transports représentée au Havre, par James et Hagemann, Mouchotte de Rolampont est assigné devant ce tribunal pour s'entendre condamner à reconnaître la vente à lui faite par le sieur James et sous une contrainte de 100 francs par chaque jour de retard à prendre livraison des marchandises qui lui ont été expédiées, s'entendre en outre condamner à payer tous les frais résultant de la souffrance en gare desdites marchandises ainsi qu'à tous les dépens ;
Attendu qu'étant à Chaumont le 20 mars, James accompagné d'un sieur Travailleu agent de la Société de commission, eut avec Mouchotte père des pourparlers au sujet du placement qu'il voulait lui faire de certaines quantité
s de lard salés d'Amérique ; que le lendemain James télégraphiait à sa maison du Havre l'ordre de 1 c. épaules à 66 fr. et de 2 c. longues bandes à 77 fr. livraison en avril ainsi que d'autres quantités livrables en mai et en juin à expédier à Mouchotte négociant à Rolampont (Haute-Marne) ;
   Attendu que le même jour Mouchotte fils eut à Rolampont une entrevue à la gare même du chemin de fer pendant l'arrêt du train qui emmenait James et Travailleu, de Chaumont à Langres, et qu'à la suite de ce court entretien il écrivit à Travailleu pour annuler les offres que son père avait pu faire à James et qui n'avaient pas été acceptées par sa maison ;
   Attendu que, malgré cet ordre de Mouchotte fils, James et Hagemann lui ont expédié, le 10 avril, la caisse épaules et les deux caisses longues bandes, adressant la lettre d'avis à Mouchotte, à Langres, ainsi que la facture s'élevant à 505 fr. 35 ; que la lettre fut retournée aux expéditeurs, puis renvoyée par ceux-ci à sa véritable adresse ; qu'aussitôt avisé de l'expédition des trois caisses, Mouchotte a protesté en renvoyant lettre et facture et refusant de recevoir la marchandise :
   Qu'il décline, aujourd'hui, la compétence de ce tribunal, aux termes de l'article 59 du Code de procédure civile ; mais que James et Hagemann alléguant la vente ferme faite par eux, entendent opposer l'article 429 du même Code et soutiennent la compétence du tribunal du Havre ;
   Attendu que, des faits mis au procès, il résulte que des pourparlers ont eu lieu entre James et Mouchotte père ; mais que ces pourparlers n'ont jamais constitué une vente parfaite, puisque les propositions de Mouchotte père étaient soumises à l'approbation de Mouchotte fils, ainsi que cela semble bien prouvé par le rendez-vous donné à la gare de Rolampont pendant le passage du train, à la suite duquel Mouchotte fils a annulé, par sa lettre à Travailleu, les propositions faites par son père ; qu'on ne s'explique donc pas que Travailleu, agent de James et Hagemann, n'ait pas aussitôt transmis l'annulation de l'ordre que James s'était trop empressé de passer, le matin, à sa maison du Havre ; que l'article 420 du Code de procédure civile ne saurait donc être appliqué puisqu'il n'y a pas eu de vente et, partant, que le Havre ne peut être le lieu de payement ;
         Par ces motifs,
   LE TRIBUNAL se déclare incompétent et renvoie les parties devant leurs juges naturels, ainsi qu'elles aviseront bien ; condamne James et Haguemann aux dépens.

   Du 6 août 1878. - Présid. M. MANDROT. - Plaid. M
e D'AUTERIVE, pour la Société de commission, et Me BODEREAU, pour M. Mouchotte.

Cf. GUERRAND (J.), Recueil de jurisprudence commerciale et maritime du Havre, T. XXIV, année 1878, Le Havre, p. 267 & ss.

14 NOVEMBRE - DISSOLUTION DE LA SOCIÉTÉ EUGÈNE OUDINOT ET HUMBLOT-BOILEAU, EXPLOITANT DE LA GRANDE TUILERIE ET BRIQUETERIE MÉCANIQUE DE CHAMPAGNE, À ROLAMPONT. ACTE DU MÊME JOUR. LIQUIDATEUR M. OUDINOT (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, jeudi 5 décembre 1878 & jeudi 19 décembre 1878, p. 16011.)

16 NOVEMBRE - DÉCÈS À ROLAMPONT DE PIERRE GALLIEN, AUBERGISTE, FILS DE MATHIEU ET MARIE LEGROS, NÉ À ROLAMPONT LE 28 DÉCEMBRE 1822, ÉPOUX DE MADELEINE DÉCHANET, ANCIEN ADJUDANT SOUS-OFFICIER AU 18e RÉGIMENT D'ARTILLERIE, CHEVALIER DE LA LÉGION D'HONNEUR (DÉCRET DU 28 DÉCEMBRE 1868)

1879 : 3 AVRIL - LOI DÉCLARANT D'UTILITÉ PUBLIQUE L'ÉTABLISSEMENT DU CANAL DE LA MARNE À LA SAÔNE DE DONJEUX À PONTAILLER

21 AVRIL - ARRÊTÉ PRÉFECTORAL DÉSIGNANT LES TERRITOIRES DES COMMUNES DE PEIGNEY, HÛMES ET ROLAMPONT SUR LESQUELS LES TRAVAUX DOIVENT ÊTRE EXÉCUTÉS

19 NOVEMBRE - JUGEMENT D'EXPROPRIATION AU PROFIT DE L'ÉTAT POUR LA CONSTRUCTION DU CANAL

1880 : 11 FÉVRIER - ON LIT DANS L'ÉCHO DE LA HAUTE-MARNE : MERCREDI DERNIER, VERS DEUX HEURES DU SOIR, UN ACCIDENT ÉPOUVANTABLE EST ARRIVÉE À ROLAMPONT. CINQ ENFANTS, DONT UNE PETITE FILLE ET QUATRE PETITS GARÇONS S'AMUSAIENT AUPRÈS DES RUINES D'UNE MAISON RÉCEMMENT INCENDIÉE ET DONT LES MURS SEULS ÉTAIENT RESTÉS DEBOUT. DEUX DE CES ENFANTS QUITTÈRENT LEURS CAMARADES POUR ALLER GOÛTER CHEZ LEURS PARENTS ; LES TROIS AUTRES ALLAIENT EN FAIRE AUTANT, QUAND TOUT À COUP LE MUR AUPRÈS DUQUEL ILS JOUAIENT S'ÉCROULA ET LES ENSEVELIT SOUS LES DÉCOMBRES. ON ACCOURUT BIEN VITE POUR DÉBLAYER ET RECHERCHER LES MALHEUREUSES VICTIMES. AU BOUT D'UNE DEMI-HEURE D'UN TRAVAIL CONTINU, ON DÉCOUVRIT LES CADAVRES HORRIBLEMENT MUTILÉS ET ABSOLUMENT MÉCONNAISSABLES DE CES TROIS PAUVRES PETITS, ÂGÉS DE 6 À 9 ANS. DEUX D'ENTRE EUX ÉTAIENT LES ENFANTS DES ÉPOUX ROYER-METTRIER ; LA TROISIÈME ÉTAIT LA FILLE UNIQUE DES ÉPOUX CORNAIRE. IL FAUT RENONCER À DÉPEINDRE LA DOULEUR INDICIBLE DES PARENTS EN PRÉSENCE DES CORPS DE LEURS ENFANTS, CORPS QUI N'ÉTAIENT PLUS QU'UNE MASSE INFORME DE CHAIRS ET D'OS MEURTRIS AU POINT QU'ON NE POUVAIT LES DISTINGUER ET LES RECONAÎTRE QUE GRÂCE AUX HABITS DONT ILS ÉTAIENT VÊTUS (Journal officiel de la République française, 18 février 1880, p. 1901.)

1882 : CANAL DE LA MARNE À LA SAÔNE 2e PARTIE DE CHAUMONT AU BIEF DE PARTAGE. SECTION DE FOULAIN À ROLAMPONT

29 MARS - JUGEMENT DU TRIBUNAL DE LANGRES SUR L'EXPROPRIATION D'IMMEUBLES POUR CAUSE D'UTILITÉ PUBLIQUE POUR SERVIR À L'ÉTABLISSEMENT DU CANAL

AVRIL - TRANSFERT DU CASERNEMENT DE GENDARMERIE DE ROLAMPONT

   Conformément aux pouvoirs que vous avez bien voulu donner à mon prédécesseur pendant votre dernière session, j'ai pris les dispositions nécessaires pour assurer le transfèrement, dans d'autres locaux, de la gendarmerie de Rolampont.
   En présence des difficultés que rencontrait l'exécution de cette mesure, la commune de Rolampont a pris la résolution d'acheter un immeuble pour l'approprier, suivant les indications du service de la gendarmerie, au casernement de sa brigade.
   Cette opération s'est accomplie sur la promesse que le département consentirait un bail de 30 années, sans clauses résolutoires, au prix annuel de 1.200 francs de loyer.
   Ces conditions ont reçu l'approbation de votre Commission et l'adhésion de M. le Commandant de gendarmerie. Elles me paraissent d'ailleurs de nature à donner satisfaction aux intérêts engagés.

Conseil général de la Haute-Marne, rapports du préfet et procès-verbaux des délibérations du conseil, session ordinaire d'avril 1882, 2e partie, affaires diverses, chapitre Ier, p. 21.

CHEMINS DE FER DE L'EST. VOEUX DU CONSEIL GÉNÉRAL CONCERNANT LA FORMATION DES TRAINS DE LA LIGNE LANGRES À DIJON ET DEMANDE DES COMMUNES DE ROLAMPONT ET AUTRES EN VUE D'OBTENIR L'ARRÊT À ROLAMPONT DU TRAIN N° 40 B (SERVICE DIRECT DE DIJON À REIMS). DEMANDE FRÉQUEMMENT PRÉSENTÉE ET RENOUVELÉE DERNIÈREMENT.
Conseil général de la Haute-Marne,
rapports du préfet et procès-verbaux des délibérations du conseil, session ordinaire d'avril 1882, 2e partie, affaires diverses, chapitre Ier, p. 27.

LE SIEUR MARCOT, GENDARME À ROLAMPONT, SOLLICITE UNE BOURSE DÉPARTEMENTALE À L'ÉCOLE NORMALE SPÉCIALE DE CLUNY, EN FAVEUR DE SON FILS NICOLAS-AUGUSTE MARCOT, ÉLÈVE DE LADITE ÉCOLE, ADMIS EN NOVEMBRE 1881 ET DONT L'ENTRETIEN A ÉTÉ EXCEPTIONNELLEMENT AUTORISÉ, SUR LES FONDS DE L'ÉTAT, JUSQU'AU 1
er AVRIL 1882.    
Conseil général de la Haute-Marne, rapports du préfet et procès-verbaux des délibérations du conseil, session ordinaire d'avril 1882, 2e partie, affaires diverses, chapitre Ier, p. 44.

1883 : DÉCOUVERTE À ROLAMPONT D'UN MERCURE EN PIERRE MUTILÉ. IL SE TROUVERAIT AU MUSÉE SAINT-GERMAIN
Cf. 
Mémoires de la Société des lettres, des sciences, des arts, de l'agriculture et de l'industrie de Saint-Dizier, tome 4, 1885-1886, Saint-Dizier, 1887, p. 34.

1885 : MERCREDI 11 FÉVRIER - FUNÉRAILLES DU GÉNÉRAL CARTERET-TRÉCOURT

1886 - 1887 : PROJET DE DISTRIBUTION D'EAU. CINQ LAVOIRS, SEPT ABREUVOIRS, NEUF BORNES FONTAINES, CHAMBRE DE CAPTAGE DES SOURCES DU SABLÉ ET ANDRÉ RÉUNIES, AQUEDUC

10 JANVIER - UN COQ, QUE L'ON SUPPOSE AVOIR ÉTÉ MORDU PAR UN CHIEN ENRAGÉ OU PAR UN BONAPARTISTE, A MIS EN ÉMOI TOUTE LA COMMUNE DE ROLAMPONT (HAUTE-MARNE). IL PARCOURAIT LES RUES AVEC TOUS LES SYMPTÔMES DE LA RAGE LA PLUS CARACTÉRISÉE, SE PRÉCIPITANT SUR TOUS LES ANIMAUX QU'IL RENCONTRAIT. IL AVAIT DÉJÀ ÉTRANGLÉ TROIS CHIENS, ONZE CHATS ET DEUX VEAUX, ET ALLAIT SAUTER SUR LA FEMME DU CANTONNIER CHEF, LORSQU'UN BRAVE GENDARME SE JETA DEVANT LUI, LE SABRE À LA MAIN. IL A FALLU TROIS COUPS DE SABRE POUR ABATTRE LE COQ. HUMBERT (Albert), La Lanterne de Boquillon, Paris, 10 janvier 1886, n° 663, 19e année, p. 15.

La Lanterne de Boquillon, 10 janvier 1886. Dessin AH

1887 : 30 SEPTEMBRE - DÉLIBÉRATION DU CONSEIL MUNICIPAL RÉGLANT LES CAUSES ET CONDITIONS DES CONCESSIONS D'EAU

28 DÉCEMBRE - RÉCEPTION DES TRAVAUX EXÉCUTÉS PAR LE SERVICE DU CANAL DE LA MARNE À LA SAÔNE POUR L'ÉTABLISSEMENT DES DÉVIATIONS DES CHEMINS RURAUX ET COMMUNAUX.

Avec notamment, l'empierrement de la place publique avec banquette de sûreté, caniveaux pavés et fossés latéraux ; la déviation de la rue du Ruau traversant le canal ; les ponts métalliques sur les écluses ; un pont droit en maçonnerie sur la Marne de 18 mètres d'ouverture libre totale, à 3 arches en ellipse de 6 mètres d'ouverture chacune, largeur entre les deux têtes : 4 mètres avec trottoirs, caniveaux pavés et empierrement ; des rampes d'accès aux abreuvoirs ; la déviation du chemin Saint-Menge.

1888 : 24 MAI - PAR ARRÊTÉ DE CE JOUR LE CONSEIL DE PRÉFECTURE DE LA HAUTE-MARNE SE DÉCLARE INCOMPÉTENT POUR STATUER SUR LA DEMANDE D'INDEMNITÉ FORMÉE PAR M. SOMMELET, À RAISON DE LA DIMINUTION DE FORCE MOTRICE DE SON MOULIN, SITUÉ SUR LE RUISSEAU DE BELLES-ONDES, RÉSULTANT DU CAPTAGE DE LA SOURCE DE LA PELOTTE PAR LA COMMUNE DE ROLAMPONT. LA COMMUNE AVAIT ACQUIS DE GRÉ À GRÉ LES TERRAINS SUR LESQUELS ÉMERGEAIT CETTE SOURCE ET EN AVAIT DÉTOURNÉ LE COURS POUR ALIMENTER SES FONTAINES PUBLIQUES ET LE RÉSERVOIR DE LA GARE. LE CONSEIL DE PRÉFECTURE A FONDÉ SA DÉCISION SUR CE QUE LA COMMUNE DE ROLAMPONT ÉTAIT PROPRIÉTAIRE DE LA SOURCE CAPTÉE ET AURAIT PU AGIR EN CETTE QUALITÉ, CONFORMÉMENT À L'ARTICLE 641 DU CODE CIVIL.

1890 SAMEDI 8 MARS - 14 HEURES- ADJUDICATION À LA PRÉFECTURE DE LA HAUTE-MARNE DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D'UN SIPHON DE 5 MÈTRES D'OUVERTURE SOUS LE CANAL DE LA MARNE À LA SAÔNE. TRAVAUX À L'ENTREPRISE 2.460,79. À VAL. 5.302,21. TOTAL 30.000. CAUT. 825. ONT SOUMISSIONNÉ : MM. COLLIN, À VASSY, 8. - PETITJEAN ET MOREY À VASSY, 9. - RATINET, À SAINT-DIZIER, 12. - GUIDON, À LANGRES, 15. - GORCE, À GRAY, 15. - VOINCHET, À BRETENAY, 15. - PERRIN, À BALESMES, 11. - GARNIER, À MARCILLY, 15. - BONNEBAIGTS, À CHAUMONT, 15. - BIGET DEFRANCE, À ROBERT-ESPAGNE, 12. - BOUCHER, À FORCEY, 16. - MILLET, À LANGRES, 16. - CATHERINET, À CHAUMONT, 17. - DESGREY, À ROLAMPONT, 19. - LAPORTE, À CHAUMONT, 19. - MAUPIN & GARNIER, À DAMPIERRE, 21. - TALPIN, 23. - FERRIERE, À CHAUMONT, 23. MM. FERIERE ET TALPIN AYANT FAIT LE MÊME RABAIS IL A ÉTÉ PROCÉDÉ AU TIRAGE AU SORT À LA SUITE DUQUEL M. FERRIERE A ÉTÉ DÉCLARÉ ADJUDICATAIRE À 23 % DE RABAIS     

29 AVRIL - DÉLIBÉRATION DU CONSEIL MUNICIPAL DEMANDANT LA CRÉATION DE DEUX NOUVELLES FOIRES ANNUELLES LES 20 JANVIER ET 20 OCTOBRE.

Considérant que la commune de Rolampont, depuis plusieurs années, a acquis une grande importance commerciale et industrielle qui tend à s'augmenter par suite de la construction des nouvelles voies de communications, que la station de la voie ferrée se trouvant à proximité du champ de foire, les marchands ont la plus grande facilité pour y transporter leurs bestiaux ; considérant qu'il est dans l'intérêt de la commune de Rolampont, comme centre de réunion, de favoriser les transactions entre les habitants de la contrée dite la Montagne et ceux du Bassigny ; considérant enfin que la commune de Rolampont et les communes environnantes ont pris une grande extension au point de vue de l'élevage du bétail ; que pour en faciliter la vente, et les transactions, en évitant les dérangements trop éloignés, il importait de demander la création de deux nouvelles foires, pour combler le vide qui se trouve entre les 12 septembre et 12 décembre, et les 12 décembre et 12 mars époques auxquelles se tiennent les quatre (sic.) grandes foires anciennes.

1891 : MAI - LE BÂTIMENT DÉFINITIF DES VOYAGEURS DE LA GARE DE ROLAMPONT EST EN COURS DE CONSTRUCTION (Journal des chemins de fer des mines et des travaux publics, samedi 23 mai 1891, p. 334.)

1892 : 9 JANVIER - NAISSANCE DE MARCEL BATOUX, POÈTE

FÉVRIER - UN TUFIER DE ROLAMPONT AU LIEU-DIT DE LA TUFFIÈRE PRÈS ROLAMPONT DÉCOUVRE UNE SÉRIE DE VINGT-ET-UN OBJETS "GAULOIS" (*) : SIX GRANDS BRACELETS, DEUX BRACELETS MOYENS, TROIS PETITS, QUATRE TUBES CREUX MUNIS D'UN RENFLEMENT À L'UNE DES EXTRÉMITÉS, QUATRE GROUPES D'ANNEAUX, DEUX GRELOTS (CAMILLE ROYER - BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE DE LANGRES, TOME III.)

(*) BRONZE FINAL III b.

1893 : TRAVAUX SUPPLÉMENTAIRES DE DISTRIBUTION D'EAU. LAVOIR ABREUVOIR À LA RENCONTRE DE LA RUELLE BONNOISE ET DE LA RUE DE LANNES

JANVIER - M. FAITOUT REPREND L'ENTREPRISE DE TUILERIE MÉCANIQUE DE M. BIZOT (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, mercredi 18 janvier 1893, p. 78)

5 MAI - ARRÊT DU CONSEIL D'ÉTAT, SOMMELET CONTRE COMMUNE DE ROLAMPONT :

          Considérant que le Conseil de préfecture s'est déclaré incompétent pour statuer sur cette réclamation, par le motif que le dommage résultait de l'usage que la Commune a fait d'une source lui appartenant, et non de l'exécution même de ces travaux ;
          Mais, considérant que la Commune n'a entrepris les travaux qu'en vue de s'emparer des eaux de la source ; que l'usage de ces eaux et les travaux d'adduction forment un tout inséparable, et qu'il n'y a lieu de s'arrêter à la distinction établie par l'arrêté attaqué ;
          (...) qu'aux termes de l'article 4 de la loi de pluviôse an VIII, le Conseil de préfecture est seul compétent pour statuer sur l'ensemble des dommages se rattachant à l'exécution des travaux publics ;
          (...) que la commune n'a pris possession de la source de la Pelotte que pour assurer l'exécution d'un projet précédemment approuvé tant par le Conseil municipal que par le Ministre des Travaux publics, dans le but d'alimenter les fontaines communales et les réservoirs de la gare de Rolampont et que la circonstance que la commune a acquis de gré à gré le droit de disposer de cette source et a pu exécuter le projet sans recourir à une déclaration d'utilité publique n'est pas de nature à modifier le caractère de ces travaux ;
          (...) que s'agissant ainsi de travaux publics, c'est au Conseil de préfecture qu'il appartient d'apprécier si leur exécution, en entrant dans l'exercice normal du droit conféré par l'article 641, ne peut donner lieu à indemnité, ou si, au contraire, ces travaux sont à raison de leur objet et de leur importance du nombre de ceux dont l'exécution donne, en vertu de l'article 4 de la loi du 28 pluviôse an VIII, ouverture à une action en dommages et intérêts de la part des particuliers.

       Dès lors, les travaux exécutés par une commune en vue d'alimenter ses fontaines publiques au moyen d'eau de source lui appartenant constitue des travaux publics.

          Le préjudice résultant pour les riverains de la dérivation de ces eaux de source opérée dans ce but constitue un dommage causé par l'exécution de travaux publics, dont la connaissance est attribuée au Conseil de préfecture.

          Cette règle de compétence ne saurait être modifiée par la circonstance que la commune aurait acquis la source de gré à gré et aurait ainsi exécuté sans déclaration préalable d'utilité publique le projet en vue duquel elle a pris possession des eaux.

          Ainsi, le Conseil d'État annule l'arrêté du Conseil de préfecture de la Haute-Marne, du 24 mai 1888.

Cf. LALANDE, H. de), Annales du régime des eaux, Revue pratique de législation, de jurisprudence et d'administration, Paris, 3e année, 1893, p. 163 ; CHOMETTE (Jean-Baptiste dit Paul), Des droits des communes sur les eaux et de la dérivation de ces eaux par les communes, Jurisprudence, A. Rousseau, Paris, 1898, 2e partie, chapitre II, p. 87 & 88 ; et encore HAURIOU (Maurice), La jurisprudence administrative de 1892 à 1929, Librairie du recueil Sirey, Paris, 1929, La police des cours d'eau, p. 605 & ss.

1895 : 3 MARS - LE CONSEIL MUNICIPAL DEMANDE ET OBTIENT L'ÉTABLISSEMENT DE QUATRE FOIRES NOUVELLES DANS LA COMMUNE AUX DATES DES 9 FÉVRIER, 9 MAI, 9 AOÛT ET 9 NOVEMBRE DE CHAQUE ANNÉE

JUIN - LE COURRIER DE NOGENT. CHAUMONT, 1er JUIN. - DANS LES DERNIÈRES DÉPÊCHES, ON PRÉVOYAIT L'ARRESTATION IMMINENTE DE L'ASSASSIN PRÉSUMÉ DU COURRIER DE NOGENT. ELLE A ÉTÉ EN EFFET OPÉRÉE HIER PAR LA GENDARMERIE DE ROLAMPONT, AU MOMENT OÙ LE CRIMINEL ACHETAIT DES VÊTEMENTS AVEC L'INTENTION D'EN CHANGER POUR DÉPISTER LES RECHERCHES. C'EST UN NOMMÉ JEAN-PIERRE DUDOT, ÂGÉ DE 41 ANS, NÉ À MAXT (sic), LORRAINE ANNEXÉE. IL A DÉJÀ SUBI TROIS CONDAMNATIONS (La Presse, Paris, 2 juin 1895, p. 4.)

UN COURRIER ASSASSINÉ. CHAUMONT. - L'ASSASSIN DU MALHEUREUX MOUSSU, LE COURRIER DE CHAUMONT À NOGENT QUI A ÉTÉ TROUVÉ DANS SA VOITURE LA TÊTE FRACASSÉE D'UN COUP DE REVOLVER, SE NOMME, CROIT-ON JEAN-PIERRE DUDOT, ÂGÉ DE QUARANTE ET UN ANS, BERGER, NÉ À MAXSTADT, LORRAINE ANNEXÉE. IL A ÉTÉ ARRÊTÉ À ROLAMPONT, GRÂCE À UN PETIT GARÇON DE NEUF ANS QUI, AYANT ENTENDU LA GENDARMERIE DONNER SON SIGNALEMENT À UN HÔTELIER, PRÉVINT SA MÈRE, MARCHANDE DE DRAPERIE, AU MOMENT OÙ DUDOT ACHETAIT DES VÊTEMENTS. LA GENDARMERIE, AVERTIE AUSSITÔT, VINT LE CUEILLIR TANDIS QU'IL PAYAIT SES ACHATS AVEC UN BILLET DE BANQUE. ON A TROUVÉ DANS SA SACOCHE DES DÉBRIS DE LETTRES VOLÉES AU COURRIER, ET C'EST GRÂCE À CETTE CIRCONSTANCE Q'ON L'A FORCÉ À AVOUER SON CRIME. IL ATTRIBUE L'ASSASSINAT À UN COMPLICE, MAIS SON SYSTÈME TOMBE DEVANT CE FAIT QU'ON A TROUVÉ SUR LUI LA TOTALITÉ, À QUELQUES FRANCS PRÈS, DE LA SOMME VOLÉE (Le Gaulois, lundi 3 juin 1895, p. 4.)

1896 : LA ROLAMPONTAISE, FANFARE DE ROLAMPONT EST DIRIGÉE PAR M. PECHINÉ-GENDREY (Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical et des sociétés orphéoniques de France et de l'étranger, 10e année, Paris, 1896.)

1897 : UNE CÉRAMIQUE DES FRAGMENTS DE POTERIES, UN PETIT FRAGMENT DE HACHE EN SILEX POLI, UNE PIERRE POLIE PLUS IMPORTANTE, PLUS DE 60 BOUTONS DE BRONZE, DES FILS DE BRONZE UNIS, DES FRAGMENTS DE BRACELETS ET D'ANNEAUX DE BRONZE ET UNE ÉPÉE DE TYPE MORINGEN (ÂGE DE BRONZE FINAL III b) SONT RETROUVÉS DANS LE TUMULUS DES CHARMOISELLES PAR MM. ROYER ET BROSSER. PRÉSENCE D'AU MOINS VINGT SÉPULTURES SIMPLES INHUMATIONS AUTOUR DE LA SÉPULTURE À INCINÉRATION PRIMITIVE (Bul. Shal n° 57, 1er Juillet 1898, Tome IV, pp. 221 à 236)

1897 : 27 JUILLET - ARRÊTÉ MUNICIPAL FIXANT LA PLACE À OCCUPER PAR LES JEUX LE JOUR DE LA FÊTE PATRONALE (ARRÊTÉ VISÉ À CHAUMONT PAR M. LE PRÉFET LE 2 AOÛT 1897.) POUR L’ANNÉE 1897, LES JEUX : CHEVAUX DE BOIS, BALANÇOIRES, TIRS, LOTERIES ETC., INSTALLÉS AUTREFOIS SUR LA PLACE POUR LA FÊTE PATRONALE DE ROLAMPONT, SERONT PLACÉS RUE DE LA GARE, DANS LA PARTIE QUI S’ÉTEND DE LA ROUTE NATIONALE À L’ENTRÉE DE LA GARE. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1898 : 13 JUILLET - NAISSANCE DE CHARLES BARRET, VÉTÉRINAIRE, CONSEILLER MUNICIPAL DE ROLAMPONT, PUIS SÉNATEUR DE LA HAUTE-MARNE

13 JUILLET - M. MICHEL REPREND LE CAFÉ RESTAURANT DE Mme VEUVE BOURDELINE (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, samedi 10 septembre 1898, p. 1149.)

1899 : LE MOULIN DES FRÈRES LOUIS ET NICOLAS PERNOT DEVIENT LA PROPRIÉTÉ DE LA FAMILLE MAUPIN

26 FÉVRIER - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DÉCIDE LE RATTACHEMENT DE LA COMMUNE AU RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE DANS LE CADRE DU PROJET D'ÉTABLISSEMENT DU RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE DÉPARTEMENTAL ET S'ENGAGE DANS LE CAS OU LE PROJET SERAIT ADOPTÉ À INSCRIRE CHAQUE ANNÉE AU BUDGET COMMUNAL LA SOMME NÉCESSAIRE POUR REMBOURSER À LA CHAMBRE DE COMMERCE L'INTÉRÊT DE L'AVANCE FAITE PAR CETTE DERNIERE AUX LIEU ET PLACE DE LA COMMUNE ET CE JUSQU'AU COMPLET AMORTISSEMENT DE LADITE AVANCE

7 JUILLET - FORMATION À ROLAMPONT DE LA SOCIÉTÉ EN NOM COLLECTIF VVE CH. & A. BROSSER, TUILERIE, BRIQUETERIE MÉCANIQUE. - 12 ANS. - 171.000 F.  (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, samedi 5 août 1899, p. 991.)

13 JUILLET - ARRÊTÉ MUNICIPAL CONCERNANT LA FIÈVRE APHTEUSE (VU ET AUTORISÉ L’EXÉCUTION IMMÉDIATE PAR M. LE PRÉFET DE LA HAUTE-MARNE, À CHAUMONT LE 9 OCTOBRE 1899). IL EST INTERDIT JUSQU’À NOUVEL ORDRE DE SORTIR OU D’ENTRER SUR LE TERRITOIRE DE ROLAMPONT DES ANIMAUX DES ESPÈCES BOVINE, OVINE, PORCINE ET CAPRINE, CONSIDÉRANT QUE LA FIÈVRE APHTEUSE EXISTE DANS UN CERTAIN NOMBRE D’ÉTABLES DE LA COMMUNE. LES PROPRIÉTAIRES D’ANIMAUX  SONT TENUS DE FAIRE IMMÉDIATEMENT DÉCLARATION EN MAIRIE DES MALADIES OU DE SUSPICION DE FIÈVRE APHTEUSE QUI POURRA EXISTER DANS LEUR ÉCURIE. LE GARDE CHAMPÊTRE ET LA GENDARMERIE SONT CHARGÉS DE VEILLER À L’EXÉCUTION DE CES PRESCRIPTIONS. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1901 : 19 JUIN À 16 HEURES - RÉUNION À PARIS DU BUREAU DU SYNDICAT GÉNÉRAL DES SAGES-FEMMES DE FRANCE, SOUS LA PRÉSIDENCE DE Mme MARIE ROGER-BOCQUILLET. LA PRÉSIDENTE FAIT LECTURE D'UNE LETTRE DANS LAQUELLE EST RACONTÉE LA VIE DÉVOUÉE DE  Mme BROISSON, SAGE-FEMME DE ROLAMPONT. ELLE AJOUTE QUE LE NOM DE Mme BROISSON DEVRAIT ÊTRE INSCRIT AU LIVRE D'OR DU SYNDICAT ET DEMANDE L'AUTORISATION DE LA RECOMMANDER À L'ACADÉMIE ET DE DEMANDER UNE RÉCOMPENSE EN ESPÈCES POUR ELLE, QUI À TANT DE PEINE À SUBVENIR À L'ENTRETIEN DE LA LOURDE CHARGE QUI LUI INCOMBE. DES FÉLICITATIONS SONT VOTÉES À L'UNANIMITÉ ET LA PRÉSIDENTE PROMET DE S'INFORMER SUR LA MARCHE À SUIVRE EN FAVEUR DE L'INTÉRESSÉE (La sage-femme de France, organe officiel du syndicat général des sages-femmes de France, bi-mensuel, 5 juillet 1901, 5e année, n° 86, p. 193.)

SEPTEMBRE - M. DESGREZ CRÉE UN BUREAU DE TABACS (Archives commerciales de France, 11 septembre 1901, p. 1154.)

1903 : AVRIL - M. VIARD CRÉE UNE HORLOGERIE (Archives commerciales de France, 29 avril 1903, p. 547.)

17 MAI - HAUTE-MARNE. CHAUMONT, 17 MAI. -  LES NOMMÉS DEMOUGEOT, MÉCANICIEN, ET PELTIER, GARÇON BRASSEUR, VOYAGEANT LA NUIT DERNIÈRE À BICYCLETTE, SE SONT HEURTÉS, PRÈS DE ROLAMPONT. LE CHOC FUT TERRIBLE. DEMOUGEOT, GRIÈVEMENT ATTEINT, N'A PAS REPRIS CONNAISSANCE ; PELTIER, EN ALLANT CHERCHER DU SECOURS A RENVERSÉ DE NOUVEAU LE GENDARME MAGNIEN QUI SE TROUVAIT SUR LA ROUTE ET QUI A REÇU DE FORTES CONTUSIONS. La Lanterne, journal politique quotidien, 26e année, n° 9522, Paris, 19 mai 1903, p. 3.

24 MAI - COLLISION DE BICYCLISTES. (DE NOTRE CORESPONDANT PARTICULIER.) CHAUMONT, 24 MAI. UN ACCIDENT MORTEL VIENT DE SE PRODUIRE SUR LA ROUTE DE ROLAMPONT À CHAUMONT. UN MÉCANICIEN DU DÉPÔT DE CETTE DERNIÈRE VILLE, M. DEMONGEOT, QUI SE RENDAIT À BICYCLETTE À ROLAMPONT, PAR UNE NUIT OBSCURE ET SANS AVOIR PRIS LA PRÉCAUTION D'ALLUMER UNE LANTERNE, S'EST HEURTÉ AVEC UNE BICYCLISTE (SIC) ÉGALEMENT DÉPOURVU DE LANTERNE ET VENANT EN SENS INVERSE. LE CHOC FUT SI VIOLENT QUE L'INFORTUNÉ MÉCANICIEN RESTA ÉTENDU SANS CONNAISSANCE SUR LA ROUTE. TRANSPORTÉ À ROLAMPONT, LE MALHEUREUX A SUCCOMBÉ HIER À SES BLESSURES. Le Petit Parisien, journal quotidien du soir,  n° 9705, Paris, mardi 65 mai 1903, p. 3.

26 MAI - CHAUMONT. - SUR LA ROUTE DE ROLAMPONT À CHAUMONT, UN MECANICIEN DU DÉPÔT DE CETTE DERNIÈRE VILLE, M. DEMONGEOT, QUI SE RENDAIT À BICYCLETTE À ROLAMPONT PAR UNE NUIT OBSCURE ET SANS AVOIR PRIS LA PRÉCAUTION D'ALLUMER UNE LANTERNE, S'EST HEURTÉ AVEC UN BICYCLISTE ÉGALEMENT DÉPOURVU DE LANTERNE ET VENANT EN SENS INVERSE. LE CHOC FUT SI VIOLENT QUE L'INFORTUNÉ MÉCANICIEN RESTA ÉTENDU MORT SUR LA ROUTE. La Croix, quotidien, n° 6172, 26 mai 1903, n. p.

1905 : L'HÔTEL DU COMMERCE DE ROLAMPONT FAIT PARTIE DES HÔTELS RECOMMANDÉS AUX AMATEURS PHOTOGRAPHES COMME DISPOSANT D'UNE CHAMBRE NOIRE. MENDEL (Charles), Photo-revue, journal de photographie pratique, 1905, p. XXII.

3 JUIN À 14 HEURES 30 - ADJUDICATION À LA SOUS-PRÉFECTURE DE LANGRES DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D'UNE CRÈCHE-GARDERIE POUR UN MONTANT DE 16.381,85 F À VAL. : 918,15 F CAUTION : 1.730 F  AU BÉNÉFICE DE M. COMBRATIER, DE ROLAMPONT, À 2 % DE RABAIS

28 DÉCEMBRE - ARRÊTÉ MUNICIPAL (VISÉ EN PRÉFECTURE LE 5 JANVIER 1906) CONCERNANT LES MESURES PRÉVENTIVES CONTRE LA RAGE. CONSIDÉRANT QU’UN CHIEN RECONNU ATTEINT DE LA RAGE A ÉTÉ ABATTU LE 27 DÉCEMBRE DANS LA COMMUNE, TOUS LES CHIENS SERONT TENUS RIGOUREUSEMENT À L’ATTACHE PENDANT UNE DURÉE DE DEUX MOIS À PARTIR DE CE JOUR. ILS NE POURRONT SORTIR QUE MUSELÉS OU TENUS EN LAISSE. TOUTEFOIS PEUVENT ÊTRE ADMIS À CIRCULER LIBREMENT, MAIS SEULEMENT POUR L’USAGE AUQUEL ILS SONT EMPLOYÉS, LES CHIENS DE BERGER ET DE BOUVIER AINSI QUE LES CHIENS DE CHASSE. LES CHIENS ET CHATS MORDUS, MORDUS OU ROULÉS (SIC.) OU AYANT ÉTÉ EN CONTACT AVEC UN CHIEN RECONNU ATTEINT DE RAGE SERONT ABATTUS IMMÉDIATEMENT. LES CHIENS ERRANTS ET TOUS CEUX QUI SERAIENT TROUVÉS SUR LA VOIE PUBLIQUE OU DANS LES CHAMPS NON MUNIS D’UN COLLIER PORTANT LE NOM DE LEUR MAÎTRE SERONT CONDUITS À LA FOURRIÈRE ET ABATTUS APRÈS UN DÉLAI DE QUARANTE-HUIT HEURES S’ILS NE SONT POINT RÉCLAMÉS ET SI LE PROPRIÉTAIRE RESTE INCONNU. LE DÉLAI EST PORTÉ À HUIT JOURS FRANCS POUR LES CHIENS AVEC COLLIER OU PORTANT LA MARQUE DE LEUR MAÎTRE. LE GARDE CHAMPÊTRE ET LES AGENTS DE LA FORCE PUBLIQUE SONT CHARGÉS DE VEILLER À L’EXÉCUTION DES PRESCRIPTIONS. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1906 : LA TUILERIE DE BELLES-ONDES (OUDINOT) N'EXISTE PLUS. CRÉATION D'UNE USINE DE FABRICATION DE SÉCATEURS. INSTALLATION DES PREMIERS MARTEAUX-PILONS POUR LA FABRICATION DES ESTAMPES PAR M. DECHANET DE DAMPIERRE

DU 19 AU 21 AOÛT - LE QUARTIER GÉNÉRAL DE LA DIRECTION DE LA MANOEUVRE SE TROUVE À ROLAMPONT. LES MANOEUVRES DE FORTERESSE QUI SE DÉROULENT AUTOUR DE LANGRES ONT POUR THÈME GÉNÉRAL L'INVESTISSEMENT ET LE SIÈGE DE CETTE PLACE PAR UNE ARMÉE COMPOSÉE DE QUATRE CORPS, DONT LE CENTRE DE GRAVITÉ EST SUR LA MARNE, AU NORD DE CHAUMONT. ELLES SONT DIRIGÉES PAR LE GÉNÉRAL PENDEZEC, MEMBRE DU CONSEIL SUPÉRIEUR DE GUERRE (Journal La Croix, vendredi 10 août 1906, p. 4.)

1907 : 19 MAI - LE CONSEIL MUNICIPAL DEMANDE AU CONSEIL GÉNÉRAL LE CHANGEMENT DES DATES DES FOIRES ÉTABLIES EN 1895. LES ÉLUS DE ROLAMPONT CONSIDÈRENT QUE CES FOIRES TROP PEU CONNUES, NE CORRESPONDENT PAS, POUR LA DATE, AUX ATTENTES DES NOMBREUX COMMERÇANTS QUI VIENNENT AUX AUTRES, ET PROPOSENT DE LES FIXER AUX 12 FÉVRIER, 20 MAI, 12 AOÛT, ET 20 NOVEMBRE

28 MAI - ARRÊTÉ MUNICIPAL DE POLICE RURALE 1907 INTERDISANT LES PROCESSIONS (VISÉ EN PRÉFECTURE À CHAUMONT LE 7 JUIN 1907) EN APPLICATION DE L’ARTICLE 27 DE LA LOI DU 9 DÉCEMBRE 1905 ET DE LA DÉLIBÉRATION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 10 FÉVRIER 1907. CONSIDÉRANT QUE LE DEVOIR DE L’AUTORITÉ MUNICIPALE EST D’ASSURER LA LIBRE CIRCULATION DANS LES RUES, LES PROCESSIONS SONT INTERDITES DANS LES RUES ET PLACES PUBLIQUES SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE DE ROLAMPONT. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1908 : 25 JUILLET - ARRÊTÉ MUNICIPAL CONCERNANT LES VÉHICULES DANS LA TRAVERSE DU VILLAGE DE ROLAMPONT (VISÉ PAR M. LE PRÉFET DE LA HAUTE-MARNE À CHAUMONT LE 30 JUILLET 1908). CONSIDÉRANT QUE LE PREMIER DEVOIR DE L’AUTORITÉ MUNICIPALE EST D’ASSURER, PAR L’ACTION D’UNE POLICE VIGILANTE, LE REPOS ET LA SÉCURITÉ DE TOUS ET CONSIDÉRANT QUE L’IGNORANCE OÙ SE TROUVENT LES CITOYENS DES RÈGLEMENTS EXISTANTS, ENTRAÎNE DES CONTRAVENTIONS DONT IL IMPORTE DE PRÉVENIR LE RETOUR, EN FAISANT CONNAÎTRE OU EN RAPPELANT LES DISPOSITIONS DE POLICE QUI OBLIGENT CHACUN DES HABITANTS DANS L’INTÉRÊT DE TOUS. LA VITESSE DES VÉHICULES DE TOUTES SORTES CIRCULANT DANS LA COMMUNE DE ROLAMPONT NE DEVRA PAS ÊTRE SUPÉRIEURE À 10 KM À L’HEURE ; LA NUIT, ELLE SERA RÉDUITE À 6 KM. A L’OCCASION DES FOIRES, FÊTES OU RASSEMBLEMENTS SUR LES PLACES OU VOIES PUBLIQUES, LES MONTEURS DE CYCLES DEVRONT DESCENDRE DE LEUR MACHINE ET MARCHER AU PAS. LA CIRCULATION SUR LES TROTTOIRS ÉTANT EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉE AUX PIÉTONS, L’ACCÈS EN EST INTERDIT AUX CYCLISTES. PROCÈS-VERBAL SERA DRESSÉ À TOUT CYCLISTE QUI, À L’AIDE DE LA TROMPE DE SON VÉHICULE, TENTERAIT, LA NUIT, DE TROUBLER LE REPOS DES CITOYENS. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

SAMEDI 19 DÉCEMBRE, 14 h -
ADJUDICATION DES TRAVAUX DES CHEMINS DE GRANDES COMMUNICATION, LOT N°4, AU PRIX DU DEVIS, À PIERRE COMBALIER DE ROLAMPONT

29 DÉCEMBRE - À LANGRES. DÉCLARATION DE FAILLITE DE LÉOPOLD BURET MARCHAND D'ÉTOFFES ET DE BONNETERIE À ROLAMPONT (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, 9 janvier 1909, p. 37.)

DÉCEMBRE - CRÉATION DE LA SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS DE ROLAMPONT (APPROUVÉE - n° 80.) CETTE SOCIÉTÉ FAIT PARTIE DES 85 SOCIÉTÉS FONDÉES EN FRANCE PENDANT LE MOIS DE DÉCEMBRE 1908, DONT QUATRE-VINGT-CINQ APPROUVÉES ET CINQ SOCIÉTÉS LIBRES. Bulletin des sociétés de secours mutuels, revue des institutions de prévoyance, 56e année, n°1, janvier 1909, p. 61.

Sociétés de secours mutueles. Diplôm de membre donateur

1909 : JANVIER - NOUVELLES DE PARTOUT. CHAUMONT. - DANS UNE CARRIÈRE À ROLAMPONT UN ÉBOULEMENT S'EST PRODUIT ENSEVELISSANT SOUS UN BLOC DE 1.500  KILOS, TROIS OUVRIERS. L'UN D'EUX, TRINQUESSE, ÂGÉ DE 50 ANS, MARIÉ ET PÈRE DE DEUX ENFANTS, A ÉTÉ RETIRÉ MORT DES DÉCOMBRES. LES DEUX AUTRES, DESLES (sic) ET HUMBLOT MARCEL SONT DANS UN ÉTAT GRAVE (Gil Blas, 8 janvier 1909.)

NOVEMBRE - LA MAISON DE FERBLANTERIE DAMPEROUX SUCCÈDE À LA MAISON COUDERC (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, 13 novembre 1909, p. 1779.)

1910 : JANVIER - LA MARNE DÉBORDE ET CAUSE DE TRÈS SÉRIEUSES INONDATIONS À ROLAMPONT. CHAUMONT, 19 JANVIER. - LA MARNE, QUI DEPUIS QUELQUES JOURS GROSSISSAIT D'UNE FAÇON INQUIÉTANTE, A DÉBORDÉ AUJOURD'HUI, NOYANT LES CHAMPS VOISINS ET ATTEIGNANT MÊME LES MAISONS. A ROLAMPONT, DES INONDATIONS SE SONT PRODUITES ; DES BESTIAUX ONT ÉTÉ NOYÉS ET LES CULTIVATEURS S'OCCUPENT EN CE MOMENT À PROCÉDER AU SAUVETAGE DE CEUX JUSQU'ICI ÉPARGNÉS ET DÉMÉNAGENT EN HÂTE LEUR MOBILIER. LA PLUIE CONTINUE ; LA MARNE MONTE TOUJOURS. LA SITUATION PEUT DEVENIR TRÈS GRAVE D'UN MOMENT À L'AUTRE. (Le Radical, jeudi 20 janvier 1910, p. 2.)

1911 : ON PROCÈDE ACTUELLEMENT À L'ÉTABLISSEMENT D'UN RÉSEAU DE DISTRIBUTION D'ÉNERGIE ÉLECTRIQUE POUR L'ÉCLAIRAGE DANS LA COMMUNE DE ROLAMPONT. LE CONCESSIONNAIRE EST M. CLAUDEL-TRAEGER, DE ROLAMPONT. C'EST LA COMPAGNIE ÉLECTRIQUE DE NANCY QUI A ÉTÉ CHARGÉE DE L'INSTALLATION DU RÉSEAU ET DE LA FOURNITURE DU MATÉRIEL. Cf. L'immeuble et la construction dans l'Est, revue de la propriété et des travaux publics et particuliers, n° 8, 29e année, dimanche 25 juin 1911, Nancy, p. 185.


Les pilules Dupuis, Le Petit Parisien, 25 mars 1911, p. 5.

Les pilules Dupuis, Le Petit Parisien, 25 mars 1911, p. 5.

9 MAI - ADJUDICATION À LA SOUS-PRÉFECTURE DE LANGRES DE L'AMÉNAGEMENT DE LA CASERNE DE GENDARMERIE  DE ROLAMPONT (3e LOT) POUR UN MONTANT DE 10.000 F. À M. A. BATOUX, À 10 % DE RABAIS

17 OCTOBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DONNE SON AVIS SUR LE PROJET D'ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE DES RUES ET DES PLACES PUBLIQUES DANS LA COMMUNE DE ROLAMPONT, AINSI QUE DES MAISONS PARTICULIÈRES. M. Desgés, maire, met sous les yeux du conseil toutes les pièces relatives à l'enquête sur ce projet présenté par Mme veuve Traëger et Claudel-Traëger, bouchers à Rolampont. Le conseil municipal, après examen de toutes les pièces relatives au projet dont il s'agit ; considérant que l'éclairage en question est de la plus grande utilité et est appelé à rendre de grands services pour l'éclairage des rues et de nombreux magasins de particuliers dans la commune de Rolampont ; que l'installation des poteaux, des conducteurs pour le courant, des transformateurs, etc. ne paraît léser aucun intérêt sérieux ; que toutes les mesures de sécurité, d'après le projet, paraissent prises pour éviter tout accident ; que le projet de tarif maximum facturé ne paraît pas exagéré ; est d'avis d'accorder à Mme veuve Traëger et M. Claudel, la concession simple pour une durée de trente années pour la fourniture de l'énergie électrique et l'autorise à établir des conducteurs sur les voies publiques, le tout destiné à l'éclairage public et privé dans la commune de Rolampont.

5 NOVEMBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL ÉVOQUE LA DEMANDE DE CONCESSION POUR L'ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE DES RUES ET PLACES PUBLIQUES AINSI QUE DES MAISONS PARTICULIÈRES DANS LA COMMUNE DE ROLAMPONT, SOLLICITÉE PAR Mme VEUVE TRAËGER ET LOUIS CLAUDEL BOUCHERS À ROLAMPONT. Le conseil, vu la demande de Mme Traëger et Claudel Louis, bouchers à Rolampont, considérant que l'éclairage public qu'il s'agit d'établir est désiré de la majorité de la population, autorise M. le maire à traiter de gré à gré avec Mme Traëger et Claudel pour l'éclairage électrique des rues et places publiques et des maisons particulières de Rolampont, sous réserve que la concession ne sera accordée que pour 30 années ; que les concessionnaires fourniront 30 lampes à filament métallique pour le prix annuel de 500 f. pour l'éclairage des rues, et une lampe supplémentaire, non payante, à la salle de la mairie, sous réserve en outre que les intérêts des particuliers et de la commune seront garantis dans le traité à intervenir. Enfin, le traité dont il s'agit sera soumis au conseil municipal avant d'être adressé à M. le préfet pour approbation.

NOVEMBRE - L'INSTITUTEUR ACHÈTE, 41,80 F., UNE CARABINE POUR L'ÉCOLE DES GARÇONS DE ROLAMPONT. LE CONSEIL MUNICIPAL, RÉUNI LE 5 NOVEMBRE 1911, DÉCIDE DE LE REMBOURSER 

1912 : M. TRAËGER, BOUCHER À ROLAMPONT ACHÈTE BELLES-ONDES DANS LE PROJET D'UTILISER LA CHUTE D'EAU POUR PRODUIRE L'ÉLECTRICITÉ NÉCESSAIRE À L'ÉCLAIRAGE DU VILLAGE. INSTALLATION DE DEUX TURBINES DE 15 CV ET 5 CV ET D'UNE MACHINE À VAPEUR CHAUFFÉE AU CHARBON DESTINÉE À FOURNIR LE COURANT D'APPOINT. LE COURANT PRODUIT ÉTAIT ALTERNATIF DE 120 VOLTS. LE RÉSEAU FUT INSTALLÉ AUX FRAIS DU PROPRIÉTAIRE PAR LA COMPAGNIE GÉNÉRALE DE NANCY. INAUGURATION DE L'USINE. LA CHUTE D'EAU NE SUFFISAIT PAS À L'ALIMENTATION. LE CHARBON MANQUA EN PLEINE GUERRE. (BOUR (J.), L'Écho du Val de Gris, n° 4, juin-Juillet 1968, pp. 20 & 21.)

25 AOÛT - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT FIXE LA VITESSE DES AUTOMOBILES DANS LES RUES DE ROLAMPONT À RAISON DE 15 KILOMÈTRES À L'HEURE.

25 OCTOBRE - DÉCRET PUBLIÉ AU JOURNAL OFFICIEL, LE 30 OCTOBRE 1912 (p. 1218.) 1. - SONT ATTRIBUÉS À LA COMMUNE DE ROLAMPONT (HAUTE-MARNE), À DÉFAUT DE BUREAU DE BIENFAISANCE, LES BIENS AYANT APPARTENUS À LA FABRIQUE DE L'ÉGLISE DE ROLAMPONT ET ACTUELLEMENT PLACÉS SOUS SÉQUESTRE, LA PRÉSENTE ATTRIBUTION FAITE SOUS LA CONDITION PAR LA COMMUNE D'AFFECTER TOUS LES REVENUS OU PRODUITS DESDITS BIENS AU SERVICE DES SECOURS DE BIENFAISANCE. 2. - LE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR EST CHARGÉ DE l'EXÉCUTION DU PRÉSENT DÉCRET. FAIT À RAMBOUILLET, LE 25 OCTOBRE 1912. SIGNÉ : A. FALLIÈRES. LE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR, SIGNÉ : T. STEEG.

1913 : MARS ou AVRIL - DÉCRET PORTANT CRÉATION DU BUREAU DE BIENFAISANCE DE ROLAMPONT (Bulletin des établissements de bienfaisance, p. 190.)

1914 : 3 AVRIL À 14 HEURES - ADJUDICATION, À LA PRÉFECTURE DE CHAUMONT, DES TRAVAUX D'AGRANDISSEMENT DU PORT DE ROLAMPONT SUR LE CANAL DE LA MARNE À LA SAÔNE, POUR UN MONTANT DE 36.800 F., À M. ROUSSEAU DE VERDUN, À 11 % DE RABAIS

1915 : RECONSTRUCTION DU MOULIN CARTERET APRÈS UN INCENDIE. PENDANT LES TRAVAUX L'ON RETROUVE UNE MONNAIE ROMAINE INDIQUANT SANS DOUTE L'ANCIENNETÉ DE L'UTILISATION DU TERRAIN

29 JUILLET - PÉTITION CONTRE LE MARAUDAGE
 
   Les soussignés propriétaires à Rolampont, constatant que des dégâts fréquents sont causés dans les potagers et vergers de la commune, demandent instamment à l'administration militaire de prendre telles mesures qu'elle jugera convenables pour que légumes et fruits de toutes sortes soient respectés par les militaires cantonnés dans la commune.
   Suivent les signatures, près d'une centaine.
 
   Les soussignés, membres du conseil municipal de Rolampont donnent leur entiere adhésion à la demande ci-contre.
 
   Suivent les signatures de MM. Martin, Renard, Leclerc, Déchanet Jules, Batoux, Barret, Michel, Robert, Desgrés, maire.
 
   Le maire Desgrés.

1916 : 20 JUIN - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT, EN SÉANCE EXTRAORDINAIRE, DÉSIGNE UNE NOUVELLE GARDIENNE DE LA CRÈCHE. Mme PHILOMÈNE GÉLRIN ÉPOUSE MOUSSU REMPLACE Mme ROUSSELOT VEUVE NANCEY DÉCÉDÉE LE 16 JUIN 1916 

1917 : 14 JUIN - DÉCÈS DE AUGUSTE MARTIN, MAIRE DE ROLAMPONT & CONSEILLER GÉNÉRAL DE LA HAUTE-MARNE

22 OCTOBRE - ARRIVÉE DU 101e GÉNIE DES ÉTATS UNIS (101st U.S. ENGINEERS). SON STATIONNEMENT À ROLAMPONT PRENDRA FIN AVEC L'ARRIVÉE DE LA 42e DIVISION (THE RAINWOW DIVISION) DANS LA COMMUNE. L'ORDRE DE SON DÉPART POUR DOULAINCOURT EST DONNÉ DANS LA SOIRÉE DU 23 DÉCEMBRE 1917. Cf. History of the 101st United states engineers. American Expeditionary Forces 1917-1918-1919, publié en 1926 par le Voluntary committee of the regiment, 1926, pp. 52 à 61.

25 OCTOBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DEMANDE LE RETOUR DE M. LE DOCTEUR RAYMOND MARTIN, MOBILISÉ. Par suite du départ de Rolampont du 21e bataillon de chasseurs à pied, le médecin major de ce bataillon, qui donnait également des soins à la population civile, va quitter aussi Rolampont, et notre commune se trouvera sans médecin, ainsi que la région avoisinante. Pour remédier à cette situation, il convient de demander d'urgence le retour à Rolampont de M. le docteur Martin Raymond, mobilisé, de la classe 1889. Le conseil municipal, après en avoir délibéré, considérant que la commune de Rolampont ne peut rester sans médecin, demande instamment le retour à Rolampont de M. le docteur Martin Raymond, mobilisé depuis août 1914.

26 DÉCEMBRE - ARRIVÉE DE LA RAINBOW DIVISION À LA 7th TRAINING AREA DE ROLAMPONT. LA 42e DIVISION A PARCOURU À PIED LE CHEMIN DE RIMAUCORT À ROLAMPONT : 75 KM EN TROIS JOURS DE MARCHE SOUS LA NEIGE !

1918 : 20 JANVIER - ARRIVÉE À ROLAMPONT DES TROUPES DES FOND DU LAC'S MACHINEGUNNERS, COMPAGNIE E, SES HOMMES TRAVAILLENT AVEC DEUX BATAILLONS DU 32e RÉGIMENT FRANÇAIS. Cf. Jody Schmitz, Fonds du Lac public Library, 32 Sheboyan. St, Fond du Lac, Wisconsin 54935.

27 JANVIER À 9 HEURES DU MATIN - M. LECLERC, FAISANT FONCTION DE MAIRE, POUR LE MAIRE DÉCÉDÉ, PRÉSENTE AU CONSEIL MUNICIPAL, RÉUNI EN SESSION EXTRAORDINAIRE, LA LETTRE DE M. LE PRÉFET DE LA HAUTE-MARNE FAISANT CONNAÎTRE QUE M. LE GÉNÉRAL COMMANDANT EN CHEF LES FORCES EXPÉDITIONNAIRES AMÉRICAINES DEMANDE LA CESSION D'UN TERRAIN D'UNE CONTENANCE DE 800 MÈTRES CARRÉS POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UN CIMETIÈRE DANS LA COMMUNE DE ROLAMPONT. LE MAIRE S'EST OCCUPÉ DE CETTE QUESTION. LE TERRAIN CADASTRÉ SECTION A N° 2042 D'UNE CONTENANCE DE SEPT ARES SOIXANTE-DIX CENTIARES, À CENT MÈTRES DES MAISONS D'HABITATION, SITUATION ÉLEVÉE, APPARTENANT À LA VEUVE DANTRELLE MUGNIER SEMBLE RÉPONDRE À LA DESTINATION PROJETÉE. IL SERAIT CÉDÉ PAR SON PROPRIÉTAIRE AU PRIX DE 55 FRANCS L'ARE SOIT POUR LA SOMME DE 423,50 FRANCS. LE CONSEIL MUNICIPAL ÉMET UN AVIS FAVORABLE À L'EMPLACEMENT CHOISI

16 FÉVRIER - CAMPEMENT À ROLAMPONT DU 1er BATAILLON DU 167e RÉGIMENT D'INFANTERIE ALABAMA. Source : Croix rouge Farm Foundation.

17 FÉVRIER - DÉPART DE LA RAINBOW DIVISION. Cf. TOMPKINS (Raymond S.), The story of the rainbow division with a introduction by major general Charles T. Menoher, commander of the Rainbow Division through all its fights, Boni and Liveright, New-York, 1919, p. 22 & ss. & p. 245. ELLE SERA RATTACHÉE LE 21 FÉVRIER AU 7e CORPS D'ARMÉE FRANÇAIS DANS LE SECTEUR DE LUNÉVILLE

1919 : SEPTEMBRE - DEUX AVIONS SURVOLENT LA COMMUNE. L'UN DES DEUX PREND FEU À 800 MÈTRES D'ALTITUDE. IL PART EN GLISSADE. SON PILOTE, LE LIEUTENANT GRENIER, COMMANDANT L'ESCADRILLE 101 DE LUXEUIL, EST PROJETÉ À VINGT MÈTRES. DÉCHANET (Hubert), Deux siècles dans le ciel du pays de Langres (1784-1984), Dominique Guéniot Éditeur, 2004, Langres.


1920 :
9 DÉCEMBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE L'AGRANDISSEMENT DU CIMETIÈRE PAR L'AJOUT « D'UNE BANDE DE TERRAIN DE QUINZE MÈTRES DE LARGEUR À COMPTER À PARTIR DE L'ANGLE DU MUR ACTUEL, DANS LE TERRAIN ACTUELLEMENT EN VERGER, APPARTENANT À LA COMMUNE, SUR UNE LONGUEUR COMPRISE ENTRE LA RUELLE DU CIMETIERE ET LA ROUTE NATIONALE, SOIT UNE SURFACE DE SEPT ARES VINGT-SEPT CENTIARES.» LE PROJET EST APPROUVÉ PAR M. LE PREFET LE 29 DECEMBRE 1920 ET LE 8 JANVIER 1921 LE CONSEIL EN PREND ACTE

1921 : LA MAISON CLAUDEL-TRAËGER, DEVANT LA CONSOMMATION CROISSANTE D'ÉLECTRICITÉ, ABANDONNE LA FABRICATION POUR ACHETER LE COURANT À L'ÉNERGIE INDUSTRIELLE DE LANGRES, ET EN FOURNIR SES CLIENTS JUSQU'EN 1946, DATE DE LA NATIONALISATION DE L'EDF (J. BOUR, op. cit.)

2 MARS - SEPT ARBRES : DEUX SAPINS ET CINQ MARRONNIERS SONT DÉJA COUPÉS AU CIMETIÈRE COMMUNAL , « SUR L'EMPLACEMENT DESTINÉ À RECEVOIR LES CORPS DES MILITAIRES QUI SERONT RAMENÉS PROCHAINEMENT.»
(Conseil municipal, session extraordinaire du 6 mars 1921.)

26 MAI - LE CONSEIL MUNICIPAL APPROUVE LE DEVIS DES TRAVAUX DU MUR DE SOUTÈNEMENT À CONSTRUIRE SUR LES CÔTÉS DU CIMETIÈRE PAR SUITE DE L'AGRANDISSEMENT. LE MONTANT DES TRAVAUX S'ÉLEVANT À LA SOMME DE 2.178,48 F

13 SEPTEMBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL CHOISIT LA MAISON VEUVE BOE-PAUPIER SUCCESSEURS 2 RUE STENDHAL À PARIS POUR LA FOURNITURE ET LA POSE D'UN PONT BASCULE DE 12 TONNES. UN CRÉDIT DE 7.000 F ÉTANT INSCRIT AU BUDGET ADDITIONNEL DE 1921

DIMANCHE 16 OCTOBRE - INAUGURATION DU MONUMENT DU SOUVENIR DE ROLAMPONT

1922 : 5 AVRIL - OBSÈQUES DE JEAN VICTOR LOGEROT, OFFICIER D'ADMINISTRATION ET COMMANDANT DU POLYGONE DE VINCENNES, DÉCÉDÉ LE 31 MARS 1922 AU VAL-DE-GRÂCE

10 MAI - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE QU'IL À LIEU DE RÉPARER LA FONTAINE-LAVOIR DE LA RUE DE LANGRES, VIS-A-VIS LA MÉNAGÈRE

7 OCTOBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL VOTE UNE SUBVENTION DE 100 F EN FAVEUR DU MONUMENT À ÉLEVER À NOTRE-DAME DE LORETTE

LA MUNICIPALITE DÉCIDE DE VENDRE 18 PEUPLIERS D'UN VOLUME GLOBAL DE 110 À 120 DÉCISTÈRES SITUÉS EN PRÉ GIBÈRE ET AU PRÉ AU BOUGE

10 SEPTEMBRE À 14 HEURES - ADJUDICATION EN MAIRIE DE ROLAMPONT DE TRAVAUX DE RÉPARATIONS DES RUES DU VILLAGE. SUR UN DEVIS DE 6.274 F. M. MAILLEFERT, ADJUDICATAIRE AU PRIX DU DEVIS.

1923 : 21 JUIN À 14 HEURES - ADJUDICATION À LA PRÉFECTURE DE LA HAUTE-MARNE DE LA CONSTRUCTION DE BORDURES DE TROTTOIRS AVEC DEMI-CUVETTE PAVÉE DANS L'AVENUE DE LA GARE À ROLAMPONT POUR UN MONTANT DE 7.804, 61 F ; CAUTION DE 250 F.

JUIN - À LANGRES, L'EXPLOITATION DU GAZ A DONNÉ DES RÉSULTATS SATISFAISANTS, MAIS LA DISTRIBUTION D'ÉNERGIE ÉLECTRIQUE NE S'EST PAS DÉVELOPPÉE AUTANT QUE L'ESPÉRAIT LE CONSEIL. UNE LIGNE À 30.000 V A ÉTÉ CONSTRUITE ENTRE LANGRES ET ROLAMPONT ET LA DISTRIBUTION DE L'ÉNERGIE A ÉTÉ ASSURÉE DANS LES DEUX LOCALITÉS DE HUMES ET DE ROLAMPONT. Société de production et de distribution d'énergie, assemblée ordinaire du 29 juin 1923, Revue générale de l'électricité, tome XIV, n°3, 21 juillet 1923, p. 22 B.

26 AOÛT - ADJUDICATION EN MAIRIE DE ROLAMPONT DES TRAVAUX DE RÉPARATIONS AUX LAVOIRS, POUR UN MONTANT DE 5.000 F, À M. JÉRÉMIE BATOUX, À ROLAMPONT, AU PRIX DU DEVIS

1924 : 26 FÉVRIER - NAISSANCE DE GEORGES ROUSSELLE, ARTISTE PEINTRE

14 AOÛT - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE L'ABATTAGE ET L'ENLÈVEMENT DES 15 ANCIENS MARRONNIERS DU CIMETIÈRE

1925 : 22 MARS - LA QUESTION DU GOUDRONNAGE DE LA ROUTE NATIONALE N° 19 DANS LA TRAVERSE DE ROLAMPONT EST ÉVOQUÉE À LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL. LA MUNICIPALITÉ « DEMANDE QUE LE GOUDRONNAGE DE LA ROUTE NATIONALE SOIT FAIT SUR UNE LARGEUR DE DEUX METRES SEULEMENT AU MILIEU DE LA CHAUSSÉE ET QU'IL Y AIT INTERRUPTION DANS CE GOUDRONNAGE AU CROISEMENT DE LA ROUTE NATIONALE ET DU CHEMIN DE GRANDE COMMUNICATION N° 1 (route de Nogent), AINSI QUE VIS-A-VIS L'ENTRÉE DU CHEMIN DU RIAU (sic.), ENTRE LES POINTS 53K6 ET 53K7 » ... « AFIN DE PERMETTRE AUX VOITURES AGRICOLES ET AUX ANIMAUX DOMESTIQUES D'ÉVITER AUTANT QUE POSSIBLE LA SURFACE GOUDRONNÉE ET GLISSANTE DE LA ROUTE »

30 MARS - ADJUDICATION À LA PRÉFECTURE DE CHAUMONT DU LOT N° 10 DU BAIL D'ENTRETIEN DES ROUTES NATIONALES POUR LES ANNÉES 1925 ET 1926 À M. LOUIS MAILLEFERT DE ROLAMPONT, À 1 % DE RABAIS

7 JUIN - LE CONSEIL MUNICIPAL REVIENT SUR SA DÉCISION RELATIVE AU GOUDRONNAGE DE LA ROUTE NATIONALE N° 19 DANS LA TRAVERSE DE ROLAMPONT AU MOTIF DES INCONVÉNIENTS QUI EN RÉSULTERAIENT SELON LES RAPPORTS DES INGÉNIEURS DES PONTS ET CHAUSSÉES. LE GOUDRONNAGE SE FERA SUR L'ENTIÈRE LARGUEUR ET LONGUEUR DE LA CHAUSSÉE SANS AUCUNE RÉSERVE

16 SEPTEMBRE À 14 HEURES - ADJUDICATION EN MAIRIE DE ROLAMPONT DE TRAVAUX DIVERS EN TROIS LOTS POUR UN MONTANT DE 31.790 F

1926 : 14 FÉVRIER - LE CONSEIL MUNICIPAL AUTORISE M. LE CURÉ, SUR SA DEMANDE, À INSTALLER UNE SONNERIE ÉLECTRIQUE DES CLOCHES DE ROLAMPONT, SOUS LA RÉSERVE DE NE CAUSER AUCUN DÉGAT NI AU CLOCHER NI AU BEFFROI. IL CONSIDÈRE QUE CETTE INSTALLATION N'EST PAS UNE AFFAIRE COMMUNALE ET DÉCLARE NE POUVOIR ENGAGER LES FONDS COMMUNAUX DANS CETTE CIRCONSTANCE

LA FABRIQUE FAIT UN DON DE 200 F À LA COMMUNE À TITRE DE PARTICIPATION À LA RÉCENTE CONSTRUCTION DU MUR NORD DE L'ÉGLISE

LE GOUDRONNAGE DE LA ROUTE NATIONALE N° 19 DANS LA TRAVERSÉ DE ROLAMPONT SE POURSUIT

11 AVRIL - LE CONSEIL MUNICIPAL CONSTATE QUE LA CANALISATION D'EAU ÉTABLIE EN 1887 EST À PRÉSENT INSUFFISANTE POUR ALIMENTER LES FONTAINES, ABREUVOIRS ET CONCESSIONS PARTICULIÈRES ET PROJETTE D'AUGMENTER LE RÉSEAU D'ADDUCTION D'EAU POTABLE PAR LE CAPTAGE DE DEUX NOUVELLES SOURCES SITUÉES PRES DU CHATELET ET DONT LES EAUX VIENDRAIENT S'AJOUTER À L'ADDUCTION ACTUELLE FOURNIE PAR LA SOURCE DE PELOTTE

JUIN - À CAUSE DU BROUILLARD ET D'UNE PANNE DE MOTEUR, UN APPAREIL DU 21e RÉGIMENT D'AVIATION DE NANCY, PILOTÉ PAR L'ADJUDANT ROYER (OBSERVATEUR : SOUS-LIEUTENANT LEGROS), FAIT UN ATTERRISSAGE FORCÉ, LIEUDIT LA ROCHE. DÉCHANET (Hubert), Deux siècles dans le ciel du pays de Langres (1784-1984), Dominique Guéniot Éditeur, 2004, Langres.

SAMEDI 2 NOVEMBRE À DEUX HEURES PRÉCISES - VENTE EN MAIRIE DE 64 PEUPLIERS COMMUNAUX SITUÉS DANS LES PÂTIS OU PRÉS DE PRÉ-GIBÈRE ET DE LA SÂNE

8 NOVEMBRE 14 h 30 - ADJUDICATION À LA PRÉFECTURE DE CHAUMONT DU MARCHÉ POUR L'AGRANDISSEMENT DU PORT DE ROLAMPONT, POUR UN MONTANT DE 45.846,42 F., À M. LOUIS MAILLEFERT, À ROLAMPONT, À 1 % DE RABAIS

27 NOVEMBRE - UNE PÉTITION CONTRE LA SUPRESSION DU TÉLÉGRAPHE AU BUREAU DE POSTE DE ROLAMPONT EST PRÉSENTÉE AU CONSEIL MUNICIPAL. UNE MESURE RÉCENTE DE L'ADMINISTRATION DES PTT AYANT SUPPRIMÉ DANS LES PETITS BUREAUX L'ENVOI PAR TÉLÉGRAPHE DES DÉPÊCHES. LES DÉPÊCHES DEVANT DES LORS ÊTRE TRANSMISES AU BUREAU CENTRE PAR TÉLÉPHONE. LES PÉTITIONNAIRES ESTIMENT QUE L'EXACTITUDE DE LA TRANSMISSION ET LE SECRET DE LA COMMUNICATION NE SERONT PLUS ASSURES. LE CONSEIL S'ASSOCIE PLEINEMENT AUX PÉTITIONNAIRES EN RELEVANT LE MOTIF QUE DANS UNE LOCALITE DÉJA IMPORTANTE COMME ROLAMPONT, LES DÉPÊCHES ADRESSÉES ET REÇUES SONT NOMBREUSES ET REVÊTENT UN CARACTÈRE CONFIDENTIEL DU FAIT DE L'EXISTENCE DE PLUSIEURS MAISONS DE COMMERCE ET D'IMPORTANTES USINES. L'AFFLUENCE DU PUBLIC AU BUREAU DE POSTE EST NOMBREUSE ET IL EST À CRAINDRE - CE QUI AUX DIRES DE PLUSIEURS PÉTITIONNAIRES EST DÉJA ARRIVÉ - QUE PLUSIEURS PERSONNES AYANT À FAIRE AU BUREAU, ENTENDENT COMPLÈTEMENT LA TENEUR D'UNE DÉPÊCHE ADRESSÉE OU REÇUE PAR TÉLÉPHONE

22 DÉCEMBRE - EN QUELQUES MOTS. L'AUTO D'UN INDUSTRIEL DE TOURCOING DÉRAPE EN TRAVERSANT ROLAMPONT (HAUTE-MARNE.) LE CONDUCTEUR EST GRAVEMENT BLESSÉ. L'intransigeant, n° 16940, Paris, 22 décembre 1926, p. 1.

1927 : 1er MAI - CONSTITUTION DE LA CAISSE LOCALE DE CRÉDIT AGRICOLE DE ROLAMPONT. PRÉSIDENT : M. LE Dr MARTIN

27 JUIN - M. CÉLESTIN HENRI JARLOT, NÉ LE 16 NOVEMBRE 1864, ANCIEN GARDIEN DE LA PAIX RETRAITÉ DE LA VILLE DE PARIS, EST NOMMÉ GARDE CHAMPÊTRE DE LA COMMUNE DE ROLAMPONT EN REMPLACEMENT DE M. LOUIS PERRET, DÉCÉDÉ. L’INTÉRESSÉ PRÊTERA SERMENT LE 2 AOÛT 1927 DEVANT LE JUGE DE PAIX DE NEUILLY-L’EVÊQUE. Arrêté municipal du 27 juin 1927. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

3 AOÛT - LE CONSEIL MUNICIPAL ÉVOQUE LA QUESTION DU RELARGISSEMENT DE LA RUE DU MENNELET QUI S'IMPOSE D'UNE FAÇON PRESSANTE. LES ÉLUS REMARQUENT QUE LA CIRCULATION PAR CETTE VOIE S'ACCROIT SANS CESSE. DE NOMBREUSES AUTOMOBILES VENANT PAR LES PONTS DE LA MARNE ET DU CANAL ET SE DIRIGEANT VERS CHAUMONT, UTILISENT CE CHEMIN AFIN D'ÉVITER LE TOURNANT TRÈS DANGEREUX, À LA HAUTEUR DE LA BOUCHERIE GALLISSOT. ILS SIGNALENT QUE CETTE VOIE N'A QUE 4 MÈTRES DE LARGEUR, LA VUE EST MASQUÉE PAR UNE CONSTRUCTION FRAPPÉE D'ALIGNEMENT. OR SON PROPRIÉTAIRE ÉTANT ACTUELLEMENT DÉCIDÉ À AUTORISER LA DÉMOLITION DE CETTE CONSTRUCTION ET À ABANDONNER SES DROITS À CONDITION QUE L'ON REMETTE SA MAISON D'HABITATION EN ÉTAT, LE MAIRE PROPOSE DE PROFITER DE L'OCCASION OFFERTE. LE CONSEIL EST DE CET AVIS

1928 : 21 AVRIL - TRAVAUX DE CANALISATION ET DIVERS POUR UN MONTANT DE 49.860 F. ADJUGÉS À CHAUMONT À M. AUBRY, À NOGENT-EN-BASSIGNY, À 0,10 % DE RABAIS

30 AVRIL - LA FANFARE DE ROLAMPONT EST INSCRITE SUR LES CONTRÔLES DE LA FÉDÉRATION MUSICALE DE FRANCE, SOUS LE N° 2149

28 OCTOBRE - M. JULES PRODHON EST NOMMÉ SECRÉTAIRE DE MAIRIE EN REMPLACEMENT DE M. LAURENT, DÉMISSIONNAIRE, À LA DATE DU 1er NOVEMBRE 1926. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1929 : 7 FÉVRIER - L'ASSSOCIATION FANFARE DE ROLAMPONT EST DÉCLARÉE À LA SOUS-PRÉFECTURE DE LANGRES (Journal officiel du 15 février 1929)

1er JUIN - M. ARMAND ROM EST NOMMÉ SECRÉTAIRE DE MAIRIE AU TRAITEMENT DE 4 080 F PAR AN SOIT 340 F PAR MOIS EN REMPLACEMENT DE M. JULES PRODHON, SECRÉTAIRE DE MAIRIE, DÉMISSIONNAIRE. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1er AOÛT - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE L'ACHAT D'UNE JARDINIÈRE EN FONTE DESTINÉE À ÊTRE PLACÉE DEVANT LE MONUMENT DES ENFANTS DE ROLAMPONT MORTS POUR LA FRANCE

RÉPARATIONS INTÉRIEURES DANS LA PIÈCE DE LA MAIRIE DITE CABINET DU MAIRE. ACHAT D'UN FOURNEAU DESTINÉ AU CHAUFFAGE DE CETTE PIÈCE

27 OCTOBRE - M. GEORGES MARÉCAILLE, CHEF DE LA FANFARE DE ROLAMPONT. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1930 : 29 JANVIER - ÉPIDÉMIE DE FIÈVRE TYPHOÏDE. (L'Ouest-Éclair, 30 janvier 1930, p. 3.)

21 FÉVRIER - LE CONSEIL MUNICIPAL ÉVOQUE LE RÉTABLISSEMENT DU MARCHÉ ET DÉCIDE D'ÉTABLIR DANS LA COMMUNE UN MARCHÉ QUI SE TIENDRAIT TOUS LE JEUDI DE CHAQUE SEMAINE. LES ÉLUS CONSIDÈRENT L'UTILITÉ INCONTESTABLE DE CET ETABLISSEMENT POUR LES BESOINS DE L'APPROVISIONNEMENT ET DU COMMERCE LOCAL, LA COMMUNE ÉTANT TRÈS INSUFFISAMMENT DESSERVIE PAR LES MARCHÉS EXISTANT ACTUELLEMENT DANS LES LOCALITÉS VOISINES. LES MARCHÉS LES PLUS PROCHES SE TROUVANT À NOGENT-EN-BASSIGNY ET À LANGRES, SOIT À 11 KILOMÈTRES DE LA COMMUNE, LA CRÉATION PROPOSÉE NE POUVANT LEUR PORTER PRÉJUDICE

1er MARS - LE Dr MARTIN, MAIRE DE ROLAMPONT, PREND UN ARRÊTÉ EN VERTU DE LA DÉLIBÉRATION DU 21 FÉVRIER 1930, PAR LAQUELLE LE CONSEIL MUNICIPAL S'EST PRONONCÉ POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UN MARCHÉ DANS LA COMMUNE.

Il est établi dans la commune de Rolampont un marché hebdomadaire qui se tiendra le jeudi de chaque semaine devant la mairie. Il s'ouvrira à huit heures du matin durant toute l'année.

Défense expresse est faite aux revendeurs de faire des achats avant les premières heures écoulées de la tenue du marché. L'heure à laquelle ils pourront acheter leur sera indiquée par le garde-champêtre.

Il est spécialement interdit aux revendeurs d'aller à la rencontre des produits et de les acheter dans les rues et abords de la place du marché.

Toutes les denrées destinées à l'approvisionnement devront être conduites au marché. Il est formellement interdit de les vendre en ambulances sur les voies publiques ou en tous lieux publics que se soit avant et pendant les heures d'ouvertures du marché.

L'accaparement des denrées alimentaires est formellement interdit en tous temps et en tous lieux.

6 MAI - À LANGRES. DÉCLARATION DE FAILLITE D'ANDRÉ MARIOT, PEINTRE À ROLAMPONT (Archives commerciales de la France, bi-hebdomadaire, 4 juin 1930 p. 3234.)

16 JUIN - INONDATIONS. UNE TROMBE D'EAU S'ABAT SUR LE TERRITOIRE DE ROLAMPONT. LA MARNE SORT DE SON LIT EN PEU D'INSTANTS, SUBMERGE LES PRAIRIES, ROULE ET EMPORTE DU BÉTAIL ET DES CONSTRUCTIONS, CAUSANT D'IMPORTANTS DÉGATS. DANS LA PARTIE BASSE DU VILLAGE L'EAU ATTEINT 1 M 50, INONDE LES CAVES ET LES REZ-DE-CHAUSSÉE. (Le Matin, 17 juin 1930, p. 3.)

20 AOÛT -
M. MAILLEFERT, À ROLAMPONT, EST ADJUDICATAIRE DES TRAVAUX D'ADUCCTION D'EAU POTABLE, CAPTAGE, OUVRAGE D'ART, CANALISATION ET FONTAINERIE DE DAMMARTIN-SUR-MEUSE, POUR UN MONTANT DE 305.000 FRANCS. Cf. L'immeuble et la construction dans l'Est. Revue de la propriété & des travaux publics & particuliers, hebdomadaire, 43e année, n°36, dimanche 7 septembre 1930, n. p.

1931 :  14 MARS À 10 HEURES - ADJUDICATION À LA MAIRIE DE ROLAMPONT DES TRAVAUX DE CUVETTES PAVÉES POUR UN MONTANT DE 31.500 F. ENVOI DES SOUMISSIONS PAR LETTRE RECOMMANDÉE À M. LE MAIRE, 24 HEURES AVANT L'ADJUDICATION. RENSEIGNEMENTS : BUREAUX DE M. GIUDICELLI, INGÉNIEUR DU S. V., À NEUILLY-L'ÉVÊQUE. LES TRAVAUX NE SERONT PAS ADJUGÉS

22 OCTOBRE - M. CHEMIN ÂGÉ DE 55 ANS, CULTIVATEUR À ROLAMPONT, QUI AVAIT EMPORTÉ AUX CHAMPS SON FUSIL, AYANT VOULU DÉGAGER L'ARME D'UN TOMBEREAU OÙ ELLE SE TROUVAIT, A FAIT PARTIR UN COUP DE FEU QUI L'A BLESSÉ AU BRAS. TRANSPORTÉ DANS UNE CLINIQUE DE CHAUMONT, M. CHEMIN A DÛ ÊTRE AMPUTÉ. (Le Populaire, journal quotidien, 23 octobre 1931, p. 3.)

1934 : 9 AOÛT - BELFORT (TERRITOIRE-DE-BELFORT.) ADJUDICATION DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE CLOISONS EN BRIQUE AUX MAGASINS GÉNÉRAUX DE LANGRES À M. MAILLEFERT DE ROLAMPONT, POUR UN MONTANT DE 42.165 FRANCS.

25 NOVEMBRE - 14 HEURES - À LA MAIRIE. ADJUDICATION DE 99 PEUPLIERS CUBANT 136 m3
Cf. L'immeuble et la construction dans l'Est et Bois & forêts de l'Est (réunis), n° 46, 41e année, dimanche 18 novembre 1934, Nancy, Adjudications et ventes de bois, Haute-Marne, p. 12.

PLACE DE LANGRES : 1er LOT. MAÇONNERIES, PLATRERIES. MONTANT ANNUEL : 10.000 F. - ADJ. : M. MAILLEFERT, À ROLAMPONT, À 10 % D'AUGMENTATION
Cf. L'immeuble et la construction dans l'Est et Bois & forêts de l'Est (réunis), n° 46, 41e année, dimanche 18 novembre 1934, Nancy, Adjudications et ventes de bois, Haute-Marne, p. 12.

1935 : FÉVRIER - M. TOUSSAINT, COIFFEUR, SUCCÈDE À M. LEMONNIER (Archives commerciales de France, 22 février 1935, p. 840.)

16 FÉVRIER - LA MORT D'UNE PUPILLE DE L'ASSISTANCE PUBLIQUE PARAÎT DUE À DE MAUVAIS TRAITEMENTS. LE PARQUET DE CHAUMONT ORDONNE L'AUTOPSIE. CHAUMONT, 17 FÉVRIER. - HIER APRÈS-MIDI, LE DOCTEUR MARTIN DE ROLAMPONT, ÉTAIT MANDÉ PAR LES ÉPOUX BRAGER, CULTIVATEURS À ROLAMPONT POUR CONSTATER LE DÉCÈS DE LA PETITE CHRISTIANE MARVILLIERS, 5 ANS, QUI LEUR AVAIT ÉTÉ CONFIÉE PAR L'ASSISTANCE PUBLIQUE ET QUI, D'APRÈS LES FERMIERS, S'ÉTAIT TUÉE EN TOMBANT DANS L'ESCALIER. ÉTANT DONNÉ LA NATURE SUSPECTE DES BLESSURES RELEVÉES SUR LE PETIT CADAVRE, LE PRATICIEN REFUSA DE DÉLIVRER LE PERMIS D'INHUMER ET LE PARQUET DE CHAUMONT A DÉSIGNÉ LE DOCTEUR JEANNENET, MÉDECIN LÉGISTE À LANGRES, POUR PRATIQUER L'AUTOPSIE. (L'écho d'Alger, journal républicain du matin, 18 février 1935, p. 2)

SAMEDI 25 MAI - INAUGURATION DU TERRAIN D'AVIATION DE ROLAMPONT. L'aéro-Club de Haute-Marne a donné (...) devant de hautes personnalités, une conférence remarquable du colonel Pierre Weiss. L'après-midi du même jour, Pierre Scordel, président du club, avait reçu Mlle Deutsch de la Meurthe, venue de Paris pour assister à l'inauguration du terrain privé de M. Brosser à Rolampont. Le lendemain, une fête aérienne attira à Rolampont une foule considérable : descente en parachute de Mlle Montégu ; plus de cent baptêmes par les avions de l'Aé.C.H.M. Cf. Les Ailes. Journal hebdomadaire de la locomotion aérienne, 15e année, n° 729, 6 juin 1935, p. 13.

DIMANCHE 26 MAI - INAUGURATION DU TERRAIN D'AVIATION DE ROLAMPONT. UNE VINGTAINE D'AVIONS SONT PRÉSENTÉS À PRÈS DE 7.000 SPECTATEURS. DÉCHANET (Hubert), Deux siècles dans le ciel du pays de Langres (1784-1984), Dominique Guéniot Éditeur, 2004, Langres, 160 p.

NB : La revue L'aérophile, 43e année, n° 2, février 1935, p. 58, indique : Aux manifestations que nous avons indiquées dans notre précédent bulletin, ajoutons celle qui le 5 mai fêtera l'inauguration de l'aérodrome privé de notre camarade Jean Brosser à Rolampont.

27 JUIN - M. ALFRED CORNEVIN, NÉ À BEAUCHEMIN LE 6 SEPTEMBRE 1865 EST NOMMÉ GARDE-CHAMPÊTRE EN REMPLACEMENT DE M. CÉLESTIN HENRI JARLOT DÉMISSIONNAIRE. L’INTÉRESSÉ PRÊTE SERMENT DEVANT LE JUGE DE PAIX DE NEUILLY-L’EVÊQUE LE 22 JUILLET 1935. IL DÉMISSIONNE LE 9 SEPTEMBRE 1941. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

15 JUILLET - AU PASSAGE À NIVEAU DE ROLAMPONT, Mme YVONNE GENET (Ndr : Yvonne Adèle Celina Chenu, épouse Lucien Gênet), 27 ANS, CULTIVATRICE À VILLIERS-SUR-SUIZE, A ÉTÉ HAPPÉE PAR LE TRAIN ET DÉCAPITÉE ALORS QU'ELLE TENAIT LE PORTILLON (Ndr : au Km 285-220 de la ligne Paris-Belfort) POUR FAIRE PASSER UN MOTOCYCLISTE (Paris-soir, 17 juillet 1935, Dernières nouvelles, nouvelles de partout, p. 3.)

1936 : 9 AVRIL - LE CLUB DÉSIRE ACHETER LUCIOLE OU HANRIOT 410. FAIRE OFFRES À J. BROSSER, ROLAMPONT (HAUTE-MARNE.) Cf. Les Ailes. Journal hebdomadaire de la locomotion aérienne, 16e année, n° 773, 9 avril 1936, Petites annonces. Achat d'avions, p. 16.

SEPTEMBRE - LES TUILERIES DE ROLAMPONT SONT OCCUPÉES PAR DES OUVRIERS EN GRÈVE (Journal La Croix, mercredi 23 septembre 1936.)

NOVEMBRE - LE TERRAIN D'AVIATION DE ROLAMPONT EST OFFICIELLEMENT OUVERT À LA CIRCULATION AÉRIENNE

1937 : DIMANCHE 30 MAI - FÊTE AÉRIENNE À ROLAMPONT AVEC LOUIS MASOTTE « LE VIRTUOSE DE L'ACROBATIE » EN PRÉSENCE DU GÉNÉRAL DE MONTARBY, COMMANDANT DE LA BASE AÉRIENNE DE DIJON. 5.000 SPECTATEURS. BAPTÊME DE L'AVION CAUDRON « VILLE DE LANGRES » ACHETÉ PAR L'AÉRO CLUB LANGROIS. Mme BROSSER EN FUT LA MARRAINE ET M. EDOUARD DESSEIN, MAIRE DE LANGRES, LE PARRAIN. DÉCHANET (Hubert), Deux siècles dans le ciel du pays de Langres (1784-1984), Dominique Guéniot Éditeur, 2004, Langres, 160 p.

5 AOÛT - M. BROSSER DE ROLAMPONT VEND UN AVION POTEZ 43, DOUBLE COMMANDE, APPAREILS DE BORD COMPLETS, 380 HEURES DE VOL. Cf. Les Ailes. Journal hebdomadaire de la locomotion aérienne, 17e année, n° 842, 5 août 1937, p. 16.

11 NOVEMBRE - DÉCRET DU 11 NOVEMBRE 1937, DÉCLARANT D'UTILITÉ PUBLIQUE ET URGENTE LES TRAVAUX DE DÉVIATION DE LA ROUTE NATIONALE N°19, EN VUE D'ÉVITER LE PASSAGE À NIVEAU DE ROLAMPONT SUR LA ROUTE DE PARIS À MULHOUSE (Revue générale des chemins de fer, 1er janvier 1938, p. 68.)

1938 : DIMANCHE 29 MAI - CONCOURS DE MODÈLES RÉDUITS ORGANISÉ PAR L'AÉROCLUB LANGROIS. Les Ailes, journal hebdomadaire de la locomotion aérienne, 18e année, n°884 du 26 mai 1938, p. 4.

1939 : 7 AVRIL - AÉRO-CLUB LANGROIS. - INAUGURATION DU PAVILLON D'ACCUEIL ET DE LA SECTION DE VOL À VOILE SUR LE TERRAIN DE ROLAMPONT. Calendrier aéronautique 1939, L'Aérophile, mars 1939, p. 66.

1940 : 20 JANVIER - LE CONSEIL MUNICIPAL CONSTATE QU'UNE CLOCHE DE L'ÉGLISE FÊLÉE N'EST PLUS UTILISABLE ET QU'IL EST DE TOUTE NÉCESSITÉ DE LA FAIRE REFONDRE (sic.)

LE SAMEDI 15 JUIN - ENTRE 5 HEURES ET 7 HEURES 30 DU MATIN, À LA SORTIE NORD DE ROLAMPONT, S’EST DÉROULÉ UN COMBAT D’UNE GRANDE VIOLENCE ENTRE UNE BATTERIE FRANÇAISE DE CANONS ANTI-AÉRIENS ET DES ÉLÉMENTS BLINDÉS ALLEMANDS.

1941 : LEGS DE LA COLLECTION ROYER, JUGE DE PAIX À LANGRES, AU MUSÉE DE LANGRES. L'ÉPÉE DE ROLAMPONT FAIT PARTIE DE CE DON

BAPTÊME DE LA NOUVELLE CLOCHE DE L'ÉGLISE. ELLE EST APPELÉADÈLE-ÉMILE. SON PARRAIN SERA M. ÉMILE BERT ET SA MARRAINE Mme RAYMOND MARTIN

26 AOÛT - M. J. BROSSER, MAIRE, NOMME CINQ GARDES CHAMPÊTRES BÉNÉVOLES À COMPTER DU 28 AOÛT 1941 : MM. EUGÈNE FORT, AÎMÉ LOGEROT, MARCEL PERRET, GEORGES CRUMBACH, JOSEPH THOMASSIN. Archives communales, Registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

18 SEPTEMBRE - M. J. BROSSER, MAIRE, NOMME M. LOUIS BOUVIER, NÉ À COIFFY-LE-HAUT, LE 5 AVRIL 1882, EN QUALITÉ DE GARDE CHAMPÊTRE–CANTONNIER–FONTAINIER À COMPTER DU 1er OCTOBRE 1941, EN REMPLACEMENT DE M. ALFRED CORNEVIN DÉMISSIONNAIRE. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1942 : 28 FÉVRIER - M. LÉON MAUPIN EST NOMMÉ PRÉSIDENT DE LA FANFARE DE ROLAMPONT. IL CESSERA SES FONCTIONS LE 28 NOVEMBRE 1959

1943 : 20 DECEMBRE - MORT À MALAIN, CÔTE D'OR, DE RÉMOND MARTIN, MÉDECIN, MAIRE DE ROLAMPONT, CONSEILLER GÉNÉRAL & SÉNATEUR DE LA HAUTE-MARNE

1944 : 14 SEPTEMBRE - LIBÉRATION DE ROLAMPONT

29 NOVEMBRE - ARRÊTÉ MUNICIPAL (VISÉ PAR M. LE SOUS-PRÉFET DE LANGRES LE 4 DÉCEMBRE 1944) NOMMANT MM. MARCEL MOREL ET Mlle MARIE BRIOT RESPECTIVEMENT SECRÉTAIRE AUXILIAIRE ET AIDE SECRÉTAIRE AUXILIAIRE EN REMPLACEMENT DE M. ARMAND ROM ET ÉLIANE DAUVERGNE RELEVÉS DE LEURS FONCTIONS ET RENVOYÉS DEVANT LA COMMISSION D’ÉPURATION DU COMITÉ DÉPARTEMENTAL DE LIBÉRATION. SIGNÉ DESGRES. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1945 : 6 JUILLET - PREMIÈRE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'AÉRO CLUB LANGROIS APRÈS LA GUERRE. PRÉSIDENT : M. JEAN BROSSER, VICE-PRÉSIDENTS : MM. AIME FLOT & JEAN-BAPTISTE COUTURIER, SECRÉTAIRE : M. MAURICE DÉCHANET, TRÉSORIER : M. PHILIPPE ROBERT

1946 : RACHAT DE BELLES-ONDES PAR HENRY DE FOULIN, ORIGINAIRE DES ARDENNES. L'USINE DEVIENT UNE FORGE

« RÉINTÉGRATION DE M. ROM ARMAND DANS SES FONCTIONS DE SECRÉTAIRE DE MAIRIE DE ROLAMPONT.
PAR JUGEMENT RENDU LE
20 FÉVRIER 1946 PAR LE CONSEIL DE PRÉFECTURE INTERDÉPARTEMENTAL DE LA CÔTE-D’OR, LA DÉCISION DE LICENCIEMENT PRISE PAR LE MAIRE DE ROLAMPONT LE 27 JUILLET 1944 CONTRE LE SIEUR ROM SECRÉTAIRE DE MAIRIE EST ANNULÉE. LE SIEUR ROM EST RÉINTÉGRÉ DANS SES FONCTIONS DE SECRÉTAIRE DE MAIRIE DE ROLAMPONT À DATER DU 27 SEPTEMBRE 1944. LA COMMUNE DE ROLAMPONT EST CONDAMNÉE AUX DÉPENS DE L’INSTANCE. POUR EXTRAIT CONFORME, ROLAMPONT LE 25 MARS 1944. LE MAIRE DE ROLAMPONT. »

CE TEXTE, NON SIGNÉE DU MAIRE, QUI FIGURE SUR LE RARE REGISTRE DES ARRÊTÉS MUNICIPAUX (1885-1956) DE LA COMMUNE EST BARRÉE D’UNE CROIX. EN MARGE L’ON TROUVE LA MENTION SUIVANTE :

« MENTION ANNULÉE POUR LES MOTIFS SUIVANTS : 1° A ÉTÉ PORTÉE DE LA PROPRE AUTORITÉ DE M. ROM EN L’ABSENCE DU MAIRE ET SANS QUE L’ORDRE LUI EN AIT ÉTÉ DONNÉ. 2° N’A AUCUN DES CARACTÈRES D’UN ARRÊTÉ. 3° SUIVANT LES DISPOSITIONS DE LA LOI DE 1884 NE DOIVENT ÊTRE PORTÉS SUR CE REGISTRE QUE LES ARRÊTÉS PRIS PAR LE MAIRE À L’EXCLUSION DE TOUS AUTRES. LE MAIRE. SIGNÉ DR RENÉ MARTIN. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

25 JUIN - M. LOUIS CORNILLOU, NÉ LE 23 JANVIER 1884 À POTHIÈRES (21) EST NOMMÉ GARDE-CHAMPÊTRE. LE MAIRE, M. MARTIN CONSTATE ALORS L’ABSENCE DE PERSONNEL ASSURANT CETTE FONCTION. SERMENT À NEUILLY, LE 7 AVRIL 1946. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

12 OCTOBRE - M. ROBERT CHEVALLEY, NÉ LE 14 MAI 1920 À PRASLAY (52), EST NOMMÉ GARDE CHAMPÊTRE BÉNÉVOLE. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

3 DÉCEMBRE - DÉCLARATION À LA SOUS-PRÉFECTURE DE LANGRES DE L'ASSOCIATION FAMILIALE RURALE DE ROLAMPONT ET ENVIRONS. BUT : ASSURER, AU POINT DE VUE MATÉRIEL ET MORAL, LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS GÉNÉRAUX DES FAMILLES. SIÈGE SOCIAL : SALLE FAMILIA, ROLAMPONT. Journal officiel de la République française, 18 décembre 1946, p. 10752.

1947 : 9 JANVIER - M. HENRI LOUIS JEAN ARNAUDY-JOURD’HEUIL, NÉ À ROLAMPONT LE 17 JANVIER 1920, Y DOMICILIÉ, DÉCLARE VOULOIR EXPLOITER EN QUALITÉ DE LOCATAIRE DU FONDS, LE DÉBIT DE BOISSONS DE 5e CATÉGORIE DONT Mlle ISABELLE JOURD’HEUIL, SA MÈRE ADOPTIVE EST ACTUELLEMENT PROPRIÉTAIRE. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1948 : 5 OCTOBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DÉCIDE LA CRÉATION D'UNE BIBLIOTHÈQUE COMMUNALE À LA DEMANDE DE M. L'ARCHIVISTE DE LA PRÉFECTURE DE LA HAUTE-MARNE

NIVELLEMENT ET BALISAGE DU TERRAIN D'AVIATION. CONSTRUCTION D'UN SECOND HANGAR

1949 : 5 AVRIL - Mme CLAIRE PARISEL, NÉE LE 19 DÉCEMBRE 1902, DÉBITANTE, DOMICILIÉE À ROLAMPONT, ÉPOUSE MAURICE BONNET, OUVRIER DE SCIERIE, DEMANDE UNE MUTATION DE LICENCE DE CAFÉ-RESTAURANT.LE CAFÉ, DÉNOMMÉ « CAFÉ DE LA PLACE » EST SITUÉ FACE À LA PLACE PUBLIQUE DE ROLAMPONT. CE CAFÉ ÉTAIT EXPLOITÉ PRÉCÉDEMMENT PAR M. ERNEST PARISEL SON PÈRE. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1950 : 2 MARS - M. LE Dr MARTIN, MAIRE DEMANDE AU CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DE DÉCIDER DE LA RECONSTRUCTION DU MUR DU CIMETIÈRE QUI S'EST ÉBOULE RÉCEMMENT SUR UNE LONGUEUR D'UNE DIZAINE DE MÈTRES ET DONT LE RESTE MENACE DE S'ÉCROULER. CE MUR ÉTANT TRÈS ANCIEN ET CONSTRUIT EN MAÇONNERIE SÈCHE. LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE LA RECONSTRUCTION DU MUR « dans toute sa longueur avec du mortier et avec des barbacanes pour l'écoulement des eaux »

28 OCTOBRE - M. LE MAIRE PROPOSE AFIN DE COUVRIR LA DÉPENSE DE RÉFECTION DU MUR DU CIMETIÈRE QUI S'ÉLÈVE À LA SOMME DE 811.200 F DE CRÉER DES RESSOURCES SPÉCIALEMENT AFFECTÉES À CET USAGE SOIT PAR UN EMPRUNT SOIT PAR LE VOTE DE CENTIMES ADDITIONNELS. LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE DE COUVRIR LA DÉPENSE PAR DES CENTIMES ADDITIONNELS POUR L'ANNEE 1951. IL DÉCIDE EN OUTRE, POUR ÉVITER DE NOUVEAUX ÉBOULEMENT, RISQUANT DE PROVOQUER DES ACCIDENTS, EN ATTENDANT QUE LES TRAVAUX PUISSENT ÊTRE EXÉCUTÉS, DE FAIRE PROCÉDER À LA DÉMOLITION DES PARTIES RESTANTES DU MUR PAR LES CANTONNIERS DE LA COMMUNE

1952 : 20 JUIN - M. MARCEL DESGREZ, NÉ LE 28 MARS 1894 À ROLAMPONT, EST NOMMÉ GARDE-CHAMPÊTRE BÉNÉVOLE, CONSIDÉRANT L’IMPOSSIBILITÉ DE TROUVER UN TITULAIRE AU POSTE DE GARDE-CHAMPÊTRE DEPUIS LE DÉPART DE M. LEROY. SERMENT À NEUILLY, LE 28 JUILLET 1952. Archives communales, registre des arrêtés municipaux (1885-1956)

1953 : 17 JANVIER - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT ACCEPTE UN DEVIS DE 811.000 F DE LA MAISON PAGET À MOREZ DU JURA POUR LE REMPLACEMENT DE L'HORLOGE DU CLOCHER QUI DATE DE 1847 ET DONT LE FONCTIONNEMENT TRÈS DÉFECTUEUX NÉCESSITE DE NOMBREUSES RÉPARATIONS, LES CADRANS EN BOIS ÉTANT POURRIS ET MENACANT DE TOMBER. UNE HORLOGE À REMONTAGE ÉLECTROMAGNÉTIQUE AVEC 4 CADRANS LUMINEUX ENCASTRÉS DANS LES OGIVES DU CLOCHER SERA FOURNIE

21 MARS - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT ACCEPTE LA DONATION DE M. EDMOND LECLERC CONSTITUÉE PAR UN CAPITAL EN RENTE FRANCAISE PRODUISANT UNE RENTE ANNUELLE DE 12.000 F DESTINÉE À FOURNIR GRATUITEMENT AUX HABITANTS DE ROLAMPONT LE SERVICE DU CORBILLARD POUR LES ENTERREMENTS, EN CONTREPARTIE DE CE DON LA COMMUNE PREND EN CHARGE L'ENTRETIEN À PERPÉTUITÉ DE LA SÉPULTURE DE LA FAMILLE LECLERC-DANTRELLE

1954 : 22 JUIN - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT APPROUVE LE PROJET DÉFINITIF DE CONSTRUCTION DU GROUPE SCOLAIRE POUR LA SOMME DE 45.560.989 F

1954 : 31 MAI - MORT DE CHARLES BARRET, VÉTÉRINAIRE, CONSEILLER MUNICIPAL DE ROLAMPONT, PUIS SÉNATEUR DE LA HAUTE-MARNE

1955 : ACHÈVEMENT DES TRAVAUX DU TERRAIN DE SPORTS

1956 : (FIN) - RÉCEPTION DÉFINITIVE DES TRAVAUX DE CLÔTURE DU TERRAIN DE SPORTS

17 NOVEMBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT ÉVOQUE LES DÉGÂTS CAUSÉS AU MUR DE SOUTÈNEMENT DU TERRE-PLEIN DE L'ÉGLISE PAR LE CAMION D'UN MARCHAND FORAIN DE NOGENT-EN-BASSIGNY. LES DOMMAGES S'ÉLÈVENT À 25.000 F ET SERONT RÉGLÉS PAR L'ASSURANCE DU MARCHAND

1957 : 3 MAI - LE CONSEIL MUNICIPAL ÉMET UN AVIS DÉFAVORABLE À LA SUPPRESSION DES BARRIÈRES ET DU GARDIENNAGE DU PASSAGE À NIVEAU N° 152 SITUE SUR LE CHEMIN DÉPARTEMENTAL N° 254 DE ROLAMPONT À VILLIERS-SUR-SUIZE. LA SNCF SOUHAITANT INSTALLER UNE SIGNALISATION AUTOMATIQUE

22 MAI - LA SUPPRESSION DE TOUTES LES BORNES FONTAINES EST ENVISAGÉE LORSQUE LES TRAVAUX DE RÉFECTION DU RÉSEAU DE DISTRIBUTION D'EAU SERONT TERMINÉS

17 AOUT - INCENDIE DE LA BUANDERIE DE LA GENDARMERIE. LES DOMMAGES S'ÉLÈVENT À 506.104 F

1958 : 29 JANVIER - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DÉCIDE LA VENTE DE L'ANCIENNE POMPE À BRAS DU SERVICE INCENDIE POUR LA SOMME DE 10.000 F ET DES 49 POIDS EN FONTE DE 20 KG CHACUN QUI SERVAIENT AU CONTRÔLE DE LA BASCULE PUBLIQUE, CES DERNIERS N'AYANT PLUS AUCUNE UTILITÉ DEPUIS QUE LA COMMUNE A DECIDÉ DE FAIRE PROCÉDER À CE CONTRÔLE AU MOYEN DU CAMION DES SERVICES DES POIDS ET MESURES

24 AVRIL - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DÉCIDE DE FAIRE PROCÉDER À LA DÉNOMINATION DES RUES ET AUX NUMÉROTAGE DES MAISONS

Rive gauche de la Marne

L'avenue de la Gare, les rues Bernard, de la Pommeraye, du Voisin, du Mennelet, des Voies-Dessous, conservent les dénominations actuellement couramment en usage. La route de Chaumont sera dénommée avenue de Verdun ; la rue créée au lotissement, rue du Stade ; la rue de la poste actuelle, rue de la Marne ; la route de Langres, rue Maréchal de Lattre de Tassigny.

Rive droite de la Marne

Les rues du Goutteau, de la Filature, des Espargis, de la Fèche, conservent les dénominations actuellement en usage. La rue du Moulin sera dénommée rue Edmond Leclerc (en reconnaissance du legs fait à la commune par cet habitant décédé) ; la route de Lannes, rue d'Alsace, la route de Nogent, rue de Lorraine, la rue Dessous, rue de Champagne.

Dans chaque rue, le numérotage se fera pour les rues parallèles à la Marne dans le sens du courant de celle-ci, pour les rues transversales en partant du point le plus rapproché de cette rivière.

20 JUILLET - FÊTE DES DRAPEAUX

30 AOUT - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE LA SUPPRESSION DU LAVOIR PUBLIC DE L'AVENUE DE VERDUN ET LA VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES DE SON ABREUVOIR EN FONTE

LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE L'INSTALLATION DU CHAUFFAGE CENTRAL DANS LES NOUVEAUX LOCAUX DE LA MAIRIE À CRÉER DANS L'ANCIEN BÂTIMENT DE L'ÉCOLE DES FILLES

1959 : 18 JUIN - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DÉCIDE DE METTRE EN VENTE L'EAU DISTRIBUÉE PAR LA COMMUNE AU MÈTRE CUBE À COMPTER DU 1er JUILLET 1959

7 JUILLET - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE LA SUPPRESSION DES FONTAINES PUBLIQUES À L'EXCEPTION DE LA BORNE SITUÉE RUE DU GOUTTEAU POUR PERMETTRE L'ALIMENTATION DES HABITANTS DES DEUX WAGONS INSTALLÉS DANS LA VOIE DES VIGNES

LA BORNE DE LA RUE DES ESPARGIS EST PROVISOIREMENT MAINTENUE AFIN DE NE PAS PRIVER D'EAU UNE FAMILLE LOCATAIRE D'UNE MAISON DONT LE PROPRIÉTAIRE SE REFUSE CATÉGORIQUEMENT À FAIRE LE BRANCHEMENT AU RÉSEAU D'EAU

LES LAVOIRS PUBLICS EN SERVICE SONT MAINTENUS AVEC UNE MODIFICATION DE LEUR SYSTEME D'ALIMENTATION EN EAU, AFIN QU'ILS NE PUISSENT SERVIR À UN AUTRE USAGE QUE CELUI DU LAVAGE DU LINGE

DIMANCHE 19 JUILLET À 10 H - VENTE PUBLIQUE À LA MAIRIE DE HUIT ABREUVOIRS EN FONTE. Un, avenue de la Gare ; un, rue de la Pommeraye ; un, rue du Maréchal de Lattre ; un, rue des Voies-Dessous ; un, rue de Lorraine ; deux, rue d'Alsace et un, rue de Champagne.

1960 : LA PISTE DE L'AÉRODOME DE LA VIGNEULE PASSE DE 600 MÈTRES À 1.200 MÈTRES.
Cf.
DÉCHANET (Hubert), Deux siècles dans le ciel du pays de Langres (1784-1984), Dominique Guéniot Editeur, 2004, Langres, 160 p.

15 JANVIER - M. GASTON DONGOIS EST NOMMÉ PRÉSIDENT DE LA FANFARE DE ROLAMPONT. IL CESSERA SES FONCTIONS LE 2 MAI 1973

25 MARS - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE LA VENTE PUBLIQUE DES LAVOIRS DE LA RUE DE LORRAINE, DE LA RUE D'ALSACE ET DE LA RUE DES VOIES-DESSOUS. NE SONT VENDUS QUE LES LAVOIRS PROPREMENT DITS AINSI QUE LEURS ABRIS POUR LES PRODUITS DE LEUR DÉMOLITION. LE CONSEIL DÉCIDE AUSSI LA VENTE DE L'IMMEUBLE DU LAVOIR PUBLIC DE LA RUE MARÉCHAL-DE-LATTRE-DE-TASSIGNY À CÔTÉ DE LA SOCIÉTÉ COOPÉRATIVE L'ÉCONOMIE. LE MAIRE DEVANT FIXER LA DATE DE LA VENTE (Cette décision sera annulée par la délibération du conseil municipal du 21 février 1961)

3 AVRIL À 10 H EN MAIRIE - VENTE PUBLIQUE DES SAPINS ABATTUS AU CIMETIÈRE COMMUNAL ET DES POMMIERS APPARTENANT À LA COMMUNE, ET ARRACHÉS PAR LES PONTS ET CHAUSSÉES, SITUÉES ENTRE ROLAMPONT ET LANNES, EN BORDURE DU CHEMIN DÉPARTEMENTAL DE ROLAMPONT À NEUILLY-L'ÉVÊQUE (Décision du conseil municipal du 20 janvier 1960)

1961 : 21 FEVRIER - LE CONSEIL MUNICIPAL ÉVOQUE L'IMPLANTATION D'UN ABRI POUR LES VOYAGEURS DU CAR CITROËN DESSERVANT LA LIGNE DIJON-CHAUMONT. L'ABRI SERA IMPLANTÉ EN FACE DU CAFÉ DU COMMERCE POINT D'ARRÊT DU CAR, L'EMPLACEMENT CREUSÉ DANS LE VERGER DU PRESBYTERE APPARTENANT À LA COMMUNE DE FAÇON À CE QUE LA FACADE DE L'ABRI NE DÉBORDE PAS SUR LE TROTTOIR.

LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE LA VENTE DES LAVOIRS ET DES TERRAINS SUR LESQUELS ILS SE TROUVENT À L'EXCEPTION DU LAVOIR DE LA RUE DE LORRAINE QUI NE SERA MIS EN VENTE QUE POUR LES PRODUITS DE DÉMOLITION (Modification de la délibération du 25 mars 1960)

29 MARS - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE L'INSTALLATION DES LOCAUX DE LA PERCEPTION DANS LA PARTIE MÉDIANE DU BÂTIMENT DE LA MAIRIE

16 JUIN - LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCIDE DE VENDRE À L'ADMINISTRATION DES PTT LE BÂTIMENT DE L'ANCIENNE CRÈCHE ET LE TERRAIN QUI L'ENTOURE À TITRE DE PARTICIPATION COMMUNALE AUX FRAIS D'INSTALLATION DU NOUVEAU BUREAU DE POSTE ET DU LOGEMENT DU RECEVEUR

1966 : SEPTEMBRE - LE CHANTEUR JACQUES BREL FAIT UNE ESCALE AU TERRAIN D'AVIATION DE LA VIGNEULE AVEC SON AVION PERSONNEL À CAUSE DU BROUILLARD QUI NE LUI PERMETTAIT PAS DE POURSUIVRE SON VOL JUSQU'À VITTEL

1967 : FONDATION DE L'ASSOCIATION CLUB CYCLISTE ROLAMPONTAIS (CCR.) L'ASSOCIATION SERA DISSOUTE EN 2000

1968 : L'ABBÉ JOSEPH BOUR RACONTE L'HISTOIRE DU MOULIN DE BELLES-ONDES DANS LA REVUE «L'ÉCHO DU VAL DE GRIS»

1969 : 26 NOVEMBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT SOLLICITE LES SERVICES DES PONTS-ET-CHAUSSÉES POUR DRESSER LE PROJET ET SURVEILLER LES TRAVAUX D'AMÉNAGEMENT DU PARVIS DE L'ÉGLISE

1969 - 1970 : L'ABBÉ JOSEPH BOUR RACONTE LE DRAME DES TEMPLIERS DE ROLAMPONT ET DE LA REGION DANS LA REVUE «L'ÉCHO DU VAL DE GRIS»

1970 : DÉMÉNAGEMENT DE LA BRIGADE DE GENDARMERIE VERS SES NOUVEAUX LOCAUX RUE DE SAINT-LOUP (RUE JEAN-MOULIN.) LA COMMUNE CÈDERA ENSUITE À L’OFFICE PUBLIC D’HLM L’ANCIENNE GENDARMERIE EN VUE DE LA RÉALISATION DE LOGEMENTS SOCIAUX

CINQ FÊTES AÉRIENNES ONT LIEU AU TERRAIN D'AVIATION DE LA VIGNEULE. AU COURS DE L'UNE DE CES FÊTES L'AVION DE LOUIS BLÉRIOT QUI TRAVERSA, LE PREMIER, LA MANCHE LE 25 JUILLET 1909 EST PRÉSENTÉ AU PUBLIC

1971 : 20 AOÛT - DÉCÈS À 16 H 30 DU GÉNÉRAL ANDRÉ SCHNEIDER À SON DOMICILE RUE DE VERDUN

1972 : FUSION AVEC LES COMMUNES DE BEAUCHEMIN, LANNES, CHARMOILLES & TRONCHOY

1973 : JANVIER - DESTRUCTION AU COURS D'UN VIOLENT INCENDIE DU MOULIN MAUPIN. LES BÂTIMENTS DE MEUNERIE SONT RASÉS, NE SUBSISTENT QUE DES HABITATIONS

9 FÉVRIER - LE CONSEIL MUNICIPAL APPROUVE LE MARCHÉ POUR LA CRÉATION D'UNE RUE EN FACE DE L'ÉGLISE (AMÉNAGEMENT DE LA PLACE DE L'ÉGLISE)

28 FÉVRIER - M. GEORGES BRUSCHET EST NOMMÉ PRÉSIDENT DE LA FANFARE DE ROLAMPONT. IL CESSERA SES FONCTIONS LE 31 DÉCEMBRE 1985 

26 OCTOBRE - EMPRUNT POUR LA CONSTRUCTION D'UN VESTIAIRE SUR LE TERRAIN DE SPORT (Délibération du conseil municipal)

1974 : 20 JUIN - DÉCÈS DE GEORGES ROUSSELLE, ARTISTE PEINTRE. IL SERA INHUMÉ AU CIMETIÈRE DE ROLAMPONT

1977 : 22 FÉVRIER - AMÉNAGEMENT D'UN TERRAIN DE BASKET
 
10 MAI - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DEMANDE LE CONCOURS DES SERVICES DE L'ÉQUIPEMENT POUR ASSURER LA RÉALISATION DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D'UN VESTIAIRE SUR LE TERRAIN DE SPORTS

1984 : 28 NOVEMBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT APPROUVE LE PLAN D'OCCUPATION DES SOLS

1985 : CONSTRUCTION DE DEUX COURTS DE TENNIS

7 JUILLET - INAUGURATION DU NOUVEAU TERRAIN D'AVIATION. LE TERRAIN NIVELLÉ, APRÈS L'EXPLOITATION DE 150.000 M3 DE MATÉRIAUX SUR UNE SURFACE DE 20 HECTARES POUR LA CONSTRUCTION DE L'AUTOROUTE, OFFRE UNE PISTE DE 1.000 METRES DE LONG SUR 60 MÈTRES DE LARGE. CONSTRUCTION D'UN NOUVEAU HANGAR

FIN DES TRAVAUX DE RÉNOVATION ET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS PAR L’OFFICE PUBLIC D’HLM À L’EMPLACEMENT DE L’ANCIENNE GENDARMERIE. LE TERRAIN CONTIGU EST UTILISÉ POUR LA CONSTRUCTION SECOND IMMEUBLE. DOUZE LOGEMENTS, DONT 2 F4, 1 F3 ET 9 F2 SONT CRÉÉS

1986 : 21 AVRIL - M. ANDRÉ WERTZ EST NOMMÉ PRÉSIDENT DE LA FANFARE DE ROLAMPONT. IL CESSERA SES FONCTIONS LE 1er JUIN 1995

1988 : 20 AVRIL - LE CONSEIL MUNICIPAL APPROUVE LA MODIFICATION DU PLAN D'OCCUPATION DES SOLS (Délibération)

28 MAI - UN ARRÊTÉ DU MAIRE PRESCRIT L'OUVERTURE DE ENQUÊTE PUBLIQUE RELATIVE À LA MODIFICATION DU PLAN D'OCCUPATION DES SOLS

4 AOÛT - MODIFICATION DU PLAN D'OCCUPATION DES SOLS (Délibération du conseil municipal n° 88-63 du 4 août 1988 approuvant la modification du Plan d'occupation des sols)

1989 : DÉFUSION DE LA COMMUNE DE BEAUCHEMIN

14 DECEMBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT APPROUVE LE PROJET DE CRÉATION D'UN LOTISSEMENT COMMUNAL DIT LOTISSEMENT DE LA FILATURE, LIEUDIT DERRIÈRE LES TEMPS (12 LOTS)

1990 : 30 MARS - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT APPROUVE LES MARCHÉS DE VRD DU LOTISSEMENT DE LA FILATURE

29 JUIN - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT APPROUVE LES MARCHÉS POUR LA CONSTRUCTION D'UNE USINE RELAIS

1991 : LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT PLANIFIE LA GESTION DES FORÊTS COMMUNALES POUR LES VINGT PROCHAINES ANNÉES (Délibération du conseil municipal n° 91-80 du 18 décembre 1991 adoptant le procès-verbal d'aménagement de la FC de Rolampont - 1992-2011.)

1996 : ÉTUDE DIAGNOSTIC DES RÉSEAUX D'ASSAINISSEMENT

28 JANVIER - M. LUCIEN VOILLEQUIN EST NOMMÉ PRÉSIDENT DE LA FANFARE DE ROLAMPONT. IL CESSERA SES FONCTIONS LE 8 JUIN 1996

20 DÉCEMBRE - ARRÊTÉ PRÉFECTORAL PORTANT CRÉATION DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L'ÉTOILE DE LANGRES ENTRE LES COMMUNES DE LANGRES, ROLAMPONT, SAINTS-GEOSMES, HÛMES-JORQUENAY, CHAMPIGNY-LÈS-LANGRES, BALESMES-SUR-MARNE, SAINT-MARTIN-LÈS-LANGRES, SAINT-MAURICE & CHANOY. D'AUTRES COMMUNES REJOINDRONT LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PLUS TARD, AINSI, PERRANCEY-LES-VIEUX-MOULINS (EN 1999), NOIDANT-LE-ROCHEUX (EN 2000), PEIGNEY (EN 2001), BOURG & SAINT-CIERGUES (EN 2003) & CHATENAY-MACHERON (EN 2005)

1997 : 21 JUILLET - LA COMMUNE DE ROLAMPONT DÉPOSE UNE DEMANDE D'AUTORISATION DE LOTIR POUR LA RÉALISATION DE LA 2e TRANCHE DU LOTISSEMENT DE LA FILATURE (LOTS 9 À 13)

1998 : JANVIER - RENDU DU RAPPORT DE LA PHASE 1 DU SCHÉMA DIRECTEUR D'ASSAINISSEMENT

1999 : 5 JANVIER - MISE À L'ENQUÊTE PUBLIQUE DU PROJET DE MODIFICATION DU PLAN D'OCCUPATION DES SOLS (Arrêté municipal n° 99-01 du 5 janvier 1999)

19 JUILLET - PLAN D'OCCUPATION DES SOLS, MODIFICATION N° 3 (Délibération du conseil municipal n° 99-31 du 19 juillet 1999 portant approbation de la modification n° 3 du Plan d'occupation des sols)

RÉNOVATION DE LA MAISON DU TEMPS LIBRE

FIN DES TRAVAUX DE RÉFECTION DE LA MAIRIE

RÉFECTION DU CLOCHER DE L'ÉGLISE SAINT-PIERRE-ES-LIENS

RÉFECTION DE LA COUR DE L'ÉCOLE

2000 : 23 FÉVRIER - MISE À JOUR N° 2 DU PLAN D'OCCUPATION DES SOLS (Arrêté municipal n° 2000-24 du 23 février 2000)

OUVERTURE DE LA SALLE DES SPORTS

EXTENSION DES VESTIAIRES DU STADE

2001 : RECONSTRUCTION DU MUR DE SOUTÈNEMENT DE LA PLACE DE L'ÉGLISE ET D'UNE PARTIE DU CIMETIÈRE

CRÉATION D'UNE NOUVELLE SALLE INFORMATIQUE ET D'UN LOCAL POUR LA BIBLIOTHÈQUE AU GROUPE SCOLAIRE

TRAVAUX D'AMÉNAGEMENT D'UNE SALLE DE RÉUNION AU DESSUS DES GARAGES DU PRESBYTÈRE

RACCORDEMENT DE LA SOURCE DU LONCEAU AU CHÂTEAU D'EAU

2002 : PROJET D'AMÉNAGEMENT DU PORT

AMÉNAGEMENT DES PÉRIMÈTRES IMMÉDIATS DU CAPTAGE DE LONCEAU

SYNTHÈSE DU DIAGNOSTIC ET SCHÉMA D'ASSAINISSEMENT PAR LES SERVICES DE LA DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE L'ÉQUIPEMENT

16 SEPTEMBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL APPROUVE LE PROJET DE ZONAGE D'ASSAINISSEMENT ET PLANIFIE LES TRAVAUX D'ASSAINISSEMENT

2003 : RÉFECTION DE LA COUR DU GROUPE SCOLAIRE

ENQUÊTE PUBLIQUE DANS LE CADRE DU ZONAGE D'ASSAINISSEMENT

25 SEPTEMBRE - LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L'ÉTOILE DE LANGRES APPROUVE À L'UNANIMITÉ LA CONVENTION DE PRISE EN CHARGE PAR LE SMAEPL DE LA PREMIÈRE TRANCHE DES TRAVAUX D'AMÉNAGEMENT ET DU GIRATOIRE D'ENTRÉE DE LA ZONE LANGRES NORD-ROLAMPONT SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE

6 OCTOBRE - LE CONSEIL MUNICIPAL DE ROLAMPONT DÉCIDE L'EXTENSION DE L'ÉCOLE MATERNELLE

2004 : 6 AVRIL - LE CONSEIL MUNICIPAL APPROUVE L'AVANT PROJET SOMMAIRE D'EXTENSION DU GROUPE SCOLAIRE

TRAVAUX D'AMÉNAGEMENT DU PORT ET DES BERGES DU CANAL

2 JUIN - LA COMMUNE DE ROLAMPONT DÉPOSE UNE DEMANDE D'AUTORISATION DE LOTIR POUR LA CRÉATION DE 25 LOTS DESTINÉS À L'IMPLANTATION DE PAVILLONS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS, LIEUDIT DERRIÈRE-LE-TEMPS.

OCTOBRE - DÉBUT DES TRAVAUX D'EXTENSION DU GROUPE SCOLAIRE

4 DECEMBRE - OUVERTURE DE LA MÉDIATHÈQUE DE ROLAMPONT

DÉCEMBRE - DÉBUT DES TRAVAUX D'AMÉNAGEMENT DU PORT ET DES BERGES DU CANAL

2005 : PROJET DE RÉHABILITATION DES RÉSEAUX D'ASSAINISSEMENT (2e PHASE)

AOÛT - FIN DES TRAVAUX D'EXTENSION DU GROUPE SCOLAIRE

9 SEPTEMBRE - INAUGURATION DE LA MÉDIATHÈQUE

CONSTRUCTION D'UN BÂTIMENT DESTINÉ AU CENTRE DE PREMIÈRE INTERVENTION INTÉGRÉ DU SERVICE DÉPARTEMENTAL D'INCENDIE ET DE SECOURS

2006 : SONDAGE ET TRAVAUX SUR LE RÉSEAU D'ASSAINISSEMENT

RÉHABILITATION DU RÉSEAU D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE RUE EDMOND-LECLERC

3 MARS À 18 H 30 - INAUGURATION DE L'EXTENSION DU GROUPE SCOLAIRE

31 AOÛT - FIN DES TRAVAUX D'AMÉNAGEMENT DU PORT

2008 : DÉBUT DES TRAVAUX DE RÉHABILITATION ET DE RESTRUCTURATION DU RÉSEAU D'ASSAINISSEMENT (2e PHASE)

2009 : FIN DES TRAVAUX DE LA 2e PHASE D'ASSAINISSEMENT

2010 :  20 JANVIER - DÉCÈS DE M. MICHEL GALLISSOT, MAIRE DE ROLAMPONT

RECONSTRUCTION DU PONT DE LA ROUTE DÉPARTEMENALE N° 1 SUR LE CANAL

2011 : OUVERTURE D'UNE MICRO-CRÈCHE RUE DE LA MARNE

2013 : 31 DÉCEMBRE - FERMETURE DE LA PERCEPTION (CENTRE DES FINANCES PUBLIQUES DE ROLAMPONT)

2015 : 8 JANVIER - OUVERTURE DE LA MAISON DES SERVICES

18 AVRIL - INAUGURATION DE LA MAISON DES SERVICES AU 31, RUE MARÉCHAL-DE-LATTRE-DE-TASSIGNY,

31 DÉCEMBRE - DISSOLUTION DU CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE DE ROLAMPONT

2016 : FERMETURE DU BUREAU DE POSTE DE ROLAMPONT

4 AVRIL - OUVERTURE D'UNE AGENCE POSTALE COMMUNALE À LA MAISON DES SERVICES

 

j

c

h

r

Retour vers le sommaire

Sources : Archives communales

© jchr 10.09.1998